Navigation – Plan du site
Varia

Quand combat et revendication kanak ou politique de l'État français manient indépendance, décolonisation, autodétermination et autochtonie en Nouvelle-Calédonie

Stéphanie GRAFF
p. 61-83

Résumés

Cet article est une étude de l’interprétation et de la mise en œuvre des concepts d’« indépendance », de « décolonisation », d’« autodétermination », d’« autochtonie » dans les revendications kanak et la politique française en matière de droits des pays et peuples coloniaux et de droits des peuples autochtones. Au regard du droit international, le peuple kanak est autochtone et colonisé. La Nouvelle-Calédonie est inscrite sur la liste des pays à décoloniser des Nations unies depuis 1986. Quelles ont été, à travers l’histoire et jusqu’à aujourd’hui, les stratégies politiques et juridiques choisies par le peuple kanak pour avancer dans ses revendications et quel a été le positionnement de l’État français vis-à-vis de ces revendications pour protéger ses intérêts ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

La perte et la tentative de regain de souveraineté
Autochtone et colonisé
L’inscription sur la liste des pays à décoloniser des Nations unies
La naissance du concept d’« autochtone » au sein des Nations unies
Jeux de mots et manipulation linguistique
L’autodétermination dans les accords de Nainville-les-Roches (1983)
De Matignon à Nouméa
Les accords ont-ils eu une influence sur les résolutions des Nations unies ?
Les accords poussent-ils les Kanak vers des revendications de droits des peuples autochtones ?
Stratégie de décolonisation et d’autochtonie de l’État
À l’approche de 2014…
Du côté de la France
Au niveau local
Au niveau régional et international
Perspectives

Aperçu du début du texte

Depuis 2005, les recherches menées dans le cadre de ma thèse (inscrite officiellement en 2008) concernent l’étude des représentations locales des notions d’« indépendance », de « décolonisation », d’« autodétermination », d’« autochtonie », avec une comparaison de l’interprétation et de la mise en œuvre des droits des peuples autochtones et des droits des pays et peuples coloniaux au regard de la situation en Nouvelle-Calédonie, à travers plusieurs acteurs (onu, État français, gouvernement de Nouvelle-Calédonie, flnks, ong kanak), sur plusieurs niveaux (international, national, local), et à partir d’enquêtes multisituées avec une expérience de terrains d’environ trois ans et demi en Nouvelle-Calédonie et au sein des Nations unies (stage à l’Unité de décolonisation à New York, stage au sein du Bureau du Rapporteur spécial sur les droits des peuples autochtones et participation au Mécanisme d’Experts sur les droits des peuples autochtones à Genève). Par ailleurs, à la demande de Benoî...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie GRAFF, « Quand combat et revendication kanak ou politique de l'État français manient indépendance, décolonisation, autodétermination et autochtonie en Nouvelle-Calédonie », Le Journal de la Société des Océanistes, 134 | 2012, 61-83.

Référence électronique

Stéphanie GRAFF, « Quand combat et revendication kanak ou politique de l'État français manient indépendance, décolonisation, autodétermination et autochtonie en Nouvelle-Calédonie », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 134 | 1er semestre 2012, mis en ligne le 12 juillet 2012, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://jso.revues.org/6647

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page