Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

Carved Histories. Rotorua Ngati Tarawhai Woodcarving de Roger Neich

Gilles Bounoure
p. 279-280
Référence(s) :

Neich Roger, 2008. Carved Histories. Rotorua Ngati Tarawhai Woodcarving, Auckland, Auckland University Press, xvi-424 p., appendices, bibliogr., index, 19 pl. couleur, très nombreuses ill. noir et blanc dans le texte.

Texte intégral

1Dans cette nouvelle présentation comme dans sa première édition (2001) qui faisait suite à un précédent volume (Painted Histories, 1993) explorant à la fois les données livrées par les colons et celles issues des Māori amenés à se servir du médium de la peinture importé par les Européens, le présent ouvrage, considéré par de nombreux spécialistes comme le meilleur livre de Roger Neich (1944-2010), n’avait jamais été décrit dans ces colonnes. Il convient aussi de l’évoquer pour commencer à honorer le souvenir de ce savant infatigable et généreux, brutalement arraché aux travaux multiples qu’il continuait à mener sur les arts du Pacifique après sa retraite de professeur et de conservateur, et qui allaient souvent bien au-delà de ceux de la Nouvelle-Zélande dont il était devenu le principal expert, et le plus sollicité. Ces dernières années, n’avait-il pas enquêté avec succès sur les sculptures (conventionnellement dénommées tino) de Nukuoro, d’abord à partir d’une figuration masculine en mains privées dont il défendit publiquement l’authenticité sourdement contestée dans les milieux marchands (Neich, 2008 – véritable leçon d’expertise), puis sur les circonstances de collecte de la grande figuration féminine du musée d’Auckland, authentifiant au passage son identification à Kawe, « la principale déesse des insulaires de Nukuoro » (Neich and Park, 2009) ? Tel était son souci d’approfondissement et d’élargissement permanents des connaissances, qui le conduisait encore, sans la moindre « confusion des genres », à autoriser de grandes maisons de ventes à reproduire dans leurs catalogues les avis qu’il formulait sur des pièces offertes aux enchères, du fait de leur intérêt esthétique ou historique.

2Les « Ngati Tarawhai, a small Rotorua tribe famed for their wood-carving prowess » comme les avait définis R. Neich antérieurement (1996 : 76), ne figurent pas sur la plupart des « cartes simplifiées des tribus māori » offertes par les ouvrages spécialisés, leur région de la Bay of Plenty étant généralement assignée aux seuls Te Arawa, ses principaux premiers occupants. Elle compte dix-sept lacs (capables d’accueillir un championnat du monde de ski nautique en 2007) et R. Neich, enquêtant auprès des Tarawhai dès 1971, a reconstitué leur histoire ponctuée de migrations de l’un à l’autre de ces lacs et d’épidémies qui les décimèrent, avant que les guerres du xixe siècle et leurs suites ne modifient largement leur style de vie (chapitres 2, 3, 4, pp. 4-41). À ces remarquables pages d’ethnohistoire succèdent trois chapitres consacrés aux sculpteurs de la tribu, à leur statut et à leurs contacts avec les sculpteurs Ngati Pikiao (terme désignant divers sous-groupes Te Arawa), avec lesquels ils collaboraient fréquemment (pp. 42-85).

3Les chapitres 8, 9 et 10 (pp. 101-145) s’attachent à préciser ce que recouvrent aujourd’hui les termes d’« art » et de « style », par rapport aux contenus qui leur étaient attribués au xixe siècle tant du côté māori que dans la conception que se faisaient les colons européens de l’art māori. Les deux suivants (pp. 146-178) décrivent la sculpture māori sous l’angle de la culture matérielle, depuis ses outils et leur mise en œuvre jusqu’à ses réalisations les plus emblématiques, et du fait de leur portée générale et de leur profondeur, l’ensemble de ces pages mérite d’être connu de tous les spécialistes des arts du Pacifique. Leur succèdent trois chapitres (13, 14, 15, pp. 179-257) examinant et comparant, d’après ce qui subsiste des sculptures Tarawhai, ce qu’elles doivent à leurs commanditaires d’abord māori, puis européens, missionnaires ou fonctionnaires, et enfin touristes attirés un temps par les ressources thermales de Rotorua et de ses environs.

4S’appuyant sur l’étude d’œuvres « individuelles » (connues comme telles ou attribuables au travail ou à la supervision d’un sculpteur Tarawhai unique, parfois anonyme), les quatre derniers chapitres (16-19, pp. 258-305) tentent de mesurer les changements survenus dans cet art d’abord du point de vue des motifs, des formes et des matériaux (un véritable changement « de langue », résume excellemment R. Neich), mais aussi dans les relations avec les commanditaires, et enfin dans les représentations mêmes que se sont successivement formées les sculpteurs Tarawahai de leur art et de leurs créations. Si la conclusion (pp. 306-308) appelant à de nouvelles recherches sur le sujet fait apprécier toute la modestie du savant, sa générosité à livrer les connaissances qu’il a recueillies, et son souci de les rendre facilement accessibles s’observent de nouveau avec ses neuf appendices (pp. 309-402), alternant précieux inventaires, développements historiques et thèmes de recherches impossibles à détailler ici, et avec les six index dont il a tenu à munir son livre (pp. 415-424).

5Imprimé en petit corps, illustré de photographies que le lecteur renonce à compter tant elles se succèdent (parfois 6 par page) et sont inséparables des argumentations de R. Neich, cet épais volume est à ranger au nombre des classiques de l’histoire de l’art, non seulement pour l’abondance exceptionnelle de données et de réflexions qu’il offre au public en des termes la plupart du temps accessibles à tous, mais aussi pour sa méthode, qui a orienté et semble résumer le parcours de ce savant, réussissant à élargir sans cesse ses investigations et ses thèmes de recherche depuis ses premières enquêtes dans la région de Rotorua, et tenant en même temps à approfondir celles-ci jusqu’à ses dernières années. Mais est-ce là signaler cette publication d’un point de vue suffisamment « scientifique » et « critique » comme il est attendu dans ces colonnes ? Deux remarques, étayées sur des autorités dont R. Neich fut le contemporain et devint rapidement l’égal, suffiront peut-être à dissiper ce genre de doute.

6Terence Barrow (1923-2001), dans des publications qu’on ne saurait énumérer ici, a constamment signalé combien la dimension « érotique » des objets d’art polynésiens (et particulièrement māori dont il était grand spécialiste) s’était trouvée minorée ou occultée par les premiers Occidentaux qui mirent la main dessus pour les détruire ou les exporter (avec mutilation des sculptures), ou en firent exécuter des répliques plus conformes à la « pudeur ». R. Neich aborde ce sujet (qui doit aussi être envisagé sous maints autres angles, familial, généalogique, politique…) avec une prudence et une rigueur qui appellent l’admiration, notamment à propos du motif des « couples enlacés » (embracing figures, pp. 280-282 pour le texte, pp. 280-285 pour les illustrations, et inventaire de ces figures dans l’appendice viii pp. 396-398), dont il montre qu’il offrit surtout aux maîtres sculpteurs Tarawhai l’occasion de déployer leur virtuosité en expérimentant vues frontales ou de profil, membres ou parties du corps en commun, et figurations encore plus « ambiguës », amusantes ou déroutantes.

7Un autre grand spécialiste des arts māori dont Carved Histories conduit à évoquer les travaux, David R. Simmons, à qui R. Neich succéda comme conservateur des collections ethnologiques du musée d’Auckland, s’était attiré maintes critiques pour son empressement à assigner les objets à des styles régionaux précis en s’appuyant principalement sur leurs caractéristiques formelles, parfois arbitrairement ou confusément définies. Que cette tâche soit des plus difficiles, R. Neich le soulignait lui-même (1996, pp. 94-97) en faisant observer que dès la fin du xviiie siècle apparaissent des objets où se mêlent plusieurs styles locaux, probablement du fait de l’intrusion des Occidentaux, surtout dans les régions côtières de l’île du Nord, celles des Arawa et des Tarawhai particulièrement. Le cheminement de ce volume suffit à l’indiquer, R. Neich n’a nullement rejeté l’ambition affichée par D. R. Simmons après d’autres (Best, Skinner, etc.), il lui a apporté la perspective et la rigueur historiques qui lui manquaient jusqu’alors. Sous cet aspect, qui fait pleinement comprendre le titre de Carved Histories, ce livre restera aussi comme une leçon de méthode exemplaire et comme un grand livre d’histoire.

Haut de page

Bibliographie

Neich Roger, 1996. Wood-carving, in D. C. Starzecka (ed.), Māori Art and Culture, London, British Museum Press, pp. 69-113.D

—, 2008. A recently revealed tino-aitu figure from Nukuoro Island, Caroline Islands, Micronesia, Journal of the Polynesian Society 117-4, pp. 327-344.

Neich Roger and Stuart Park, 2009. A detailed provenance for Kawe, the Nukuoro figure carving in Auckland Museum, Journal of the Polynesian Society 118-4, pp. 369-375.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Carved Histories. Rotorua Ngati Tarawhai Woodcarving de Roger Neich », Le Journal de la Société des Océanistes, 135 | 2012, 279-280.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Carved Histories. Rotorua Ngati Tarawhai Woodcarving de Roger Neich », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 135 | 2012-2, mis en ligne le 26 janvier 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://jso.revues.org/6747

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page