Navigation – Plan du site
Dossier Intégration régionale des territoires français dans le Pacifique Sud

Un peuple divisé ou les relations internationales dans le monde polynésien

Divided People or International Relations in the Polynesian World
Sémir Al Wardi
p. 75-87

Résumés

Le président de l’assemblée de la Polynésie française a invité les 6 et 7 mars 2013 huit présidents, ou leurs représentants, des Parlements polynésiens (Cook, Niue, Tonga, Tuvalu, Samoa, Samoa américaines, Rapa Nui et Wallis et Futuna). Pour la seconde fois, après le glp, un accord a été conclu entre des Polynésiens séparés par les différentes colonisations. Il manquait toutefois les Hawaïens et les Māori. Chaque délégué a présenté la vie politique de son pays. Ainsi, au-delà des différences, une vision politique a émergé : rapports affectifs, clientélisme, nomadisme politique… il s’agira donc d’analyser à la fois ce nouveau rapprochement, la culture politique polynésienne et les relations internationales des peuples polynésiens.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les sous-groupes polynésiens
D’autres Polynésiens…
Une naissance tardive
Une solidarité des puissants
Une zone instable ?
Pourquoi ces institutions polynésiennes ?
Les sous-groupes polynésiens et les revendi­ca­tions de la Polynésie française sur la scène internationale
Une ambiguïté dans les relations internationales de la Polynésie française
L’oubli délibéré de l’article 53 de la Constitution
La résolution de l’assemblée
Un rendez-vous manqué
Le soutien du Forum ?
La réinscription à l’onu
Le retour de Gaston Flosse
Le tournant des institutions régionales ?
Conclusion : Une diplomatie schizophrène ?

Aperçu du début du texte

Le 6 mars 2013 est créé, à Papeete, le groupe des parlementaires polynésiens (gpp) qui rassemble les représentants des Samoa américaines, des îles Cook, de la Polynésie française, de Tonga, Niue et Tuvalu. Les représentants de Wallis-et-Futuna et de Rapa Nui (île de Pâques) sont acceptés comme observateurs. Étaient absents les représentants des Samoa et de Tokelau ainsi que les Hawaïens et les Māori. Ce groupe se distingue du groupe des leaders polynésiens (Polynesian Leader Group, glp) créé en 2011 et qui rassemble, comme son nom l’indique, les responsables politiques ou les dirigeants polynésiens.

Photo 1. – Les délégations à l’assemblée de la Polynésie française

Photo 1. – Les délégations à l’assemblée de la Polynésie française

De gauche à droite : Niki Rattle (îles Cook), Ahohiva Levi (Niue), Jacqui Drollet (Polynésie française), Kinikinilau Fakafanua (Tonga), Pelenike Tekinene Isaia (Tuvalu) et Savali Talavou Ale (Samoa américaines)

(© Assemblée de Polynésie française)

Le monde polynésien, connu sous le nom de « tri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sémir Al Wardi, « Un peuple divisé ou les relations internationales dans le monde polynésien », Le Journal de la Société des Océanistes, 140 | 2015, 75-87.

Référence électronique

Sémir Al Wardi, « Un peuple divisé ou les relations internationales dans le monde polynésien », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 140 | janvier-juin 2015, mis en ligne le 05 juillet 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://jso.revues.org/7263 ; DOI : 10.4000/jso.7263

Haut de page

Auteur

Sémir Al Wardi

Maître de conférences en science politique Université de la Polynésie française, laboratoire Gouvernance et développement insulaire (EA4240)semir.alwardi@upf.pf

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page