Navigation – Plan du site
Hors dossier

Cultural and cognitive aspects of string figure-making in the Trobriand Islands

Éric Vandendriessche
p. 209-224

Résumés

L’activité communément appelée « jeux de ficelle » est pratiquée de longue date dans diverses sociétés, particulièrement dans celles dites de tradition orale. Elle consiste à appliquer à une boucle de ficelle une succession d’opérations effectuées avec les doigts, mais aussi parfois avec l’aide des dents ou des pieds, pour obtenir une figure finale. Cet article présente certains aspects culturels et cognitifs de cette pratique chez des Trobriandais de Papouasie Nouvelle-Guinée. Plusieurs sources ethnographiques suggèrent que les jeux de ficelle y sont (ou étaient) sujets à des prescriptions et se voient (voyaient) reconnaître une efficacité rituelle en lien avec la fertilité des jardins notamment. Au-delà du divertissement, ces jeux trobriandais, qui s’accompagnent souvent d’un récitatif, permettent de parler de sexualité et sont des supports de mémoire rappelant certaines règles sociales, des histoires populaires ou des événements particuliers.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Studying string figure-making on the Trobriand Islands
Location and livelihood
Methodology
Ritual prescription and ritual efficacy in string figure-making
On the past and present contexts of the practice
On the etymology of the vernacular name of string figure-making
Plaiting the string for performing kaninikula
String figure-making, magical stones and fertility of gardens
Expressing knowledge through string figures
String figure-making and sexuality
String figure-making as a memory support
String figure-making and cognition
Cognitive abilities in string figure-making
Procedural aspects of string figure-making
Vernacular terms referring to gestures in string figure-making
Progressive learning
Conclusion

Aperçu du début du texte

String figure-making is a procedural activity which has been practiced for a long time in many societies, and especially in those of oral tradition. It has first been documented in the end of the xixth century, in the context of diffusionism, when anthropologists started considering the comparison of string figure corpora as a way to get indications on the contacts established between different societies and on the migratory routes followed by some populations. The first technical description of string figure-making is due to Franz Boas who collected, in the early 1880s, the methods of construction of two “Eskimo” string figures (1888: 229-230). Soon after, drawings illustrating the different stages in the making of two string figures known by the Salish Indians (in British Colombia) were published by archaeologist and ethnologist Harlan I. Smith (1900). The first significant study on string figure-making was however carried out by Alfred Cort Haddon and William H. R. Rivers in Mela...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Vandendriessche, « Cultural and cognitive aspects of string figure-making in the Trobriand Islands », Le Journal de la Société des Océanistes, 138-139 | 2014, 209-224.

Référence électronique

Éric Vandendriessche, « Cultural and cognitive aspects of string figure-making in the Trobriand Islands », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 138-139 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://jso.revues.org/7182 ; DOI : 10.4000/jso.7182

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page