Navigation – Plan du site
Les mises en récit de la mine dans le Pacifique

Local experiences with mining royalties, company and the state in the Solomon Islands

Gordon Leua Nanau
p. 77-92

Résumés

Les débats sur le développement se sont intéressés aux royalties, rentes et autres bénéfices matériels issues des opérations minières. Ces bénéfices sont importants pour toutes les parties prenantes mais le premier accord minier aux îles Salomon n’a accordé qu’un pourcentage minime du revenu brut de l’or et de l’argent produits sous forme de rente minière aux propriétaires de la terre. Les questions qui m’ont amené à m’intéresser à la mine Gold Ridge et aux communautés riveraines en 2007 et 2010 sont : (i) les royalties minières peuvent-elles être des vecteurs durables de l’amélioration des modes de subsistance des populations ? (ii) Quelle a été l’influence du paiement de royalties, de droits sur les permis et de rentes minières sur les modes de vie des populations locales des îles Salomon ? (iii) Dans quelle mesure les accords miniers et les tribunaux protègent-ils ou non le capital social local et l’environnement ? Les données analysées dans cet article permettent de discuter des processus de négociation des accords miniers, des mouvements et réinstallations des populations, du mode de subsistance et des opportunités en termes de genre offertes par la mine et du rôle de l’Etat face au secteur minier. En outre, l’article répond aux trois questions posées ci-dessus et évalue la durabilité des royalties minières et les rôles et procédures de l’Etat moderne dans le secteur minier aux îles Salomon.

Haut de page

Notes de l’auteur

Primary materials used in this paper are from the author’s research work among the Gold Ridge and downstream communities since 2007 and subsequent visits after that. I thank the leaders and community members for their support and frank discussions on these trips.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Methodology
Historical and Political Context of the Study
Negotiating the Mining Agreement
The mining agreement and wealth redistribution
Modern laws and local kastom discrepancies
Environment and livelihood risks
Experiences in relocation villages
Employment opportunities and frustrations
Conclusion

Aperçu du début du texte

The Gold Ridge mine project covers a leased area of 32 square kilometres and it also has a Special Prospecting Licence (spl) area of 132 square kilometres on the island of Guadalcanal (asg, 2007: 4). It commenced production in October 1996 until June 2000 when the mine operators abandoned operations due to social tensions between indigenous Guadalcanal people and Malaita settlers (Nanau, 2008). The Asia Miner reported that in the first 22 months the mine was in operation:

«[…] [it] produced 210,000 ounces of gold and was the source of 30% of the Solomon Islands gdp.» (Asia Miner, 2007)

The mine, the first in the country, anticipated losses to homes, spaces, environment and livelihoods and this necessitated the need to negotiate royalty and land rents and other compensation arrangements. Such negotiations take time and agreements initially reached are often amended to suit prevailing circumstances. Manegulai (pers. com., 3 July 2007) indicated that it took about 30 years of prospectin...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gordon Leua Nanau, « Local experiences with mining royalties, company and the state in the Solomon Islands », Le Journal de la Société des Océanistes, 138-139 | 2014, 77-92.

Référence électronique

Gordon Leua Nanau, « Local experiences with mining royalties, company and the state in the Solomon Islands », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 138-139 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/7089 ; DOI : 10.4000/jso.7089

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page