Navigation – Plan du site
Restitution des têtes tatouées momifiées māori

Affirmation et décolonisation : la cérémonie de rapatriement par la France des toi moko à la Nouvelle-Zélande en perspective

Natacha Gagné
p. 5-24

Résumés

En 2003, le gouvernement néo-zélandais a adopté une politique visant à faciliter le rapatriement des kōiwi tangata (restes humains) māori qui font partie des collections de musées à l’étranger. À la suite de la mise en œuvre de la Loi n° 2010-501 du 18 mai 2010 visant à autoriser la restitution par la France des têtes māori à la Nouvelle-Zélande et relative à la gestion des collections, deux cérémonies de rapatriement de toi moko (têtes momifiées tatouées) ont eu lieu sur le sol français. Une de ces cérémonies se tint le 23 janvier 2012 au musée du quai Branly. C’est à l’analyse de cette cérémonie qu’est consacré cet article qui fait ressortir son intérêt symbolique et politique et la situe dans le mouvement plus large d’affirmation et de décolonisation des Māori.

Haut de page

Notes de l’auteur

Mon séjour de recherche à Paris en janvier 2012 fut rendu possible grâce à une subvention ordinaire du Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada (crsh). J’aimerais également remercier Guillaume Fontanieu qui m’a gracieusement donné une copie de l’enregistrement sonore qu’il avait fait de la cérémonie du 23 janvier 2012 au musée du quai Branly.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Structure des rituels de rencontre
La cérémonie de rapatriement au musée du quai Branly du 23 janvier 2012

Aperçu du début du texte

Depuis 2003, une décision du Cabinet du gouvernement néo-zélandais a adopté une politique visant à faciliter le rapatriement des kōiwi tangata (restes humains, littéralement os humains, généralement traduit de nos jours par restes ancestraux) māori qui font partie des collections de musées à l’étranger. Cette décision répond aux demandes exprimées par les Māori dans un contexte plus large de renaissance culturelle et de processus de décolonisation (interne) en cours depuis les années 1970, et s’inscrit dans le cadre général de la politique de biculturalisme en vigueur en Nouvelle-Zélande. Elle est une réponse aux efforts de la population autochtone pour retrouver le contrôle de son patrimoine et de sa destinée.

Parmi les kōiwi tangata, on retrouve les fameux toi moko (aussi appelés moko mokai ou upoko tuhi), les têtes momifiées/séchées et tatouées d’origine māori qui ont tant fait parler d’elles en France et ailleurs ces dernières années. Ces têtes furent l’objet d’une attention inte...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natacha Gagné, « Affirmation et décolonisation : la cérémonie de rapatriement par la France des toi moko à la Nouvelle-Zélande en perspective », Le Journal de la Société des Océanistes, 134 | 2012, 5-24.

Référence électronique

Natacha Gagné, « Affirmation et décolonisation : la cérémonie de rapatriement par la France des toi moko à la Nouvelle-Zélande en perspective », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 134 | 1er semestre 2012, mis en ligne le 12 juillet 2012, consulté le 18 septembre 2014. URL : http://jso.revues.org/6674

Haut de page

Auteur

Natacha Gagné

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page