Navigation – Plan du site

L’urbanisation en Mélanésie (pour le JS0

Christine Jourdan et Lamont Lindstrom

Appel à textes

Les Mélanésiens sont de plus en plus nombreux à vivre en ville. Les chiffres donnés par les recensements sont incertains, mais on estime à plus de 400 000 la population de Port-Moresby, à 80 000 celle d’Honiara et à 45 000 celle de Port-Vila. Les villes de Nouméa et Suva, rendues ethniquement complexes par le mélange de communautés indigènes et immigrantes, ont une population qui s’élève à respectivement 175 000 et 90 000 habitants.

L’anthropologie urbaine en Mélanésie remonte aux travaux de Cyril Belshaw en 1957 à Hanuabade, et aux premières analyses de communautés périurbaines comme Hohola (Oeser, 1969) et Maat-Efate (Tonkinson, 1964). Plus récemment, la présence des anthropologues dans les villes mélanésiennes s’est accentuée : ils ont soit suivi en ville les gens avec lesquels ils travaillaient dans les villages ; soit ils ont fait l’ethnographie des quartiers périurbains ; soit ils ont cherché à analyser les rapports sociaux typiquement urbains. On remarque que l’organisation des villes est liée à l’héritage colonial européen. Par contre, la socialité urbaine mélanésienne est elle façonnée par les systèmes socioculturels locaux, particulièrement depuis que les citoyens ont réinvestis les villes après les indépendances. Cela est vrai des anciennes villes coloniales, mais aussi des nouvelles agglomérations postcoloniales (comme Tanna’s Blaman Taon), qui se développent rapidement.

Cette collection offrira des analyses comparatives de l’urbanité en Mélanésie. Nous sommes particulièrement intéressés par deux aspects de la socialité urbaine :

1) les relations qui existent toujours entre la ville et les zones rurales, les liens entre les villages et les villes permis par les flux et reflux de la migration urbaine ;

2) les nouvelles formes de socialité urbaine que la ville permet et exige, incluant les nouvelles organisations du temps et de l’espace.

Cela inclut les transformations de la famille et de la parenté ; l’expansion des réseaux sociaux ; l’emploi salarié et autres défis économiques ; l’économie informelle ; le développement des classes sociales ; les nouvelles formes d’organisation politique (par exemple : taon jifs) ; les relations avec la police et l’état; les innovations religieuses ; les inquiétudes causées par la sorcellerie ; les réactions à l’inégalité sociale et aux conflits existant au sein des communautés ; l’accès amélioré à la culture mondiale par l’intermédiaire de l’éducation, des médias, des téléphones portables et de l’internet ; les nouvelles formes de distractions et de spectacles ; les nouvelles cultures de la jeunesse et leurs styles musicaux, linguistiques et vestimentaires; et la redéfinition de la tradition à l’intention de public divers, incluant les autorités étatiques, les enfants, et les touristes.

Chaque ville de Mélanésie est particulière, ne serait-ce que par son histoire et les conditions de son développement. Mais elles font toutes face à des défis démographiques et économiques plus ou moins semblables. La collection sera un instantané comparatif de l’urbanité insulaire et permettra de comprendre comment la ville est mélanisée.

Pour de plus amples détails, veuillez contacter :

- Christine Jourdan (christine.jourdan@concordia.ca) ou

- Lamont Lindstrom (lamont-lindstrom@utulsa.edu)