Navigation – Plan du site
Dossier Hertz revisité (1907-2007) : Objets et changements dans les rituels funéraires

The temporal dilemma of death

Thomas Widlok
p. 11-19

Résumés

L’un des dilemmes que la mort crée pour les endeuillés concerne le temps. Hertz a montré que la coupure de liens sociaux demande que des rituels puissent étendre le départ d’une personne décédée. Selon Rappaport, les rituels sont aussi un moyen de « numériser » le processus analogique prolongé de pourriture du corps et d’oubli. Dans cet article, j’étudie comment ce dilemme temporel est résolu par des rituels mortuaires dans le nord-ouest de l’Australie. Les objets possédés jouent ici un rôle important, et j’avance l’idée que leur traitement rituel reflète également ce dilemme temporel. Ces biens peuvent utilement être considérés comme l’objectification durable de souvenirs, tout en renvoyant simultanément à l’exclusion « numérisée » d’autres souvenirs. Un bien personnel enchâsse donc le même problème de continuité et de distinction que celui posé par le corps mort. Ceci signifie que ce qui arrive aux objets lors des funérailles va bien au-delà de question d’héritage ou de redistribution de biens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Widlok, « The temporal dilemma of death », Le Journal de la Société des Océanistes, 124 | 2007, 11-19.

Référence électronique

Thomas Widlok, « The temporal dilemma of death », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 124 | Année 2007-1, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://jso.revues.org/714 ; DOI : 10.4000/jso.714

Haut de page

Auteur

Thomas Widlok

Max Planck Institute for Psycholinguistics, Nijmegen, and Department of Anthropology, Durham University, thomas.widlok@durham.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page