Navigation – Plan du site
Dossier Intégration régionale des territoires français dans le Pacifique Sud

L’intégration régionale de la France dans le Pacifique océanien, une diplomatie multimodale

Regional Integration of France in the Oceanian Pacific: Multimodal Diplomacy
Christian Lechervy
p. 105-121

Résumés

En s’adaptant à un espace Pacifique en profonde mutation (États insulaires courtisés par les puissances émergentes, réordonnancé dans de nouveaux sous-ensembles), la France adopte une diplomatie modulaire. Celle-ci se bâtit au travers de son rôle de puissance globale, des liens établis avec l’Union européenne, des particularismes de ses territoires océaniens et de sa stratégie asiatique. Dans les institutions régionales, elle se fonde sur des statuts juridiques multiples et une volonté d’y associer de plein droit la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française, Wallis-et-Futuna. Elle doit compter avec une architecture régionale articulée autour du Forum des îles du Pacifique et privilégiant les États souverains insulaires. Longtemps étatisées, ces politiques doivent dorénavant faire place, pour répondre aux défis globaux, à nombre d’acteurs non gouvernementaux.

Haut de page

Notes de la rédaction

ndlr. – Les analyses et commentaires présentés ici n’engagent que leur auteur

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La France face à la pluralité des organisations du Pacifique océanien
Une politique océanienne « asianisée»
L’importance croissante du bi-multilatéralisme
Une cardinalisation institutionnalisée et cadencée
Une multivectorialisation très politique du Pacifique
Macro-multilatéralisme versus micro-régionalisme
Une France plurielle dans les organisations du Pacifique océanien
Une diversité de statuts pénalisante
Des stratégies territoriales plus élaborées
Le difficile accès à un espace économique océanien intégré
La fin des relations strictement étato-centrées et un plus grand contrôle démocratique

Aperçu du début du texte

À Nouméa devant les chefs d’État et de gouvernement réunis au siège de la Communauté du Pacifique (cps), le président de la République François Hollande a réaffirmé le 17 novembre 2014 que la France est un pays du Pacifique et de l’Océanie. Si nombre de Français tiennent pour acquis cette réalité géopolitique, la « Françocéanie » ne va pas naturellement de soi. Nombre de pays ignorent que la France demeure possessionnée dans la région. D’autres contestent diplomatiquement cette donne et l’espère temporaire. Ce sont d’ailleurs du cœur même du Pacifique qu’ont été parrainées les résolutions des Nations unies inscrivant successivement sur la liste onusienne des territoires non autonomes la Nouvelle-Calédonie, en décembre 1986, par les îles Salomon, Papouasie Nouvelle-Guinée, Vanuatu, puis la Polynésie française, en mai 2013, par Nauru, Samoa, Salomon, Timor oriental, Tuvalu. En conséquence, en étant à la fois, une puissance administrante et un État ayant une diplomatie globale, la Fran...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Lechervy, « L’intégration régionale de la France dans le Pacifique océanien, une diplomatie multimodale », Le Journal de la Société des Océanistes, 140 | 2015, 105-121.

Référence électronique

Christian Lechervy, « L’intégration régionale de la France dans le Pacifique océanien, une diplomatie multimodale », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 140 | janvier-juin 2015, mis en ligne le 06 juillet 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://jso.revues.org/7282 ; DOI : 10.4000/jso.7282

Haut de page

Auteur

Christian Lechervy

Ambassadeur Représentant permanent de la France auprès de la communauté Pacifique et du proe christian.lechervy@diplomatie.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page