Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

Parlons iaai. Ouvéa, Nouvelle-Calédonie de Daniel Miroux

Isabelle Leblic
p. 279
Référence(s) :

Miroux Daniel, 2011. Parlons iaai. Ouvéa, Nouvelle-Calédonie, Paris, L’Harmattan, 326 p., bibliogr., 2 cartes, quelques dessins noir et blanc.

Texte intégral

1Cette collection « Parlons… », qui compte plus de 170 ouvrages, a été conçue pour répondre aux besoins des voyageurs qui souhaitent acquérir les connaissances de base sur un peuple, sa culture et sa langue, en faisant de chaque volume une méthode d’auto-apprentissage linguistique avec des éléments de conversation courante et deux lexiques. C’est donc ici un ouvrage grand public qui, de plus, n’est pas le fait d’un linguiste ou d’un anthropologue. En 326 pages, son auteur, économiste de formation mais connaisseur d’Ouvéa, propose ici une découverte d’Ouvéa. Dans l’introduction, une présentation générale de l’île, de son peuplement et de son histoire permet de situer la langue iaai par rapport à celle fagauvea introduite par les migrations wallisiennes anciennes (pp. 7-14). Puis, la première partie propose une description très simplifiée de la langue (pp. 15-34). La deuxième partie se veut comme un guide de conversation courante (pp. 35-46). Enfin, la troisième partie revient sur la culture (pp. 47-52) et sur l’arrivée des Européens (pp. 53-72). Enfin, l’ouvrage se termine par les deux lexiques, français-iaai (pp. 73-190) puis iaai-français (pp. 191-320). Une courte bibliographie termine l’ensemble (pp. 321-323).

2L’auteur n’en est pas à son premier ouvrage sur la question. Il avait déjà publié à Nouméa à l’Alliance Champlain dont il est le président plusieurs ouvrages sur la langue iaai : un dictionnaire français-iaai Tusi hwen iaai ae gaan (en 2007) et un manuel de conversation en langue iaai Tusi hwen iaai (en 2003). Malheureusement, ces deux premiers volumes n’ont pas eu une grande diffusion en dehors de la Nouvelle-Calédonie et furent vite épuisés ; ce dernier ouvrage reprend donc une synthèse de ceux-ci dans une édition mieux diffusée en métropole. On ne peut donc qu’en saluer la parution. Les puristes de la langue et/ou de la culture pourront trouver l’ensemble trop vulgarisateur et plein d’imprécisions. Mais sans doute le but de cet ouvrage qui n’est pas scientifique est-il ailleurs et son utilité pour les néophytes sera importante. On le lit facilement et c’est une première approche de l’île et de la langue iaai. Ceux qui voudront en savoir plus pourront compléter leur lecture par celle des écrits de Françoise Ozanne-Rivierre qui a longuement travaillé en tant que linguiste sur cette langue et qui fut l’auteur notamment d’un dictionnaire (1984) et d’une description linguistique de la langue (1976).

Haut de page

Bibliographie

Ozanne-Rivierre Fançoise, 1976. Le iaai, langue mélanésienne d’Ouvéa (Nouvelle-Calédonie). Phonologie, morphologie, esquisse syntaxique, Paris, selaf, 245 p.

—, 1984. Dictionnaire iaai-français(Ouvéa, Nouvelle-Calédonie), suivi d’un lexique français-iaai, Paris, selaf, coll. Langues et cultures du Pacifique 6, 179 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Leblic, « Parlons iaai. Ouvéa, Nouvelle-Calédonie de Daniel Miroux  », Le Journal de la Société des Océanistes, 135 | 2012, 279.

Référence électronique

Isabelle Leblic, « Parlons iaai. Ouvéa, Nouvelle-Calédonie de Daniel Miroux  », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 135 | 2012-2, mis en ligne le 26 janvier 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://jso.revues.org/6746

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page