Navigation – Plan du site
Actes de la Société

In memoriamMichel Panoff : l’intransigeance d’un démystificateur inclassable

Georges Guille-Escuret
p. 269-274

Un grand monsieur nous a quittés discrètement. Michel Panoff, bien que Big Man de l’ethnologie, détestait l’ostentation, ne s’affiliait à aucun clan et consacrait l’essentiel de sa pensée à la démystification. En miroir du paradoxe classique du classificateur inclassable, celui qui contesta tant de catégories trop commodes et de rangements « arrangés » s’est lui-même affirmé comme un chercheur hors catégorie, et fort heureusement dérangeant. Il citait volontiers à ses étudiants l’aphorisme de Margaret Mead selon lequel le sociologue ne s’entend pas avec sa société, tandis que l’ethnologue ne s’entend ni avec sa société ni avec lui-même, mais ce n’est pas à la connotation affective de la formule qu’il s’attachait : le point important réside en ce que les tensions internes et les questions névralgiques déterminent le regard porté par une personnalité construite sur les signes particuliers d’un autre monde. Là où tant d’autres firent de « l’autre » un instrument pour s’interroger sur des contradictions intimes, il inversa l’opération pour restituer la priorité à la différence aperçue en face.

Photo 1. – Michel Panoff chez lui, devant sa bibliothèque

Image 1.png

(2001, cliché de la famille Panoff)

Rien ne semblait ainsi promettre une carrière d’anthropologue au jeune Panoff, gourmet de haute littérature et animé par une foi chrétienne constante mais qu’il ne commenta guère : ses études brillantes à hec, vivement encouragées par son milieu familial, annonçaient plutôt un avenir « dans les affaires », et il en aura conservé un pragmatisme tenace, avec une attention constante à l’économie (sa traduction de Keynes a récemment été rééditée). Néanmoins, une curiosité intellectuelle irrépressible lui fit rapidement quitter ces rails, le seuil décisif se situant dans la fréquentation des séminaires de Claude Lévi-Strauss, dont il devint l’élève. Ensuite, quand il décida de camper en Océanie, on eut présumé qu’il arpenterait la voie royale d’une quête des universaux via la parenté et/ou le mythe. Là encore, il refusa le trajet tracé à l’avance et résolut d’analyser la culture avec sa matière et les symboles dans leur histoire : en témoigne un « classique », La terre et l’organisation sociale en Polynésie (1970a). Et n’oublions pas Tahiti métisse (1989), qui brise avec entrain une belle série de stéréotypes, à commencer par celui d’une société qui commence à bouger au moment de la grande « rencontre ». Ce refus du cloisonnement se confirma encore par sa volonté de franchir la frontière entre Polynésie et Mélanésie, ne serait-ce que pour démentir la hiérarchie culturelle et raciale que le colonialisme avait installée entre les deux mondes : la Nouvelle-Bretagne fut sans doute son terrain le plus marquant où, fidèle à ses principes, ses travaux n’éludèrent pas les traumatismes distillés par les Occidentaux, sans accepter pour autant de se laisser fasciner par eux. Car, si l’exotisme « pur » ne fut jamais son Graal, le battage de coulpe salonnard ne fut pas davantage son délice. Et, quand il voulut, sur ces sujets, s’extraire du strict discours ethnographique pour représenter l’hypocrisie et l’outrecuidance en elles-mêmes, il se saisit d’une plume tranchante comme un scalpel et publia une image inouïe de la Mélanésie : En noir et blanc (1999), recueil de neuf récits aussi acides que sombres.

L’autre volet de son œuvre s’ensuit : une réflexion critique et pédagogique sur la vocation de l’anthropologie et sur les raisons authentiques qui font espérer sa perennité. Il y eut L’ethnologue et son ombre (1968, cosigné par Françoise Panoff), essai centré sur le rapport au terrain. Puis, le Dictionnaire de l’ethnologie (1973, avec Michel Perrin), ce vade-mecum d’une génération d’étudiants qui demeure un outil de base pour beaucoup de professionnels quand ils souhaitent se rafraîchir la mémoire. Le principal coup de chapeau reviendra cependant à Ethnologie : le deuxième souffle (1977a), puissant plaidoyer pour la mission intacte de notre discipline, rehaussé par une attaque cinglante des nihilismes confortables. Avec en épigraphe de chaque chapitre des sentences minutieusement choisies chez Marx, Engels, Freud et Nizan. Ce fut une mise au point dont le caractère prophétique se confirme chaque jour davantage face aux relativismes replets et autosatisfaits qui s’affalent sur notre début de millénaire : à relire aujourd’hui plus que jamais.

La personnalité de l’homme reflétait complètement son style, entre autres choses à travers cet humour singulier qui pince sans rire parce qu’il ne pince pas pour rire : bien des formules condensées à travers lesquelles il a raillé une hypocrisie ou une compromission sont de véritables joyaux. Et, comme Michel Panoff parlait exactement de la même façon qu’il écrivait, ses réflexes d’intransigeance firent jaillir, les yeux dans les yeux, pas mal de répliques sèches et de commentaires glacés qui lui auront valu une quantité non négligeable d’inimitiés tenaces. Ce dont il se soucia, bien entendu, comme d’une guigne. Quand il soupirait « cela sent son procédé » à propos d’un texte en lecture, ou en relecture, la question était pour l’essentiel pliée. Toutefois, s’arrêter à cet aspect conduirait à une image totalement fallacieuse de procureur pète-sec, avide de piloris. Impitoyable, il ne le fut que vis-à-vis des enjolivures de la vanité. En revanche, il respectait les contradictions réelles, et l’intérêt qu’il leur accordait s’étendait sur un spectre très large. Formé à l’aune du structuralisme, il sut rendre hommage à des fonctionnalistes sincères (voir Bronislaw Malinowski, 1972) et s’insurgea avec véhémence contre le dédain subi par le marxisme et ses instruments d’analyse après la chute du mur de Berlin. Et, s’il brocarda une intelligentsia autoproclamée, il se lança aussi dans une ethnographie atypique du hiatus instable qui sépare l’anthropologue du littérateur : Les frères ennemis. Roger Caillois et Claude Lévi-Strauss (1993). Le refus du conformisme allait chez lui de pair avec celui des barrières factices : Claude Lévi-Strauss, le maître admiré même quand il n’était pas approuvé (ce fut la cas à propos de L’homme nu) et Claude Meillassoux, ami estimé entre tous, furent, comme un fait exprès, les deux auteurs auxquels il consacra ses dernières heures d’ethnologue. Avec le second, il envisagea même sérieusement d’ouvrir une librairie qui reprendrait à son compte la mission de Maspéro, durant les années ferventes du Quartier Latin. Une librairie tenue par Meillassoux et Panoff ! Quelques-uns d’entre nous iront la visiter en rêve afin d’y poursuivre les discussions qui en valent la peine.

L’Océaniste a conclu jadis une postface par ces mots :

« Il existe sur les instruments topographiques un trait de repère appelé “ligne de foi” et qui permet à l’opérateur de trouver, malgré les conditions les plus défavorables, la position requise pour effectuer des visées correctement. C’est vers Evans-Pritchard que l’esprit à la recherche d’une “ligne de foi” devra se tourner s’il entend échapper au tumulte qui entoure l’anthropologie aujourd’hui. » (Panoff, 1969a : 174).

Le compliment peut désormais revenir en toute justice sur Michel Panoff.

Photo 2. – Michel Panoff sur le terrain, sans doute en Polynésie

Image 2.png

(circa 1970, cliché de la famille Panoff)

Annexe1 : Michel Panoff à la Société des Océanistes

  • 1 Établie par Isabelle Leblic et Christian Coiffier.

Michel Panoff fut investi durant de nombreuses années dans le travail de la Société des Océanistes, tant dans son administration générale que dans ses publications. En tant que membre du conseil d’administration de la société, il fut secrétaire général durant une dizaine d’années de 1983 à 1994, puis président de la société de 1994 à 1997, pour finir ses fonctions officielles au bureau de la Société comme vice-président de 1998 à 2000, avec fonction de trésorier en 1998. Il fut chargé de la revue jusqu’en 1997, date à laquelle Claire Moyse lui succéda pendant qu’Isabelle Leblic prenait le secrétariat général par intérim. Il semblerait qu’il ait succédé en 1985 à Bernard Juillerat et à son épouse Michèle pour assurer la rédaction du Journal.

À la suite de Bernard Juillerat, il fut l’un des artisans de l’ouverture de notre revue vers le monde anglo-saxon.

Bibliographie2

  • 2 La bibliographie de Michel Panoff a été complétée, en dehors des références citées dans le texte de (...)

Coiffier Christian et Michel Panoff, 1995. Quelques aspects de l'histoire de la Société des Océanistes : un entretien avec M.-C. Laroche, Journal de la Société des océanistes 100-101, pp. 41-55.

Ducros Albert et Michel Panoff (éds), 1998. La frontière des sexes, Paris, Presses universitaires de France, Le Sociologue, 269 p.

Eliet F., Michel Panoff et Daniel de Coppet, 1966. Esquisse pour un glossaire de la parenté, L’échange 7, 11 p.

Gast Marceau et Michel Panoff (éds), 1986. L'accès au terrain en pays étranger et outre-mer : livre blanc des sciences de l’homme et de la société de France, Paris, cnrs-L’Harmattan, Connaissance des hommes, 302 p.

Godelier Maurice et Michel Panoff (éds), 1998. La Production du corps. Approches anthropologiques et historiques, Amsterdam, Éditions des archives contemporaines, Ordres sociaux, xxv-374 p.

—, 1998. Le corps humain : supplicié, possédé, cannibalisé, Paris, Éditions des archives contemporaines, Ordres sociaux.

—, 2009. Le corps humain, conçu, supplicié, possédé, cannibalisé, Paris, cnrs édition, coll. Socio-Anthropologie, 575 p.

Gresle François, Michel Panoff, Michel Perrin et Pierre Tripier, 1990. Dictionnaire des Sciences humaines : sociologie, psychologie, anthropologie, Paris, Nathan, 381 p.

—, 1994. Dictionnaire des Sciences humaines : sociologie/anthropologie, Paris, Nathan

Keynes John Maynard (traduit par Michel Panoff), 2009 (1e éd. 1972). Sur la monnaie et l'économie, Paris, Payot, Petite bibliothèque 24, 188 p..

Panoff Michel, 1960. Mythes polynésiens, Paris, 22 p. multigr.

—, 1963a. Situation présente de la société futunienne, Journal de la Société des Océanistes 19, pp. 149-156.

—, 1963b. Note sur les structures agraires du district de Teavaro (Moorea), Papeete, s.n., mission orstom en Polynésie française, 9 p. multigr.

— 1964a. La terre et l’organisation sociale en Polynésie centrale, thèse de 3e cycle, Paris, s.n., 247 p.

—, 1964b. Les structures agraires en Polynésie française : rapport d’une mission effectuée dans le cadre de la Recherche scientifique et technique d’outre-mer, 1961-1963, Paris, ephe, orstom, Rapports et documents 1, 147 p.

—, 1965. La terminologie de la parenté en Polynésie, essai d’analyse formelle, L’Homme 5, 3-4, pp. 60-87.

—, 1966. Un demi-siècle de contorsions juridiques : le régime foncier de Tahiti de 1842 à 1892, Journal of Pacific History 1, pp. 115-128.

—, 1968. The Notion of Double Self among the Maenge, Journal of the Polynesian Society 77, 3, pp. 275-295.

—, 1969a. Postface, in E. E. Evans-Pritchard, Anthropologie sociale, Paris, Payot.

—, 1969b. An Experiment in Inter-Tribal Contacts: The Maenge Labourers on European Plantations, Journal of Pacific History 4, pp. 111-125.

—, 1969c. Inter-Tribal Relations of the Maenge People of New Britain, Canberra, anu Press, coll. New Guinea Research 30, xii-62 p.

—, 1969d. The notion of time among the Maenge people of New Britain, Ethnology 8, pp. 153-166.

— 1969e. Les caves du Vatican : aspects d’un cargo-cult mélanésien, Les Temps modernes 276, pp. 2222-2244.

—, 1970a. La terre et l’organisation sociale en Polynésie, Paris, Payot, Bibliothèque scientifique : science de l’homme 26, 286 p.

—, 1970b. Land Tenure among the Maenge of New Britain, Oceania 40, pp. 177-194.

—, 1970c. Du suicide comme moyen de gouvernement, Les Temps modernes 288, pp. 109-130.

—, 1970d. Ethnologie et économie, Esprit, pp. 1-19.

—, 1970e. Father arithmetic: numérotation and counting in New Britain, Ethnology 9, 4, pp. 358-365.

—, 1970f. Maenge remedies and conception of disease, Ethnology 9, 1, pp. 68-84.

—, 1970g. Marcel Mauss’s ‘The gift’ revisited, Man 5, 1, pp. 60-70.

—, 1971. Il faut qu’un mythe soit ouvert ou fermé, Esprit : Le mythe d’aujourd’hui, ns, pp. 1-15.

—, 1972. Bronislaw Malinowski, Paris, Payot, Petite bibliothèque 195, 157 p.

—, 1972b. La culture : mort d’une religion, naissance d’une foi, Esprit, pp. 1-15.

—, 1972c. Avant propos, in Georges P. Murdock, De la structure sociale, collation, Paris, Payot, Bibliothèque scientifique : science de l’homme 56.

—, 1973. Lévi-Strauss tel qu’en lui-même, Esprit, 7 p.

—, 1974. Time is money or money is time?, communication au colloque Écologie et économie en Mélanésie dirigé par C. Lévis-Strauss, Paris.

—, 1976. Patrifiliation as Ideology and Practice in a Matrilineal Society, Ethnology 15, 2, pp. 175-188.

—, 1977a. L’ethnologie, le deuxième souffle, Paris, Payot, Petite bibliothèque 302, 195 p.

—, 1977b. Suicide and Social Control in New Britain, Bijdragen Tot de Taal-, Landen Volkenkunde 133, 1, pp. 44-62.

—, 1977c. Énergie et vertu : le travail et ses représentations en Nouvelle-Bretagne, L'Homme 17, 2-3, pp. 7-21.

—, 1977d. Énergie et vertu : le travail et ses représentations en Nouvelle-Bretagne, L'Homme xvii, 2-3, pp. 7-21.

—, 1977e. Préface, in Peter Worsley, Elle sonnera la trompette. Culte du cargo en Mélanésie, Paris, Payot, Bibliothèque scientifique 39.

—, 1978. Mariage, divorce et régime de filiation en Nouvelle-Bretagne, Revue française de Sociologie 19, 4, pp. 479-496.

—, 1978b. ‘Homo aequalis’ ou ‘homo oeconomicus’ ? À propos d’une livre de Louis Dumont, Revue française de sociologie 19, 4, pp. 613-619.

—, 1979. Travailleurs, recruteurs et planteurs dans l’archipel Bismarck de 1885 à 1914, Journal de la Société des Océanistes 35, 64, pp. 159-173.

—, 1980. Objets précieux et moyens de paiement chez les Maenge de Nouvelle-Bretagne, L’Homme 20, 2, pp. 5-37.

—, 1981. Farani Taioro. La première génération de colons français à Tahiti, Journal de la Société des océanistes 70-71, 37, pp. 3-26.

—, 1982. Corrélations et contre-exemples à travers le Pacifique, Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée 29, 3-4, pp. 331-347.

—, 1984. La sexualité des autres ou le jardin du voisin, Nouvelle revue de psychanalyse 29, pp. 123-134.

—, 1985. Une Figure de l'abjection en Nouvelle-Bretagne : le rubbish man, L'Homme 25, 94. pp. 57-71.

—, 1985. La violence et la dette chez les Maenge de Nouvelle-Bretagne, Journal de la Société des Océanistes 80, 41, pp. 87-100.

—, 1989. Tahiti métisse, Paris, Denoël, L’aventure coloniale de la France. Destins croisés, 291 p.

—, 1989b. Préface, in Bronislaw Malinowski, Les Argonautes du Pacifique occidental, Paris, Gallimard, Tell 145, viii-606 p.

—, 1990. Du mission boy au légionnaire de Marie : les premiers catéchistes chez les Maenge (Nouvelle-Bretagne), Journal de la Société des Océanistes 91, 2, pp. 163-173.

—, 1993. Les frères ennemis. Roger Caillois et Claude Lévi-Strauss, Paris, Payot, Essais, 193 p.

—, 1994. L'art d'être grand-mère chez les Maenge, Journal de la Société des océanistes 98, pp. 3-8.

—, 1997. Ethnologie : le deuxième souffle, Paris, Payot, Petite bibliothèque.

—, 1999. En noir et blanc : nouvelles, Paris, L’Harmattan, Écriture, 143 p.

—, 2000. The French Way in Plantation Systems, in Robert Borofsky (ed.), Remembrance of Pacific pasts: an invitation to remake history, Honolulu, University of Hawaii Press, pp. 247-254.

—, 2012. L’affaire du relativisme culturel, in Pierre Guenancia et Jean-Pierre Sylvestre, Claude Lévi-Strauss et ses contemporains, Paris, Presses universitaires de France, Hors collection.

—, s.d. L’athée, s.l., s.n., 34 p. multigr.

—, s.d. Recettes de la pharmacopée tahitienne traditionnelle, Journal d’agronomie tropicale et de botanique appliquée, 19 p. multigr.

Panoff Michel (éd.), 1995. Trésors des îles Marquises, Paris, Réunion des musées nationaux, 140 p.

—, 1987. 1987. Images des sciences de l’homme : ethnologie, préhistoire, anthropologie, avec le coll. de Denise Bordes, Jean Courtin et Dominique Touzet, Paris, cnrs, supplément au n° 67 du Courrier du cnrs, 112 p.

Panoff Michel et Françoise Panoff, 1968. L’ethnologue et son ombre, Paris, Payot, 192 p.

Panoff Michel et Michel Perrin, 1973. Dictionnaire de l’ethnologie, Paris, Payot, Petite bibliothèque 224, 293 p.

—, 1975. Dizionario di etnologia, édité par Maria Arioti ; Introduzione di Vittorio Lanternari, Roma, Newton Compton, Paperbacks manuali 11, 238 p.

—, 2000. Taschenwörterbuch der Ethnologie: Begriffe und Definitionen zur Einführung, traduit par Justin Stagl, Berlin, D. Reimer, Ethnologische Paperbacks, 302 p.

Notes

1 Établie par Isabelle Leblic et Christian Coiffier.

2 La bibliographie de Michel Panoff a été complétée, en dehors des références citées dans le texte de Georges Guille-Escuret, par Isabelle Leblic.

Haut de page