Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

Todeszauber und Mikroben. Krankenheitskonzepte auf Karkar Island, Papua-Neuguinea de Olivier Herbert

Gilles Bounoure
p. 269-271
Référence(s) :

Herbert Oliver, 2011. Todeszauber und Mikroben. Krankenheitskonzepte auf Karkar Island, Papua-Neuguinea, Berlin, Dietrich Reimer Verlag, viii-352 p., bibliogr., index, 25 ill. en couleur.

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage, dont le contenu s’avère de premier intérêt, attire d’abord l’attention du fait de la rareté des publications d’ethnomédecine concernant la Nouvelle-Guinée et le reste de la Mélanésie, mais aussi en raison du nombre encore plus réduit de travaux anthropologiques consacrés à l’île Karkar, distante d’une vingtaine de kilomètres de la baie de l’Astrolabe et aujourd’hui peuplée d’environ 50 000 habitants. Ne fut-elle pas pourtant l’une des premières explorées par les Occidentaux, William Dampier y ayant mis brièvement le pied en 1699 et les cartographes ayant ensuite donné son nom à l’île pendant plus de deux siècles ? C’est ce paradoxe qui engagea Finsch (1888 : 112-116) à s’y rendre pour une « Recognoszierung » importante à la fois par sa date et les indications recueillies, parfois plus précises que celles données par Mikloukho-Maklaï qui lia connaissance avec les habitants de Karkar seulement depuis la côte Rai. À l’occasion, Finsch dénonçait le projet dont il avait eu vent, mais dont il ne désigne pas clairement les auteurs, d’installation dans l’île d’une colonie pénitentiaire…

2Vinrent ensuite les missionnaires luthériens, de Georg Kunze, entre 1890 et juin 1895 (date d’une importante éruption du principal volcan de l’île qui se réveilla de la même manière en 1974 et 1979), à Hubert Hubers dans les années 1930, pour ne citer que ceux qui cherchèrent à décrire les insulaires du point de vue ethnographique, les catholiques ne semblant avoir rien laissé de leur côté. Quoique l’île, avec ses basses terres fertiles et exceptionnellement arrosées au contraire des côtes les plus proches souvent desséchées, ait attiré des planteurs blancs s’arrogeant plus du huitième des terres cultivables, et que les autorités australiennes, quand elles s’en firent attribuer le mandat, aient souhaité la transformer en vitrine de leur bonne administration, il fallut attendre les travaux de Romola McSwain, au début des années 1970, pour mieux connaître les traditions des Takia, austronésiens du rivage sud, et des Waskia, non austronésiens de la côte nord, et leurs attentes devant les changements en cours, la création de l’État de Papouasie Nouvelle-Guinée n’étant pas des moindres.

3L’ouvrage d’O. Herbert, issu d’une thèse soutenue à Munich en 2007 à partir de sa pratique médicale et de ses recherches initiées une douzaine d’années plus tôt à Karkar, est organisé en deux parties. La première (pp. 2-146, cinq chapitres) présente des observations générales sur Karkar, la représentation du monde des insulaires et leurs conceptions de la maladie en elle-même ou en relation avec ses possibles causes naturelles ou surnaturelles, la seconde, deux fois plus développée (pp. 147-306, onze chapitres), porte spécifiquement sur la magie, bénéfique ou maléfique, ses présupposés, ses acteurs, ses rites et ses effets. Suivent trois brefs appendices, dont le dernier (p. 313) annonce la publication dès 2012 des premiers résultats d’un travail interdisciplinaire mené conjointement par les départements de santé publique des universités de Sydney et de Brème sur la situation sanitaire de Karkar et « la large gamme d’options diagnostiques et thérapeutiques » offerte par la tradition mélanésienne et la médecine occidentale.

4Cette dernière, écrit O. Herbert (p. 11), fut « inexistante » à Karkar jusqu’en 1948 et l’aménagement d’un hôpital missionnaire, qui demeure aujourd’hui encore « le lieu de soins le plus significatif » de l’île. Mais c’est dans onze villages (huit du sud, deux du nord et un du centre) qu’il a surtout mené son enquête à la fois ethnologique et épidémiologique, s’astreignant à recueillir aussi « objectivement » que possible près de 600 entretiens dont il a tiré diverses statistiques et citations caractéristiques. Ainsi, ses judicieuses questions sur « l’origine des connaissances » médicales, naturalistes et autres, révèlent l’influence des missionnaires enseignant que tout savoir vient directement de Dieu, mais aussi la persistance de conceptions et de pratiques traditionnelles, tel le recours au rêve ou le respect scrupuleux de la « réciprocité entre humains et êtres surnaturels ». On ne saurait résumer ici les trois derniers chapitres de la première partie passant en revue les maladies reconnues par les patients, qui leur voient des raisons naturelles pour deux tiers et des causes surnaturelles pour le reste, dont 17 % sans participation humaine et 83 % attribuées à des adeptes de la magie noire, opérant à distance (3 %) ou au moyen d’objets diversement mis en contact avec la victime (97 %). Du moins voit-on que rarement enquête sur le sujet aura atteint une telle précision.

5On pourrait décrire les quelque 150 pages de la deuxième partie comme un catalogue raisonné des magies nocives ou curatives en usage à Karkar et de leurs implications psychosociales (« transgression, colère, envie », pp. 172-201), travail qui semble également d’une ampleur inégalée pour la Nouvelle-Guinée. Le médecin ne manque pas de s’y interroger sur la « réalité » d’abord, l’étiologie ensuite, des phénomènes rapportés ou observés par l’ethnologue, scrutant notamment « les capacités thérapeutiques de la magie » (pp. 278 sq.) ou la « diversité des symptômes des maladies d’origine surnaturelle » (pp. 283 sq.). Il n’omet pas non plus de décrire l’attachement des insulaires à ce type de cure pouvant s’accompagner de dédommagements de la part de l’auteur présumé des maux (pp. 289 sq.) et les préventions ou précautions individuelles et collectives érigées contre toute espèce de magie, notamment les lois imposées par les autorités australiennes puis néo-guinéennes. L’ouvrage manque malheureusement de références précises sur ce point, dont Internet fournit nombre de pièces importantes, tel l’étonnant rapport sur la sorcellerie établi en octobre 1977 par la commission de révision des lois de Papouasie Nouvelle-Guinée pour aménager le non moins surprenant « Sorcery Act » de 1971, législation rédigée en prévision de l’indépendance, également accessible sur Internet.

6On peut présumer que le remarquable ouvrage d’O. Herbert sera largement lu et cité, aussi bien pour ce qu’il relate et analyse en détail que pour la méthode générale qu’il propose dans le domaine à peu près vierge qu’il délimite aussi, celui d’une ethnomédecine tendant à examiner et à décrire tous les choix diagnostiques et thérapeutiques dont pourraient disposer les patients de telle île ou de telle société donnée (celles de nos lecteurs comprises). Pour qui n’est ni médecin ni familier de Karkar ou de la province de Madang, quelles réserves oser formuler ? En vue de confirmer ou d’amplifier ses propres observations, comme si elles ne se suffisaient pas à elles-mêmes, O. Herbert s’est largement appuyé sur des données ethnographiques recueillies aux alentours par Peter Lawrence et d’autres, présumant entre les insulaires et les habitants des côtes voisines une unité culturelle que nombre d’auteurs n’admettent pas sans discussion. En premier lieu, l’isolement de Karkar, dont les 40 km de rivages offrent peu de points d’accostage, aurait découragé ses habitants de se faire marins au long cours à l’instar de ceux des Siassi ou de Bilibili, dépendant même de ces derniers pour l’exportation de leurs productions traditionnelles (Harding, 1967 : 23-24).

7À côté de tambours en forme de sablier jadis réputés et toujours en usage (Herbert, Abb. 3 : 246), elles comprenaient des boucliers faits de trois lames de bois solidarisées par des tressages de rotin, avec une poignée creusée dans la lame centrale, construction sans autre exemple en Nouvelle-Guinée, mais non en Nouvelle-Bretagne (Arawe/Kandrian, mais aussi Mengen, Sulka et îles Vitu pour ce type de poignée) et que les spécialistes seraient enclins à attribuer à une tradition austronésienne, sinon à des relations maritimes jadis plus développées vers le nord-est que vers le sud (H. Beran, 2005 : 46-57, qui suggère aussi des liens avec l’extrémité ouest de la Nouvelle-Guinée). Ils auraient été néanmoins fabriqués par des villageois des flancs du volcan (Kunze, 1896 : 194), non austronésiens quant à eux. Comment circulaient objets, rites et traditions entre ces insulaires décrits comme fréquemment en guerre les uns contre les autres, puis entre eux et les habitants des côtes voisines, c’est ce que ne permettent pas d’établir les observations de Kunze, les plus détaillées et précoces dont on dispose (voir le résumé critique qu’en fait Bodrogi, 1953 : 107-110), mais auxquelles Hagen (1899 : 203 note 2) a légitimement reproché de « mêler sans indication d’origine les us et coutumes très différents de Bogadjim, Siar et Karkar ».

8Ces différences n’empêchaient pas Hagen, et Bodrogi à sa suite, de souligner ce qui rattachait Karkar à la culture de la baie de l’Astrolabe, notamment les grandes fêtes d’initiation et de circoncision, aujourd’hui disparues de longue date, et la diffusion générale de la légende des frères ennemis et néanmoins civilisateurs Kilibob et Manup, que Bodrogi (1953 : 119-127) tenait également pour un récit d’origine austronésienne. Examinant une version contemporaine de ce mythe circulant à Karkar, R. McSwain (1994) a mis en évidence le rôle unificateur qu’il avait pu jouer à la fois entre insulaires austronésiens et non-austronésiens, mais aussi entre le passé et le présent, la tradition et la modernité. À cette unité culturelle qu’elle a pu constater, et que le livre d’O. Herbert confirme largement, n’auront certainement pas moins contribué aussi une centaine d’années de contacts avec les Blancs.

9On ne saurait donc reprocher à O. Herbert d’avoir délaissé la diachronie et les difficultés posées par l’histoire de cette « région méconnue », comme écrit justement Pieter Ter Keurs (2006 : 138), au profit de la synchronie et des données contemporaines qu’il a recueillies, analysées et comparées avec d’autres éléments récents. Reste une question soulevée par l’une des sources anciennes consultées à l’occasion de cette lecture, celle de l’évolution historique des symptômes ainsi que des causes et des traitements qui leur sont associés. On doit ainsi à un autre médecin, Hagen (1899 : 256-258 et 269 sq.), un premier tableau, succinct mais intéressant, des maladies alors observables dans la baie de l’Astrolabe, et des magies censées y remédier. O. Herbert le note, les changements de modes de vie et d’habitudes alimentaires qui se sont accélérés à la fin du xxe siècle n’ont pas manqué d’influer sur les pathologies ou les descriptions qu’en font les patients, et par voie de conséquence sur les conceptions et les pratiques de magies appelées de la sorte à se renouveler. On entrevoit ce que l’ethnomédecine, telle que la promeut remarquablement cet ouvrage, pourrait gagner à prendre en compte des témoignages recueillis avant la constitution de cette discipline.

Haut de page

Bibliographie

Beran Harry and Barry Craig (eds), 2005. Shields of Melanesia, Honolulu, University of Hawaii Press.

Bodrogi Tibor, 1953. Some notes on the ethnography of New Guinea, Acta Ethnographica Academiae Scientiarum Hungaricae iii, pp. 91-184.

Finsch Otto, 1888. Samoafahrten, Reisen in Kaiser Wilhems-Land und Englisch-Neu-Guinea…, Leipzig, Hirt & Sohn.

Hagen Bernhard, 1899. Unter den Papua’s. Beobachtungen und Studien über Land und Leute, Thier- und Pflanzenwelt, Wiesbaden, Kreidel.

Harding Thomas G., 1967. Voyagers of the Vitiaz Strait. A Study of a New Guinea Trade System, Seattle and London, University of Washington Press.

Hubers Hubert s.v.d., 1942-1945. Kleine musikethnologische Beiträge von der Insel Karkar in Neuguinea, Anthropos, Band 37/40, Heft 1/3, pp. 122-126.

Kunze Georg s.v.d., 1896. Karkar oder Dampier Insel, Petermanns Geographische Mitteilungen xlii, pp. 193-195.

McSwain Romola, 1994. Kulbob and Manub: Past and Future Deities of Karkar Island, Pacific Studies 17, 4, pp. 11-28.

Ter Keurs Pieter, 2006. La Baie de l’Astrolabe, in Philippe Peltier et Floriane Morin (éds), Ombres de Nouvelle-Guinée. Arts de la grande île d’Océanie dans les collections Barbier-Mueller, Paris, Somogy, pp. 136-149.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Todeszauber und Mikroben. Krankenheitskonzepte auf Karkar Island, Papua-Neuguinea de Olivier Herbert », Le Journal de la Société des Océanistes, 135 | 2012, 269-271.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Todeszauber und Mikroben. Krankenheitskonzepte auf Karkar Island, Papua-Neuguinea de Olivier Herbert », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 135 | 2012-2, mis en ligne le 09 décembre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://jso.revues.org/6743

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page