Navigation – Plan du site
Les mises en récit de la mine dans le Pacifique

Agency and the « Avatar » narrative at the Porgera gold mine, Papua New Guinea

Agentivité et le scénario « Avatar » dans la mine d’or de Porgera, Papouasie Nouvelle-Guinée
John Burton
p. 37-52

Résumés

La mine d’or de Porgera en Papouasie Nouvelle-Guinée est l’objet de dissensions dans la communauté de développement international. Les anthropologues comptent parmi les chercheurs qui ont enquêté sur les relations mine-communauté depuis 1981, en tant que doctorants, chefs de projets de recherches, évaluateurs indépendants des impacts sociaux, ou membres du comité de surveillance externe. Récemment, dans une revue de premier plan, C. Coumans, militante d’une ong opposée à la mine, a accusé les anthropologues impliqués dans les études d’impact de légitimer les intérêts commerciaux de la compagnie minière, tout en « restant muets » face aux dommages environnementaux et aux violations des droits humains. Cet article montre la diversité des « récits miniers » portant sur Porgera et examine en particulier le portrait de la mine proposé par Coumans, qualifié de récit Avatar, d’après le film éponyme. Les éléments de preuve rassemblés permettent de rejeter ses arguments.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

The other narratives
Porgera and the Avatar narrative
A sketch of social impact monitoring in Porgera, 1990-2005
Controversies, 2006-2011
Fact check
The wrong blue team?
The responsibility to find out «what’s going on»?

Aperçu du début du texte

The story of the Porgera gold mine in the Enga Province of the Papua New Guinea highlands (see map in Jorgensen, this volume, figure 1, p. 25) is well known from the works of the scholars who worked in the area from the early exploration period around 40 years ago (Gibbs, 1975, 1977; Wohlt, 1978; Biersack, 1980), the pre-mine period 30 years ago (Gibbs, 1981, 1982; Mangi, 1988; Kyakas and Wiessner, 1992), as well as from those starting their research in the production period (Banks, 1997; Imbun, 1995; Jacka, 2003; Golub, 2006). At least four books have been written on the mine from the perspective of mine-community relations (Golub, 2001; Imbun, 2002; Jackson and Banks, 2002; Golub, 2014). I do not count myself as a Porgera specialist, but I have also worked in Porgera: in 1990, 2005 and 2006-2007 (Burton, 1991, 1992, 2005a, 2006).

In this paper I look at five narratives about mining in Porgera, that is to say five different written perspectives about «what is going on» in Porgera, w...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

John Burton, « Agency and the « Avatar » narrative at the Porgera gold mine, Papua New Guinea », Le Journal de la Société des Océanistes, 138-139 | 2014, 37-52.

Référence électronique

John Burton, « Agency and the « Avatar » narrative at the Porgera gold mine, Papua New Guinea », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 138-139 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://jso.revues.org/7118 ; DOI : 10.4000/jso.7118

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page