Navigation – Plan du site
Actes de la Société

ACTES DE LA SOCIÉTÉ : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

p. 167-169
  • 1  Pascale Bonnemère, Gilles Bounoure, Christian Coiffier, Jessica De Largy Healy, Maurice Godelier, (...)

Treize personnes1 étaient présentes dans la salle de Cinéma du musée du quai Branly pour assister à notre assemblée générale annuelle. Lecture fut faite des rapports d’activité et financiers qui ont tous été approuvés à l’unanimité des présents. Le budget prévisionnel fut également voté par tous les membres présents.

Rapport moral pour l’exercice 2011

Comme toute Société Savante, aussi ancienne soit-elle, celle des Océanistes vit, d’une part, de la bonne volonté d’un certain nombre de ses membres qui ont décidé de s’engager dans différentes activités et, d’autre part, de ses abonnés. Outre le journal, elle publie régulièrement des ouvrages. Ce travail de publication est reconnu par la communauté scientifique.

Ces dernières années, nous étions ravis de compter de nouveaux membres qui ont souscrit lors de colloques ou de rencontres. Tout cela prouve la bonne vie de notre société, son dynamisme et l’intérêt, même s’il est restreint à un petit nombre de passionnés, pour les études sur le Pacifique. Cet intérêt se marque aussi par la fréquentation des conférences et des séances de cinéma de la SdO. Nous profitons de l’élan créé par le musée du quai Branly qui nous héberge et nous fournit gracieusement locaux et assistance technique. Que son directeur en soit ici remercié. Nous profitons aussi de la distribution large du programme semestriel du musée dans lequel les conférences et les séances de cinéma sont annoncées et nous font connaître. Tout ceci ne doit cependant pas masquer une certaine réalité. Si nous n’y faisons pas attention, la société pourrait connaître des temps difficiles dus en grande partie aux transformations que connaît le monde de l’édition.

Premier constat : le marché du livre est difficile. Nous avons des stocks dormants de livres qui risquent de le rester longtemps. Or dans les années à venir, ces stocks vont coûter de plus en plus cher. Depuis la fermeture du musée de l’Homme pour rénovation, nous avons eu la chance, grâce à l’amabilité de monsieur Denis Bruckmann, de stocker gratuitement nos ouvrages à la Bibliothèque nationale de France. Cet hébergement était provisoire et il arrive à son terme. Nous sommes donc dans l’obligation de trouver une solution rapidement.

Deux ouvrages ont été publiés cette année : celui de Laurent Dousset, Mythes, missiles et cannibales, le 50e volume de notre collection « Publications de la SdO », en juin ; et le premier volume de la toute nouvelle collection « Petites histoires d’Océanie » : La jeune fille et le serpent Mââgenin, en septembre. Les deux ouvrages ont été très bien reçus et se vendent bien.

  • 2  En juin 2011, notre demande de subvention auprès du cnrs a été renouvelée pour 2012 et a été reçue (...)

Deuxième constat : un certain nombre d’abonnements institutionnels n’ont pas été renouvelés. Les bibliothèques publiques réduisent de plus en plus leurs abonnements papier au profit d’abonnements électroniques. Certes, le précédent bureau, grâce lui en soit rendue, avait pris les devants. Notre revue est diffusée d’abord par revue.org puis par Cairn. Le manque à gagner en abonnements papier est largement comblé par les revenus procurés par Cairn via le bouquet des revues intégré pour la première fois cette année (2011). Malgré tout, des difficultés se marquent dans les comptes du fait notamment pour cette même année de l’absence de subvention du cnrs, pour cause de mauvaise circulation des informations concernant la date limite de présentation des dossiers de demande de subvention2. De plus, nous avons publié en 2011 deux ouvrages. Cette situation difficile, qui ne devrait pas se reproduire, nous a obligé à puiser dans nos fonds de réserve ce que, en bon père de famille, l’on peut considérer comme une gestion saine.

Dans les années qui viennent – et probablement plus rapidement que nous ne l’imaginons –, il nous faudra prendre des décisions radicales, dont le passage à des éditions électroniques pour les publications et/ou la réduction du volume de nos publications.

  • 3  Deux volumes du jso ont été publiés pour l’année : le 132 (2011-1) de 224 p. et le 133 (2011-2) de (...)

L’abondance des articles qui sont soumis pour publication dans la revue doit être considérée comme un signe de bonne santé et de reconnaissance3. Mais ce fait a un corollaire redoutable : l’augmentation du nombre de pages qui nécessite un travail accru pour la directrice de publication, les comités de lecture et de rédaction, et engendre un coût plus important au numéro (d’impression mais surtout de frais de port). Nous avons choisi de le supporter, mais nous aurons peut-être à le diminuer, c’est-à-dire à faire attendre les auteurs plus longtemps pour faire paraître leurs articles.

  • 4  Il nous est difficile d’évaluer la part des envois faits de la SdO concernant le jso. Nous allons (...)

Pour l’année 2011, nous avons confié la mise en page à un prestataire extérieur, ce qui nous a permis de réaliser des économies (3 600 € pour les deux volumes). Le coût total des deux volumes se montent donc à 12 109 € auxquels il faut ajouter les frais d’expédition d’un peu plus de 2 000 €, soit au total environ 14 500 €4. Côté recettes, nous avons 16 500 € pour les abonnements papiers (institutions + membres) et pour la première fois cette année, des revenus par la diffusion électronique via le bouquet des revues de Cairn que nous avons intégré début 2011, soit environ 3 100 €, ce qui nous donne un total de 19 600 €. À cela nous devons ajouter la subvention cnl de 4 000 €.

La revue est dorénavant classée en INT1 par l’erih, parmi 52 revues sur la liste révisée pour les shs courant 2010. Cela nous place ainsi parmi les sept revues françaises en INT1 sur la trentaine classée sur cette liste. Nous pouvons donc nous féliciter de ce classement.

Quelques points pratiques, maintenant : afin de faciliter la vie de nos membres et surtout ceux qui vivent à l’étranger, nous avons décidé d’ouvrir un compte paypal. Les abonnements pourront donc se faire via ce moyen simple et sécurisé de paiement sur le site internet de la Société que nous comptons rénover complètement.

En effet, pour redonner toute sa visibilité à la Société, nous devrions refonder dans les mois qui viennent le site internet, ce qui nécessite un travail important, dont vous verrez probablement les effets progressivement. Durant l’année écoulée, 28 articles ont été publiés en ligne dans diverses rubriques (annonces conférences, cinéma, actualités SdO, publications de la SdO, expositions Océanie).Au total, 6 109 visites sur le site, soit une moyenne de 21 visites par jour depuis le dernier trimestre. 96,7 % des visites de la rubrique « Les Publications de la SdO » et 2,5 % des visites de la rubrique « Liens utiles », qui contient des dizaines de liens vers des musées, des bibliothèques, des bases de données et des archives en ligne. Les principales mises à jour effectuées concernent : les profils des membres du CA ; la publication de la liste des adhérents ayant accepté d’être nommés dans la rubrique « membres » ; la mise à jour de la rubrique « liens utiles » en novembre 2011.

En 2011, quatre films ont été programmés, dont deux consacrés aux documentaires de Betty et Jacques Villeminot (Australie, en présence des réalisateurs et Papouasie Nouvelle-Guinée/Trobriand, présenté par Philippe Peltier). Les séances connaissent toujours une fréquentation moyenne de quarante personnes, grâce notamment aux relais mail faits par les réalisateurs eux-mêmes. En alternance avec le cinéma, cinq conférences ont pu être présentées en 2011. Le public est encore peu nombreux (vingt personnes en moyenne), mais tend à croître depuis septembre 2011. De manière générale, le public de ces séances est plutôt grand public.

Si nous sommes toujours heureux de compter de nouveaux membres, nous avons aussi la tristesse de voir disparaître d’anciens membres. Qu’il me soit permis ici de rappeler la mémoire d’Alexandre Schreiner de Tahiti dont la disparition est d’autant plus brutale et injuste qu’Alexandre était un tout jeune membre passionné.

Rapport financier pour l’exercice 2011

Tableau 1. – Exercice 2011 (au 10 avril 2012)

image

Les chiffres de 2011 appellent quelques remarques. Le nombre d’abonnés institutionnels au jso est en baisse : 8 466 € en 2011 contre 10 408 € en 2010 (- 1 942 €). Mais l’entrée du Journal dans le bouquet de revues commercialisé par Cairn permet de surmonter complètement ce recul puisque la SdO a reçu 3 155,72 € de Cairn pour 2011. Si les frais d’expédition sont bien plus élevés que les années précédentes, c’est que ce bilan additionne les frais 2011 et 2010 (suite à des retards de factures pour 2010). Sans le décalage entre les exercices 2010 et 2011, le déficit de la SdO pour l’exercice 2011 serait réduit de 1 323,07 € et s’élèverait donc à 5 866,83 €. Le défaut de subvention du cnrs de 3 063 € doit également être pris en compte pour comprendre ce déficit. Afin de compenser en partie l’absence de cette subvention, 2 500 € ont été puisés sur le livret A.

Les soldes du livret A et du compte en action se montent respectivement à : 7 978,34 € et 39 037,08 €.

Tableau 2. – Budget prévisionnel 2012

image

Notes

1  Pascale Bonnemère, Gilles Bounoure, Christian Coiffier, Jessica De Largy Healy, Maurice Godelier, Olivier Heurtaux, Christian Kaufmann, Isabelle Leblic, Magali Melandri, Sarah Mohamed-Gaillard, Philippe Peltier, Alain Puzenat, Jacques Vignes.

2  En juin 2011, notre demande de subvention auprès du cnrs a été renouvelée pour 2012 et a été reçue positivement (2 000 € de subventions et une très bonne évaluation par le Comité national du cnrs).

3  Deux volumes du jso ont été publiés pour l’année : le 132 (2011-1) de 224 p. et le 133 (2011-2) de 240 p., soit 464 p. au total (pour mémoire, en 2010, le jso 130-131 ne faisait que 296 p. pour l’année). Nous avons donc une augmentation conséquente du volume publié chaque année. Chaque volume a été imprimé à 500 exemplaires.

4  Il nous est difficile d’évaluer la part des envois faits de la SdO concernant le jso. Nous allons y remédier en comptant plus précisément à partir de 2012 ce qui sort de nos locaux afin d’avoir un chiffrage plus précis.

Haut de page