Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Compte rendu de Twelve days at Nuku Hiva. Russian Encounters and Mutiny in the South Pacific, de Elena Govor

Marie-Noëlle Ottino-Garanger
p. 237-239
Référence(s) :

Govor Elena, 2010. Twelve days at Nuku Hiva. Russian Encounters and Mutiny in the South Pacific, Honolulu, University of Hawai’i Press, xi + 301 p., bibliogr., index, 50 ill. noir et blanc.

Texte intégral

1Elena Govor, d’ori­gine russe, est docteur et Research fellow de la School of Culture, History and Language du College of Asia and the Pacific à la Research School of Pacific and Asian Studies de l’Australian National University de Canberra. Ses travaux ont tout particulièrement porté sur les navigateurs et émigrés russes dans le Pacifique, notamment en Australie, et des aspects particuliers de ces rencontres comme le tatouage et les études de naturalistes. Ils sont fortement étayés par ses recherches dans les archives et collections. Elle mit à profit sa formation et ses nombreux contacts avec archivistes, conservateurs, historiens et historiens d’art, ou anthropologues, pour ses travaux sur le tatouage et rassembler puis étudier, avec un rare souci d’exactitude et du détail, les nombreux témoignages provenant de la première expédition russe autour du monde. Ils nous valent cet ouvrage exceptionnel, cocktail passionnant où sont associés à l’intérêt ethno-historique du sujet, les composants de la mission et de son déroulement.

2Si le titre laisse augurer d’une étude à échelle microscopique tant par la durée du séjour (douze jours, ce qui est plutôt long pour une escale aux Marquises), que le cadre géographique : une île Nuku Hiva, sur les six habitées que compte l’archipel, l’étude va bien au-delà. Au fil des pages, des univers parallèles d’une immense richesse et d’une grande complexité fournissent les éléments d’un scénario digne d’un roman d’aventure, agréable à lire. S’y entremêlent science, sagesse et rigueur, rêves exotiques et de grandeur, affrontements de personnalités, collectes, menace de mutinerie, l’érotisme né du voyage et de corps d’une beauté sauvage et tatoués, une déesse très humaine, un français et un anglais en parfaite opposition devenant d’utiles intermédiaires, un aristocrate fantasque le comte Fedor Tolstoï et son singe, l’aube de désillusions… pour finir par un succès, celui de ce tour du monde et de la maîtrise de son commandant A.J. von Krusenstern à maintenir un objectif encore largement inspiré par l’esprit des Lumières.

3Au final, cette brillante étude aboutit à un ouvrage original de grande valeur. Il livre non seulement de précieux approfondissements sur des témoignages essentiels, pour beaucoup méconnus, concernant les Marquises et les Marquisiens, ce qui est rare, le Pacifique et ce type d’expédition, mais il offre aussi une unique occasion de saisir les multiples facettes de regards portés entre mondes très dissemblables. Sous nos yeux évoluent les éléments d’un kaléidoscope fait de l’intérêt et de l’exotisme des rencontres dans les baies de Taiohae et Hakaui, mais aussi de la composition même de l’expédition et de sa mission qui s’avère être double, au minimum, exploratoire et diplomatique.

4Le voyage est organisé dans l’esprit des expéditions scientifiques du xviiie siècle afin de contribuer à la connaissance de nouveaux mondes pour la gloire d’un Empire et celle de ceux qui y participent. Il doit collecter le plus d’informations possible et une solide équipe de savants vient l’épauler : K. Espenberg, J.K. Horner, G. Tilesius, G.H. von Langsdorff, F.K. Brykin auxquels il faut ajouter un artiste officiel membre de la suite de Rezanov, S. Kurliandtsev, de même que le moine Gédéon prêtre orthodoxe. Ce qui permet de redécouvrir la diversité, le cosmopolitisme et le fonctionnement de l’empire russe : le rôle important des « barons baltes » et des allemands en général, leur intégration à l’empire, l’essor commercial lié aux fourrures et celui des intérêts russes dans le Pacifique, du Japon à l’Alaska et îles Aléoutiennes, avec le rôle du diplomate N. Rezanov, de sa suite à bord, et de la rac « Russian-American Company » prenant en charge navires et approvisionnement, tout en effleurant le prélude des contacts russes à Hawai’i, O’ahu et Kaua’i, alors que Kamehameha n’a pas encore complètement assis son pouvoir... Il nous est ainsi donné d’approcher, en plein Pacifique, l’aube des nationalismes et du développement colonial et commercial occidental.

5Ce livre est organisé en trois parties. La première : de Russie à Nuku Hiva, présente la composition des équipages : leurs origines géographiques et sociales, leur formation et leurs fonctions, dont leurs legs à la postérité, mais aussi les effets de cette diversité sur les objectifs, la communication, les attitudes… sans oublier les Marquisiens qui apparaissent dans la deuxième partie. Le hiéromoine Gédéon décrit ainsi le chef Kiatonui se joignant, avec sa suite, aux hommes de corvée d’eau en chantant pendant l’aiguade alors qu’un marin tartare, en musicien ravi, décide de les accompagner à la volynka, sa cornemuse traditionnelle ! Le lecteur lui-même jongle, au début, avec la diversité des noms, prénoms et orthographes, ou l’usage conjoint de deux calendriers (jusqu’en 1917), le julien et le grégorien ; le décor est implanté.

6Le cœur du récit peut alors se développer. Tout est observé sous un jour différent, le regard n’y est pas fixé, comme souvent, sur la seule exactitude des sources. Les acteurs diffèrent des protagonistes habituels, anglo-saxons ou français, ce qui souligne l’intérêt et l’obligation d’explorer ailleurs. Les sources examinées par E. Govor vont de la Russie à l’Allemagne, de l’Estonie à la Suisse et la France ; sur les deux navires – Nadezhda (L’Espoir) et Neva – il y a aussi bien des russes que des baltes, des marins tartares et autres, que des pêcheurs japonais !

7La deuxième partie : Nuku Hiva, la plus dense est celle qu’attendent, sans être déçus, les personnes intéressées par les Marquises. C’est l’occasion pour l’auteur de présenter, avec talent et finesse, les grands moments de l’escale et l’interaction des groupes entre eux, à bord et sur terre. Réaliser ce que purent être ces rencontres devient possible et prend vie jusqu’à l’épilogue tragique du voyage du Krotky (Le Doux) en 1826. Nous vivons les évènements, leur évolution, l’ambiance et les réactions aux premiers contacts, les conditions de collecte, les rapports humains dans cette ‘Arche de Noé’, en pleine effervescence et au bord de l’ébullition, face à un univers rêvé, quasi originel, devenu bien réel où relations et échanges se nouent, se croisent et évoluent vite. Nous saisissons l’influence des lectures précédents le voyage, celle inespérée et loin d’être neutre des intermédiaires Kabris et Ed. Robarts, tout spécialement ce dernier. La plus grande partie de l’ouvrage se trouve ainsi structurée, jour après jour, autour d’épisodes marquants et d’expériences, grandes ou petites, mêlés d’étonnements et initiatives dont les commentaires témoignent de la variété de réaction et de vision de cultures, se connaissant peu qui se rencontrent enfin, brièvement, après l’avoir rêvé et préparé pour certains. L’esprit d’analyse s’éveille et nous devenons les témoins fascinés du caractère épineux des évènements et des décisions, de l’aisance des uns et du bonheur ou de la peur et des calculs d’autres, mais aussi des divergences d’observations, de la fragilité de la situation et de tout témoignage, tout autant que leur caractère irremplaçable. Parmi les plus beaux exemples, fournis par ces navigateurs et savants, se trouve en particulier le tatouage et le cas de celui d’Ed. Robarts ou des dessins japonais figurants des Marquisiens confrontés de façon saisissante à ceux de Langsdorff, Tilesius ou Löwenstern.

8Ces pages sont enrichies d’une riche iconographie dont, jusque là, on ne pouvait que rêver. On ne peut que regretter que, pour des questions d’édition, elles soient bien petites, en noir et blanc, et qu’il n’y ait pas cartes. Le tout est secondé par un effort bienvenu pour tenter de resituer les lieux et transposer au mieux les noms cités, grâce à R.C. Suggs. Les textes, pour beaucoup exhumés de l’oubli, sont tissés entre eux au fil des dates et éclairés d’apports tirés d’études anthropologiques, ethnologiques ou archéologiques de R. Linton et G. Dening à N. Thomas et autres ténors, experts d’autres archipels polynésiens comme A. Salmond ou S. Tcherkézoff, associés à de discrètes et judicieuses réflexions de l’auteur ; il sont autant d’invitations à approfondir les sujets défilant au long du séjour.

9La troisième partie : de Nuku Hiva en Russie, évoque plus brièvement la fin du voyage assombrie par la ‘quasi mutinerie’ des derniers jours à Nuku Hiva due à l’ambiguïté de l’attitude des organisateurs eux-mêmes. Du départ à l’escale de Hawai’i, la situation tendue sera compliquée par les vents, des mouvements de foule difficiles à cerner et le départ plus ou moins voulu du français Kabris. À l’arrivée au Kamtchatka, elle sera suspendue aux décisions du tsar face aux dissensions. L’épisode décevant de la fin de mission au Japon s’ajoutera aux déconvenues liées au retour décalé des deux navires, entre autres. Les angles de vue traités portent principalement sur la destinée des acteurs et les conséquences de leurs expériences dans une Europe en pleine mutation, en particulier sur la pensée et sur le plan littéraire. La publication des récits de voyage fut suivie de nombreuses réflexions et l’étape marquisienne demeure sans conteste, pour tous, le fleuron de ce premier voyage de circumnavigation russe. Il est l’occasion d’observations irremplaçables pour la connaissance de la société polynésienne, tout particulièrement pour l’archipel et Nuku Hiva, avant les transformations qui n’allaient pas tarder. Celles-ci sautent pratiquement au visage, en 1826, dans l’épilogue : Nuku Hiva revisité. Ce qu’avaient craint quelques capitaines, est l’objet d’un amer constat face à l’introduction de l’alcool, des armes à feu et de maladies qui semblent déjà à l’œuvre, à Hawai’i, lorsque les navires de Krusenstern, naviguant encore de conserve, y parviennent à la fin mai ; au point que Kabris, le constatant, refuse de descendre à terre.

10Nous n’avons qu’une hâte : que ces pages soient traduites en français, avec l’accord des éditeurs, pour le plus grand intérêt des lecteurs francophones dont en premier lieu les habitants de ces îles, et qu’elles puissent être étoffées de passages sur la vie quotidienne, etc. tels que purent le coucher sur papier les témoins, en donnant la part qui lui revient à l’iconographie, un des pans inappréciables du voyage. Un rêve peut-être sur le point de prendre corps !?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noëlle Ottino-Garanger, « Compte rendu de Twelve days at Nuku Hiva. Russian Encounters and Mutiny in the South Pacific, de Elena Govor  », Le Journal de la Société des Océanistes, 138-139 | 2014, 237-239.

Référence électronique

Marie-Noëlle Ottino-Garanger, « Compte rendu de Twelve days at Nuku Hiva. Russian Encounters and Mutiny in the South Pacific, de Elena Govor  », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 138-139 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://jso.revues.org/7165

Haut de page

Auteur

Marie-Noëlle Ottino-Garanger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page