Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Compte rendu de Chiefs and Governors. Art and Power in Fiji de Anita Herle et Lucie Careau (eds)

Gilles Bounoure
p. 249-250
Référence(s) :

Herle Anita and Lucie Carreau (eds), 2013. Chiefs and Governors. Art and Power in Fiji, Cambridge, Museum of Archaeology and Anthropology, v-131 p., bibliogr., cartes, très nombreuses ill. noir et blanc et couleur.

Texte intégral

1Les arts traditionnels de l’archipel fidjien, qui n’ont encore donné lieu qu’à une poignée de publications spécia­lisées, se trouvent de- puis 2009 au centre d’un programme de recherches de la Sains-bury Research Unit de l’University of East Anglia établie à Norwich (Fijian Art: political power, sacred value, social transformation and collecting since the xviiith century, programme dirigé par Steven Hooper), dont le jso a déjà mentionné quelques travaux. Édité à l’occasion d’une exposition du même nom au musée d'archéologie et d'anthropologie de l’université de Cambridge (maa), célébrant aussi le centenaire de l’installation de cette institution dans ses locaux actuels (7 juin 2013-19 avril 2014), le présent ouvrage résulte du concours de l’équipe de Norwich et de celle de ce musée créé par Anatole von Hügel (1854-1928), remarquable collecteur d’objets fidjiens. Organisé en sept chapitres rédigés par les éditrices, il est complété de textes plus circonscrits dus à Fergus Clunie, Jocelyne Dudding, Steven Hooper, Katrina Igglesden, Karen Jacobs, Stéphanie Leclerc-Caffarel, Andy Mills et Barbara Wills. Cette liste de contributeurs le suggère déjà, ce catalogue fera rapidement référence auprès des spécialistes.

2Le grand public n’est pas oublié, et un autre mérite de cette publication est de présenter sous une forme brève et facile d’accès les principaux éléments de l’histoire de l’archipel et de sa colonisation. Deux chapitres (« Sea of Islands » et « Viti », pp. 7-56) s’attachent à la société traditionnelle et à ses objets de prestige, tapa ou « masi » évoqués par K. Igglessden (pp. 25-26), bols à yaqona par S. Hooper (pp. 51-52), armes par A. Mills (pp. 53-54), sculptures en « ivoire marin » et tabua, ou sautoirs en dent de cachalot, par S. Hooper (pp. 21-22) et F. Clunie, qui ont développé leurs recherches dans une livraison spéciale du Journal of Polynesian Society (2013) dont on trouvera les références ci-dessous. S’appuyant ici sur un spécimen d’origine tongienne conservé au maa et divers témoignages concordants, F. Clunie (pp. 23-24) montre qu’à Tonga les tapua, aménagés dans la même matière, avaient un caractère nettement plus sacré, jusqu’à servir de résidence à des divinités quand on les sollicitait pour des oracles (voir aussi St Cartmail, 1997 : 31-35 et 62). Ce bref article n’éclaire pas seulement un pan méconnu des arts et des rituels tongiens, il contribue aussi à expliquer les usages variés des tabua fidjiens, qui étaient loin d’être tous séculiers ou seulement protocolaires.

3Les chapitres suivants (« Exchange and Conflict », « Chiefs and Governors », « Government House », « Legacies », pp. 57-124) offrent un excellent aperçu des mutations ayant affecté l’archipel au xixe siècle, tout comme ses productions artistiques ou les vestiges qui en ont été conservés. Ainsi de la disparition des étroites jupes féminines, liku, et des tatouages qu’elles recouvraient, évoquée par K. Jacobs (pp. 71-72), de l’apparition d’objets de prestige en « ivoire marin » dus à des spécialistes tongiens ou samoans, qu’analysent L. Carreau, Leclerc-Caffarel et B. Wills (pp. 91-96), et des archives laissées par le premier photographe professionnel établi à Viti Levu, examinées par J. Dudding (pp. 115-116). Cette partie du catalogue met surtout en lumière le rôle d’A. von Hügel et d’A. Hamilton Gordon (1829-1912), premier gouverneur britannique de l’archipel, dans la constitution des collections fidjiennes du maa, dont aucun musée ne possède l’équivalent.

4Les pages que consacrent les éditrices à l’un (pp. 75-79) et à l’autre (pp. 79-90) de ces gentlemen libéraux méritent d’être lues pour elles-mêmes. Non seulement ils habitèrent ensemble plusieurs mois dans la Government House de style et d’ameublement fidjien (pp. 97-112) édifiée sur ordre de Cakobau peu de temps avant la cession de l’archipel, mais ils marquèrent à la culture et aux traditions locales un intérêt réellement passionné, d’autres membres de la petite équipe de colonisateurs se disputant même les objets à acquérir. Ces chapitres livrent un intéressant récit de l’établissement du pouvoir colonial, accompagné de dessins et de photographies d’époque, et de documents parfois surprenants, à l’instar de la relation (pp. 79-81) par Gordon de la cérémonie de 1875 au cours de laquelle Cakobau vint se constituer son vassal, véritable « hommage féodal », écrit-il. Comme il est normal dans un catalogue à caractère principalement commémoratif et historique, il y est peu question des Fidjiens d’aujourd’hui. Dans son avant-propos, N. Solo Mara, haut-commissaire représentant les insulaires auprès de l’État britannique, souligne avec raison les qualités pédagogiques et documentaires de l’exposition,

«a valuable source of knowledge for anyone seeking to understand the historical evolution of modern day Fiji.»

5Les dernières pages de l’ouvrage évoquent (pp. 122-123) le litige récemment suscité par la compagnie Fiji Airways, faisant enregistrer en janvier 2013 comme autant de marques déposées quinze motifs traditionnels de masi, dont certains se retrouvent sur des pièces anciennes conservées au maa. Le Fiji Native and Tribal Congress (fntc) a depuis lors mené une campagne en vue de récupérer les droits sur ces motifs, s’appuyant sur une étude très documentée de Cresentia Frances Koya Vaka’uta, Anthropological evidence of the 15 intended iTaukei Tapa Cloth, disponible sur le site de cette organisation. Mais pour soutenir l’ensemble des griefs que lui inspire l’actuel gouvernement militaire, il est significatif que le fntc s’appuie sur des déclarations de Gordon vieilles d’un siècle et demi :

« The effect of imposing a completely white system of governance without regard to local customs and laws may lead to collision, while at best the natives bewildered and depressed, derived of all interest and object on life, sink to indolence, apathy and vise and exposed almost without any safeguard to snares and temptations innumerable, they lose their position, property, self respect and health and perish from the face of the earth. »

« Gordon justified giving to native Fijians ownership of their native landand maintaining chiefly authorityand custom under the 1876 native affairs ordinance and 1882 native lands ordinance stating... »

« The wisest cause to pursue would be to preserve, as far as possible the existing native organizations of village communities, to uphold the authority of the chiefs and the local council and generally to maintain existing native laws and customs, modifying them where necessary, but working through native agency. »

Haut de page

Bibliographie

Tels étaient aussi les enjeux abordés sotto voce par l’exposition de Cambridge et son excellent catalogue.

Clunie Fergus, 2013. Tapua: “Polished Ivory Shrines” of Tongan Gods, Journal of the Polynesian Society 122, 3, pp. 161-210.

Fiji Native and Tribal Congress, 2014. http://fijinativetribalcongress.com/campaigns.

Hooper Steven, 2013. “Supreme among our Valuables”: whale teeth, chiefship, power and value in eastern Fiji, Journal of the Polynesian Society 122, 3, pp. 103-160.

St Cartmail Keith, 1997. The Art of Tonga, North Ryde, Craftsman House.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Compte rendu de Chiefs and Governors. Art and Power in Fiji de Anita Herle et Lucie Careau (eds) », Le Journal de la Société des Océanistes, 138-139 | 2014, 249-250.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Compte rendu de Chiefs and Governors. Art and Power in Fiji de Anita Herle et Lucie Careau (eds) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 138-139 | 2014, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 01 mai 2017. URL : http://jso.revues.org/7171

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page