Navigation – Plan du site
Hors dossier

L’humanité en gestation : figures polynésiennes d’une autochtonie inachevée

Bruno Saura
p. 195-208

Résumés

Les mythes polynésiens d’apparition des premiers humains offrent une grande part à la terre: matière dont ils sont faits, ou lieu de leur émergence. Certains tâtonnements jalonnent néanmoins le cheminement de cette naissance. Cette étude porte sur des mythes de la Polynésie orientale relatifs à des êtres inachevés, restés comme en gestation dans le ventre de la terre. S’ils se distinguent de mythes de la Polynésie occidentale voyant des humains primordiaux issus de vers, eux-mêmes nés d’une plante, tous posent une continuité fondamentale entre la terre, les végétaux et les premiers humains. Une même idée implicite les unit, celle de la souplesse, de l’informe, analysée par Claude Lévi-Strauss dans La potière jalouse. Une autre caractéristique des êtres chtoniens de la Polynésie de l’Est a trait aux difficultés de leurs femmes à enfanter. Se heurtant à la question de la reproduction du Même ou de l’Autre, l’autochtonie première apparaît donc comme synonyme d’origine mais aussi d’archaïsme.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Première séquence. Le sang, la matière, la terre
Deuxième séquence. Les vers, le végétal et le minéral
Troisième séquence. Cannibalisme, culture et sacrifice
Quatrième séquence. L’humanité, la reproduction et le genre
Cinquième séquence. La terre, les excréments, la cuisson

Aperçu du début du texte

Fondamentalement, qu’est-ce qu’un être humain ? La réponse qu’offrent les mythes d’apparition de l’homme, à l’échelle de l’ensemble des civilisations, se décline sur le registre de la matière tout autant que de l’esprit. L’intelligence, la puissance, l’initiative existent déjà chez les divinités : celles-ci ordonnent l’univers, font naître les terres, les mers, les animaux et les végétaux avant de se consacrer – plus tardivement – à la production de l’humain. Ce passage du divin à l’humain nécessite le recours à une matière, généralement la terre, forgée par un dieu artisan ou ensemencée par un dieu procréateur. Elle donne aux premiers humains leur substance, parfois leur couleur. Le chemin qui conduit à l’humanité est toutefois jalonné d’étapes. Il arrive ainsi que l’alchimie de l’esprit et de la matière engendre des êtres imparfaits, comme les monstrueux Cyclopes, Titans et autres Hécatonchires de l’Antiquité grecque, nés de l’union de la terre-mère Gaia et du ciel Ouranos. Dans l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Saura, « L’humanité en gestation : figures polynésiennes d’une autochtonie inachevée  », Le Journal de la Société des Océanistes, 138-139 | 2014, 195-208.

Référence électronique

Bruno Saura, « L’humanité en gestation : figures polynésiennes d’une autochtonie inachevée  », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 138-139 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://jso.revues.org/7150 ; DOI : 10.4000/jso.7150

Haut de page

Auteur

Bruno Saura

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page