Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

Art of the Boiken de Michael Hamson

Gilles Bounoure
p. 273-275
Référence(s) :

Hamson Michael, 2011. Art of the Boiken, contributions by Paul Roscoe, Mike Glad, Ron May, Helen Dennett and Patricia May, Palos Verdes, M. Hamson, 264 p., bibliogr., cartes, 178 objets reproduits, nombreuses autres ill.

Texte intégral

1Quoi qu’il faille penser des « initiatives privées » et commerciales dans un domaine de connaissance par excellence public, on ne saurait contester que la nouvelle publication de M. Hamson (voir jso 129 et 133 pour ses deux précédents volumes) contribue à éclairer une des nombreuses « zones grises » qu’offre encore l’histoire des arts des environs du fleuve Sepik (Papouasie Nouvelle-Guinée) malgré tous ses progrès récents. Il serait malaisé de disputer (pour ne pas dire « marchander ») à ce marchand d’art, à l’occasion d’un livre-catalogue dont près de la moitié des pièces reproduites sont exclues des circuits commerciaux, le mérite d’avoir réuni et porté à la connaissance de qui le souhaite les travaux d’excellents spécialistes sur une région culturelle restée trop peu étudiée par la recherche officielle. Il est même possible, et souhaitable, que cette dernière en tire quelque profit.

2L’éditeur a toute raison de relever, dans son introduction (pp. 7-8), les attributions confuses réservées jusqu’à ces dernières années aux objets issus de cette région définie par sa langue (de la famille Ndu), souvent décrits comme « Yangoru » (un de ses sept groupes dialectaux), « Arapesh » (voisins du nord-ouest), « Abelam » (voisins du sud-ouest) ou même encore plus vaguement « Bas-Sepik » (à quelques dizaines de kilomètres au sud et à l’est). Néanmoins l’indication de provenance Boiken est devenue un peu plus fréquente dans les publications académiques ou commerciales, notamment grâce aux travaux de P. B. Roscoe, dont le premier séjour sur ce terrain remonte aux années 1979-1981.

3Tel est aussi le grand spécialiste auquel M. Hamson a demandé un résumé de la culture et des arts boiken (« The Boiken Culture », pp. 10-13, « The Affecting Presence of Boiken Art », pp. 40-48), dont on appréciera la concision et le refus motivé des interprétations symboliques ou métaphysiques de leur répertoire iconographique. Sans développer tout ce qu’il a pu établir de la préhistoire des Boiken ou des mœurs de leurs voisins Arapesh, plus guerrières que ne les décrivait Margaret Mead (voir notamment ses articles de 1989 et 2003, non mentionnés dans l’ouvrage), il présente cette société comme principalement éprise de démonstrations de force, visant à inspirer aux autres des sentiments mêlés de trouble, d’humiliation et de jalousie, et à renforcer ses propres représentations de puissance menaçante.

4Entre ces deux contributions de P. B. Roscoe s’intercale un « portfolio » (pp. 14-39) d’un photographe renommé, M. Glad, qui a parcouru l’aire boiken avec l’éditeur en mai 2010 pour observer la vie quotidienne aussi bien sur les côtes (Boiken, Wewak) et les îles (Mushu) que dans l’arrière-pays (Passam, Kubalia, Yangoru et environs). On peut regretter de ne pas retrouver sur les cartes de l’ouvrage tous les lieux évoqués ou décrits par cette trentaine de photographies, mais celles-ci, prises et travaillées avec un soin tout particulier, offrent des aperçus utiles et souvent émouvants sur un mode de vie actuel dépourvu de toute dimension cérémonielle depuis des décennies, ainsi qu’assure P. B. Roscoe, mais plein de courage et de joie agréables à voir. Les autres photographies de terrain (D. Newton, H. Aufenanger, P. B. Roscoe) ou d’objets sont elles aussi d’excellente qualité.

5Si les sculptures et masques (« Boiken Figural Sculpture », pp. 50-131) qui occupent le centre de l’ouvrage et forment plus du tiers des objets reproduits ne donnent pas lieu à commentaire particulier, c’est en moins en raison des incertitudes entourant leur provenance que de celles, qu’on peut craindre définitives, de leurs fonctions cérémonielles, puisque M. Hamson, s’appuyant sur les données de collecte et d’autres indices, parvient à esquisser une typologie suggérant les transitions possibles entre les styles et les motifs « montagnards » (yangoru, à influence arapesh et abelam) et côtiers. Il n’en va pas de même pour trois autres catégories d’objets sur lesquels cette publication livre des informations largement plus assurées. Ainsi de ces « monnaies » (bride-price payments) constituées de sections de Turbo marmoratus que coiffe un visage, un buste, voire un personnage en vannerie ou en bois sculpté (« Talipuns - A Unique Boiken Artifact », pp. 133-135, 136-163 pour les objets) dont R. May résume fort clairement ce qu’on sait de leurs lieux de production, à deux ou trois jours de marche des côtes, de leur circulation jusqu’en pays abelam et aux rives du Sepik, et de leur symbolique, entre talipun mâles et femelles, et koliava pourvus de pouvoirs spéciaux et conservés à ce titre par les familles ou les clans.

6Plus développé, le texte que consacre H. Dennett en collaboration avec M. Hamson aux plats monoxyles sculptés (« Boiken Wooden Plates », pp. 161-174, 176-201 pour les objets) bénéficie de son incomparable connaissance des motifs iconographiques de la région, qu’elle étudie depuis des décennies. De ces plats en bois dur, créés les uns dans les zones côtières, les autres au centre et presque au plus haut du pays boiken, elle a recueilli quelque 1 400 relevés de motifs ornementaux, malheureusement mal élucidés, à l’exception de quelques représentations animales et plus rarement humaines dont la portée symbolique reste également obscure. Les Boiken avaient aussi une tradition potière moins connue et diffusée que la précédente, et P. May (« Boiken Pottery », pp. 243-245, 246-261 pour les objets) résume les principales caractéristiques de cette industrie masculine aujourd’hui disparue, attestée dans trois foyers éloignés livrant chacun des productions nettement différenciées. Son texte, qui ne dispense pas de lire les pages correspondantes de son grand ouvrage sur la poterie traditionnelle de Nouvelle-Guinée (2000, pp. 259-273), est précédé de deux chapitres (« Miscellaneous Objects » et « Personal Adornment » pp. 202-241) illustrant la richesse et la diversité des arts boiken, non sans fréquentes parentés de motifs ou de formes avec ceux de leurs voisins.

7Ces difficultés parmi d’autres qui rendent si complexe l’histoire des arts de cette région, on ne se plaindra pas que ce livre se soit modestement borné à les signaler sans entrer dans l’examen de leurs origines historiques, plus malaisées à démêler encore. Par exemple, si P. B. Roscoe a remarquablement mis en lumière la question des migrations dans l’arrière-pays boiken, celles des échanges entre cet hinterland et la région côtière ou entre la côte boiken et les rivages voisins restent des plus obscures. Pour avoir fait escale en 1885 sur la côte boiken où il collecta quelques objets typiques, Otto Finsch (1888 : 305) croyait pouvoir assurer que les habitants n’y connaissaient pas l’usage du fer, à l’instar, ajoutait-il, des premiers hommes décrits par le « bon Rousseau ». En 1909, Albert B. Lewis séjournait au même endroit et visitait l’île Mushu (anciennement Griessen) faisant face à cette côte et pour partie de culture boiken, les autres insulaires parlant le dialecte de l’île voisine Kairiru (anciennement D’Urville). Ces derniers sculptaient et exportaient de grands et beaux tambours horizontaux (garamut) dont M. Hamson (n° 128 p. 204) reproduit un spécimen et dont Lewis put acquérir un exemplaire dans l’île d’Angel au large d’Aitape, à plusieurs dizaines de kilomètres à l’ouest (Welsch, 1998 : 301-306 et 103).

8Mais, comme l’observe son éditeur Robert L. Welsch (ibid. : 510), toutes ces îles et peut-être même la côte s’étendant jusqu’à Wewak étaient visitées dès le milieu du xixe siècle par des commerçants malais en quête de plumes et de coquillages à échanger contre du fer, des perles et d’autres produits. De son côté, Pamela Swadling (1996 : 219) a recueilli la tradition des insulaires non boiken de Kairiru sur la provenance de leurs premiers outils de fer, acquis d’un trader chinois établi dans l’île de Tarawai (également dénommée Tendanie, anciennement Bertrand), de culture boiken quant à elle… Que conclure aujourd’hui de ces données disparates et parfois contradictoires, mais qui semblent attester de larges circuits d’échange, sinon qu’il faut continuer à étudier et à mettre en lumière le monde traditionnel des Boiken, en prolongement de l’heureuse initiative de M. Hamson et des auteurs qu’il a rassemblés ?

Haut de page

Bibliographie

Finsch Otto, 1888. Samoafahrten, Reisen in Kaiser Wilhems-Land und Englisch-Neu-Guinea…, Leipzig, Hirt & Sohn.

May Patricia and Margaret Tuckson, 2000. The Traditional Pottery of Papua New Guinea (revised edition), Adelaide, Crawford House.

Roscoe Paul B., 1989. The flight from the fen. The prehistoric migrations of the Boiken of the East Sepik Province, Papua New-Guinea, Oceania 60, 2, pp. 139-154.

—, 2003. Margaret Mead, Reo Fortune and Mountain Arapesh Warfare, American Anthropologist 105, 3, pp. 581-591.

Swadling Pamela, 1996. Plumes from Paradise. Trade cycles in outer Southeast Asia and their impact on New Guinea and nearby islands until 1920, Boroko, Papua New Guinea National Museum.

Welsch Robert L., 1998. An American Anthropologist in Melanesia. A. B. Lewis and the Joseph N. Field South Pacific Expedition 1909-1913, Honolulu, University of Hawaii Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Art of the Boiken de Michael Hamson », Le Journal de la Société des Océanistes, 135 | 2012, 273-275.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Art of the Boiken de Michael Hamson », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 135 | 2012-2, mis en ligne le 09 décembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://jso.revues.org/6742

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page