Navigation – Plan du site
Dossier Intégration régionale des territoires français dans le Pacifique Sud

Le groupe du Fer de Lance mélanésien face à ses défis

The MSG and its New Challenges
Nathalie Mrgudovic
p. 59-74

Résumés

Cet article examine la complexité du processus d’intégration régionale en Océanie à travers le cas du groupe du Fer de Lance mélanésien (gflm). L’émergence de cette structure subrégionale en 1988 avait pour but d’affirmer la spécificité mélanésienne au cœur du Pacifique Sud. Or, en vingt-cinq années d’existence, le Fer de Lance ne semble pas avoir pleinement réalisé tous les objectifs qu’il s’était initialement fixés. Ses ambitions, politiques en particulier, ne sont qu’en partie réalisées. Quant à la récente présidence fidjienne du Fer de Lance, elle a tenté de donner une nouvelle stature régionale au groupe, mais y est-elle parvenue ? Cet article analyse les défis politiques, intérieurs et extérieurs, que le gflm rencontre depuis sa création et considère ceux qui lui restent à relever.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Émergence d’une revendication identitaire complexe
Affirmation de la spécificité mélanésienne
Visions et aspirations du leadership mélanésien
Les enjeux politiques au groupe du Fer de Lance mélanésien : instabilité et contradictions
Une instabilité endémique ?
Le groupe du Fer de Lance et l’adhésion des « Mélanésiens »
Le gflm et l’ambiguïté du leadership de Bainimarama
L’approche du Big Man
Fidji et l’Australie : le pernicieux antagonisme
Bainimarama le visionnaire
Prospectives et stratégies subrégionales
Conclusion

Aperçu du début du texte

La notion de subrégionalisme est généralement comprise comme un mécanisme de coopération intergouvernementale s’inscrivant nécessairement dans un cadre régional plus vaste et associé à un processus d’intégration régionale (Manoli, 2012). Cependant, lorsqu’un petit groupe d’États ou de territoires se rassemblent au sein d’une structure subrégionale alors qu’ils appartiennent déjà, pour la plupart, aux organisations de la région, et qu’ils adhèrent et appliquent les politiques de celles-ci, peuvent-ils développer, en parallèle, une organisation subrégionale à l’identité et aux objectifs spécifiques ? Peuvent-ils se distinguer, et ce, de façon complémentaire plutôt que rivale, des structures régionales déjà existantes ? Et comment peuvent-ils assurer la réalisation et l’adaptation des desseins de leur groupe ? C’est ce que nous envisagerons avec le cas du groupe du Fer de Lance mélanésien (gflm) dont les membres appartiennent presque tous au Forum du Pacifique (fip) et au secrétariat d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Mrgudovic, « Le groupe du Fer de Lance mélanésien face à ses défis », Le Journal de la Société des Océanistes, 140 | 2015, 59-74.

Référence électronique

Nathalie Mrgudovic, « Le groupe du Fer de Lance mélanésien face à ses défis », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 140 | janvier-juin 2015, mis en ligne le 05 juillet 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://jso.revues.org/7256 ; DOI : 10.4000/jso.7256

Haut de page

Auteur

Nathalie Mrgudovic

School of Languages and Social Sciences, Aston University, Birmingham (GB)n.mrgudovic@aston.ac.uk

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page