Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

Taonga Māori in the British Museum de Dorota C. Starzecka et al.

Gilles Bounoure
p. 280-282

Texte intégral

1Ni Roger Neich ni Mick Pendergrast, tous deux décédés en 2010, n’auront eu en mains ce livre, sorti des presses au début de l’année suivante, selon le communiqué de presse annonçant sa parution. Ils avaient entrepris cette somme avec Dorota Starzecka au terme de la belle exposition « Māori Art and Culture » organisée par cette dernière en 1998 au British Museum. Ne fallait-il pas consacrer un « catalogue définitif » aux richissimes collections māori de ce musée ? Ils s’y sont appliqués pendant plus d’une décennie, et l’ouvrage qui en résulte est évidemment indispensable aux spécialistes, autant que le demeure, malgré ses défauts, le catalogue dressé par David Simmons pour les musées nord-américains (curieusement absent de la bibliographie du volume). Mais cette publication s’adresse aussi à d’autres lecteurs, les Māori eux-mêmes en premier lieu, et, espère également le directeur du British Museum, les visiteurs de ces collections, parmi les plus fréquentées de son département dévolu aux civilisations d’Afrique, d’Océanie et des Amériques.

2Après une introduction offrant de très précises indications sur l’histoire des collections (pp. 5-24) complétées en milieu de volume par une liste alphabétique des principaux « collectors, donors, vendors, institutions » (pp. 146-149, avec renvois à la bibliographie), douze sections (1. canots et accessoires, 2. greniers, maisons de réunion et sculptures diverses, 3. objets domestiques, 4. boîtes à trésor, ornements et instruments de tatouage, 5. jeux et instruments de musique, 6. objets cérémoniels, mémoriels et mortuaires, 7. armes, 8. instruments de pêche, de chasse et d’agriculture, 9. outils de tissage et textiles, 10. céramiques modernes, 11. objets des îles Chatham, 12. objets ou répliques de style maori) forment le catalogue proprement dit, avec un parti pris typologique des plus utiles, notamment pour l’étude des formes et des techniques. Des appendices sur l’architecture, les motifs sculptés et tissés, les techniques de tissage, un glossaire et cinq index ferment le volume.

32351 spécimens se trouvent ainsi non pas seulement décrits et photographiés, mais étudiés et réellement discutés dans des notices remarquables de concision et de franchise. D. Starzecka et R. Neich divergent fréquemment sur les datations assignables aux objets : par exemple, sur les dix-huit casse-tête en pierre (ou patu onewa) que mentionne la page 84 (n° 759 à 776), huit que la première attribue au xviiie siècle sont, pour le second, des productions du siècle suivant, mais on observe non moins souvent que la première date du xixe siècle des pièces jugées par le second d’une époque antérieure (voir par exemple pp. 46-47 à propos des wakahuia ou boîtes à trésor). S’étendant parfois aussi aux régions où ces objets furent présumablement créés, ces divergences ne donnent que plus de poids aux points d’accord entre ces éminents spécialistes, tout en montrant sans faux unanimisme quels progrès a encore à accomplir la connaissance des arts maori, malgré les avancées considérables qu’elle a connues ces dernières décennies.

4Ce catalogue, prévient l’éditeur, ne recense ni « os non travaillés », ni « pierres sculptées par le vent », ni pièces entrées dans les collections depuis 2000. On y relève également l’absence, sans commentaire ni justification, de toute tête humaine tatouée et momifiée maori (toi moko ou mokomakai), alors que le British Museum, au moment de la parution du volume, ne s’était toujours pas engagé dans la procédure de restitution de ces objets à la Nouvelle-Zélande, probablement pour ne pas avoir à restituer d’autres pièces qui lui sont réclamées de longue date, en Europe notamment (Peltier et Mélandri, 2012 : 30). Il conviendra de se reporter à leur sujet à d’anciennes publications comme celle de Robley (1896 : 190 sq. pour les mokomakai du British Museum). On y trouve néanmoins reproduits, décrits et commentés d’assez nombreux objets incluant des restes humains, à l’instar des pendentifs hei tiki en calotte de crâne humain (p. 49, pl. 69), des pendants d’oreille et colliers de dents humaines (pp. 58-59 et pl. 79-80), des flûtes nasales en os humain, koauau (p. 65 et pl. 90), etc.

5L’intérêt d’une aussi volumineuse publication prêtera peut-être à discussion en un temps où le British Museum, comme d’autres grands musées, s’est doté d’une base de données remarquable, sans cesse enrichie et corrigée, offrant souvent plusieurs vues en couleur du même spécimen, et permettant de visiter le meilleur de ses collections à distance. Mais près des deux tiers de l’humanité ne disposent toujours pas d’accès à internet, et pour le tiers plus favorisé, il n’est pas rare que les disparités d’équipement et de « débit » entre pays, voire entre villes d’une même région, empêchent de consulter utilement ces bases de données institutionnelles, comme on l’observe même depuis certaines zones insuffisamment « connectées » de France et d’Europe où la documentation imprimée demeure aujourd’hui irremplacée.

6Ce sont néanmoins les mieux traités de ces privilégiés, accédant sans difficulté à l’excellente « British Museum collection database », qui pourront mesurer ce qu’a de proprement irremplaçable le présent catalogue imprimé, à la fois pour le travail colossal de classement typologique détaillé qui s’y trouve condensé, « tâche » hors de portée des bases de données même munies des « filtres » les plus sophistiqués, et pour l’organisation de ses 200 planches en noir et blanc, permettant parfois de comparer jusqu’à 8 ou 9 objets par page, avec une facilité et une rapidité de consultation qu’on ne saurait attendre d’un nombre équivalent d’écrans. Il se pourrait même que les avantages très consistants des catalogues électroniques ne puissent être réellement exploités qu’à partir d’ouvrages imprimés aussi intelligemment et sérieusement conçus que Taonga Māori.

Haut de page

Bibliographie

Peltier Philippe et Magali Mélandri, 2012. Chronologie concernant les têtes tatouées et momifiées māori ou toi moko, Journal de la Société des Océanistes 134, pp. 28-30.

Robley Major-General, 1896. Moko or Māori Tattooing, London, Chapman and Hall.

Simmons David R., 1982. Catalogue of Māori Artefacts in the Museums of Canada and the United States of America, Auckland, Auckland Institute and Museum.

Starzecka Dorota C. (ed.), 1996. Māori Art and Culture, London, British Museum Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Taonga Māori in the British Museum de Dorota C. Starzecka et al. », Le Journal de la Société des Océanistes, 135 | 2012, 280-282.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Taonga Māori in the British Museum de Dorota C. Starzecka et al. », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 135 | 2012-2, mis en ligne le 18 février 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/6748

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page