Navigation – Plan du site
Les mises en récit de la mine dans le Pacifique

Représentations littéraires des paysages miniers en Nouvelle-Calédonie : regards coloniaux et vécus kanak

Literaty representations of mining landscapes in New Caledonia : colonial perspective and Kanak experience
Eddy Banaré
p. 151-164

Résumés

Montagnes ravinées, minéraliers et usines sont, depuis la fin du xixe siècle, autant de motifs décrits pour évoquer la Nouvelle-Calédonie. Des récits ont aussi inscrit l’exploitation minière dans l’imaginaire de Nouvelle-Calédonie. L’élaboration des discours sur la mine en Nouvelle-Calédonie a relevé, dès les années 1880, d’une question de maintien de la domination coloniale. Il s’agissait alors d’améliorer l’image de la Nouvelle-Calédonie en tant que colonie française. Différents types de discours ont ainsi participé à la construction d’un imaginaire de la mine en Nouvelle-Calédonie. La singularité de ces discours littéraires est de rendre visible l’irruption de la mine dans l’imaginaire kanak dont l’interprétation est essentielle pour saisir les enjeux contemporains locaux.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La mine entre politique et géopoétique
Quatre moments dans la mise en récit de la mine en Nouvelle-Calédonie
Contradictions coloniales et mémoires minières
Ouvertures et interrogations kanak
Conclusion

Aperçu du début du texte

La mine entre politique et géopoétique

L’activité minière a connu des mises en récits qui, du fait des différences d’époque et d’origine de leurs auteurs, peuvent être reçues comme autant de témoins de l’élaboration d’« identités narratives » « issue(s) de la rectification sans fin d’un récit antérieur par un récit ultérieur, et de la chaîne de refigurations qui en résulte » (Ricœur, 1985 : 446). La mine est un carrefour anthropologique, elle sollicite plusieurs de ces « identités narratives » qui constituent la Nouvelle-Calédonie contemporaine. L’exploitation minière est en effet le résultat des ambitions coloniales du Second Empire. Condamnés et colons s’y sont trouvés réunis, des clans kanak ont été déplacés de force, des champs détruits pour permettre l’extraction du minerais. Et, de de la fin du xixe siècle aux années 1930, des travailleurs asiatiques y ont été engagés sous contrat. Pour ces derniers, on trouve déjà une production littéraire témoignant de ce vécu minier (Do, 200...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eddy Banaré, « Représentations littéraires des paysages miniers en Nouvelle-Calédonie : regards coloniaux et vécus kanak », Le Journal de la Société des Océanistes, 138-139 | 2014, 151-164.

Référence électronique

Eddy Banaré, « Représentations littéraires des paysages miniers en Nouvelle-Calédonie : regards coloniaux et vécus kanak », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 138-139 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/7080 ; DOI : 10.4000/jso.7080

Haut de page

Auteur

Eddy Banaré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page