Navigation – Plan du site
Les mises en récit de la mine dans le Pacifique

Naissance de l’industrie du nickel en Nouvelle-Calédonie et au-delà, à l’interface des trajectoires industrielles, impériales et coloniales (1875-1914)

The rise of the Nickel industry in New Caledonia and beyond, at the interface of industrial, impérial and colonial trajectories (1875-1914)
Yann Bencivengo
p. 137-150

Résumés

Le nickel est longtemps demeuré un métal marginal utilisé pour la fabrication d’objets de luxe. L’industrie du nickel démarre avec la découverte des gisements de la Nouvelle-Calédonie en 1875. Elle se développe grâce à la mise au point des aciers au nickel qui a lieu en pleine course aux armements. Dès lors trois récits se mêlent : le récit global d’une branche industrielle qui s’établit à l’échelle mondiale durant les trente années qui précèdent la Première Guerre mondiale, celui des enjeux qu’elle représente pour les grandes firmes, les nations et leurs rivalités impériales, et enfin le récit minier calédonien qui se déploie dans le cadre de la colonisation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Récit global : la naissance d’une industrie
Le nickel avant « Le Nickel »
La brève domination de la société « Le Nickel »
Les minerais canadiens
Le passage à l’échelle industrielle
Le partage du marché
Entre firmes, colonies et nations : les enjeux de la filière nickel calédonienne
L’enjeu technique : disposer d’une bonne métallurgie
L’enjeu géographique : Un cycle de production long et multi-localisé
Un métal stratégique
Le récit minier calédonien
« L’or vert »
Un foisonnement de sociétés, quelques grandes entreprises
La toute-puissance de la société Le Nickel
Un secteur minier et industriel reflet d’une trajectoire coloniale
Conclusion

Aperçu du début du texte

La Nouvelle-Calédonie tient aujourd’hui une place conséquente dans l’économie mondiale du nickel. Cette importance est ancienne, puisque c’est à la suite de la mise en exploitation des mines calédoniennes dans les années 1870 que l’industrie du nickel a véritablement pris son essor. Comme pour un autre métal non ferreux au destin parallèle, l’aluminium, ce démarrage participe de la seconde industrialisation qui se déploie alors en Europe et en Amérique du Nord, et qui s’appuie sur de nouvelles énergies (pétrole, électricité) et sur les nouveaux secteurs moteurs que sont les industries électrique, chimique et automobile (Woronoff, 1994 : 348). Ce démarrage s’inscrit aussi dans le cadre d’un mouvement de mondialisation lié à la colonisation, à la montée en puissance de l’économie nord-américaine et aux progrès des transports et des communications à longue distance.

Le territoire calédonien a donc joué un rôle pionnier dans l’essor de cette nouvelle branche industrielle qui fonctionne ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Bencivengo, « Naissance de l’industrie du nickel en Nouvelle-Calédonie et au-delà, à l’interface des trajectoires industrielles, impériales et coloniales (1875-1914) », Le Journal de la Société des Océanistes, 138-139 | 2014, 137-150.

Référence électronique

Yann Bencivengo, « Naissance de l’industrie du nickel en Nouvelle-Calédonie et au-delà, à l’interface des trajectoires industrielles, impériales et coloniales (1875-1914) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 138-139 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/7144 ; DOI : 10.4000/jso.7144

Haut de page

Auteur

Yann Bencivengo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page