Skip to navigation – Site map
Hors dossier

L’humanité en gestation : figures polynésiennes d’une autochtonie inachevée

Bruno Saura
p. 195-208

Abstracts

Polynesian myths relating the birth of the first human creatures give an important role to the earth, either as their material substance or the place of their emergence. Through trials and progressive stages appears an accomplished humanity, as in some myths of Eastern Polynesia bearing the images of unachieved creatures still hidden in the land’s womb. They differ from myths of Western Polynesia in which the first human beings come from worms, themselves born from a creeping plant. Both kinds of myths are united by the same asserted continuity between soil, plants and human beings. A subjacent idea is the flexibility and formless materiality of primordial substances, as analyzed by Claude Lévi-Strauss. Another characteristic of these first unachieved creatures is their failure to give birth without dying. Thus, dealing with the difficulty of the reproduction of the Same or the Other, Autochthony, in myths, appears to be synonymous with origin but also with archaism.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article is available on Cairn platform in open access. It will be available on this URL in January 2018.
Read it

Outline

Première séquence. Le sang, la matière, la terre
Deuxième séquence. Les vers, le végétal et le minéral
Troisième séquence. Cannibalisme, culture et sacrifice
Quatrième séquence. L’humanité, la reproduction et le genre
Cinquième séquence. La terre, les excréments, la cuisson

Text / first lines

Fondamentalement, qu’est-ce qu’un être humain ? La réponse qu’offrent les mythes d’apparition de l’homme, à l’échelle de l’ensemble des civilisations, se décline sur le registre de la matière tout autant que de l’esprit. L’intelligence, la puissance, l’initiative existent déjà chez les divinités : celles-ci ordonnent l’univers, font naître les terres, les mers, les animaux et les végétaux avant de se consacrer – plus tardivement – à la production de l’humain. Ce passage du divin à l’humain nécessite le recours à une matière, généralement la terre, forgée par un dieu artisan ou ensemencée par un dieu procréateur. Elle donne aux premiers humains leur substance, parfois leur couleur. Le chemin qui conduit à l’humanité est toutefois jalonné d’étapes. Il arrive ainsi que l’alchimie de l’esprit et de la matière engendre des êtres imparfaits, comme les monstrueux Cyclopes, Titans et autres Hécatonchires de l’Antiquité grecque, nés de l’union de la terre-mère Gaia et du ciel Ouranos. Dans l...

Top of page

References

Bibliographical reference

Bruno Saura, « L’humanité en gestation : figures polynésiennes d’une autochtonie inachevée  », Le Journal de la Société des Océanistes, 138-139 | 2014, 195-208.

Electronic reference

Bruno Saura, « L’humanité en gestation : figures polynésiennes d’une autochtonie inachevée  », Le Journal de la Société des Océanistes [Online], 138-139 | 2014, Online since 15 December 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://jso.revues.org/7150 ; DOI : 10.4000/jso.7150

Top of page

About the author

Bruno Saura

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page