Navigation – Plan du site
Hors dossier

Bien manger la langue ou l’art de « troper » le non-dit en fagauvea (Ouvéa, îles Loyauté, Nouvelle-Calédonie)

Alexandre Djoupa
p. 183-194

Résumés

La notion de trope empruntée à C.C. Dumarsais est ici abordée sous l’angle du rapport étroit qui relie certaines figures aux non-dits qui conditionnent leur genèse et leur mode de production. En fagauvea, la notion de tabou a une telle importance dans la vie quotidienne qu’elle est souvent à l’origine de formes d’expression verbale ou non verbale, de tropes ingénieux, pour les contourner ou y déroger..

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été présenté et discuté dans la séance du 21 octobre 2014 du séminaire en anthropologie linguistique d’Isabelle Leblic, Bertrand Masqulier et Sylvie Mougin, Métaphore(s), l'énonciation métaphorique en situation, opération de recherche du lacito cnrs. Je remercie les membres présents pour leurs commentaires et suggestions.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Métaphores
Sexualité et vie sentimentale
Excrétions corporelles
Sensibilités
Métonymie
Synecdoque
Métalepse (cause par l’effet ou l’inverse)
Allégorie
Antiphrase
Périphrase
Trope pronominal
Anacoluthes ou solécismes
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le titre proposé ici a été choisi en référence à une expression idiomatique kai fagamalieina de muna, lit. « bien manger la langue » que les Fagauveaphones emploient pour qualifier un individu qui maîtrise les tours de la langue. Cette première expression doit être distinguée d’une figure légèrement différente, mais avec un sens diamètralement opposé kaina de pukumuna, lit. « manger les mots » qui elle indique au contraire que l’on bafouille et donc que l’on ne sait pas bien parler. L’acte de parler est souvent assimilé à la manducation, d’où l’emploi métaphorique du verbe kai « manger » associé aux notions muna « langue » et pukumuna « parole » dans ces deux expressions. D’une personne qui manie la langue avec brio, il existe aussi d’autres tournures permettant de la qualifier parmi lesquelles nous avons relevé l’énoncé qui suit :

(1)

E

mūmū

de

puku-muna

i

dona

ngutu.

aspect

être tendre

le

segment-langue

prép.

sa

bouche

Il parle bien. (Lit. Les mots sont tendres dans sa bouche.)

Dans l’énoncé ci-de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Djoupa, « Bien manger la langue ou l’art de « troper » le non-dit en fagauvea (Ouvéa, îles Loyauté, Nouvelle-Calédonie) », Le Journal de la Société des Océanistes, 138-139 | 2014, 183-194.

Référence électronique

Alexandre Djoupa, « Bien manger la langue ou l’art de « troper » le non-dit en fagauvea (Ouvéa, îles Loyauté, Nouvelle-Calédonie) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 138-139 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://jso.revues.org/7041 ; DOI : 10.4000/jso.7041

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page