Navigation – Plan du site
Dossier Nouveaux regards sur les chefferies fidjiennes

La gestion des partenaires d’échange et des objets occidentaux par les chefs fidjiens (1800-1855)

Fijian Chiefs’ Management of Exchange Partners and Western Objects (1800–1855)
Stéphanie Leclerc-Caffarel
p. 199-222

Résumés

Dès 1800, un grand nombre de navires occidentaux visitent les îles Fidji pour des raisons commerciales, scientifiques et religieuses. Avant 1855, il semble que ces visiteurs aient eu peu d’impact direct sur l’équilibre politique de l’archipel, asservi à la diplomatie de quelques grandes chefferies. Dans les conflits locaux, néanmoins, des changements s’opèrent. La place des armes à feu et de ceux qui savent les manier devient cruciale, alors même que d’autres objets d’importation comme les dents de cachalot prennent de l’importance sur les plans politique et symbolique. À ceci s’ajoute l’installation des premiers missionnaires chrétiens dans les îles. S’intéressant à la gestion de ces intrusions étrangères par les chefs fidjiens, avec une attention particulière aux chefferies de Bua, Bau, Lau et Somosomo, cet article illustre en quoi l’intégration des biens et des hommes étrangers à la communauté relève à la fois de dynamiques déjà à l’œuvre, de catégories fidjiennes préexistantes et d’influences extérieures. Surtout, il souligne l’importance des échanges dans ces relations.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Bua Bay : le marché du bois de santal
Afflux de biens d’importation et rôle des chefs
Conflits et conceptions hiérarchiques à l’œuvre
Bau : la fabrique du pouvoir
Naulivou et Charles Savage
Le rôle des armes à feu
La politique étrangère de Tanoa
Les insignes du pouvoir
Lau : le paramètre missionnaire
Un système économique spécifique
Chronologie d’une conversion
Premiers temps : « tolérance sans enthousiasme »
Deuxième temps : alliances changeantes
Somosomo : les échanges nécessaires
La conversion de Cakobau : le contexte de la guerre entre Bau et Rewa
Conclusion

Aperçu du début du texte

Routledge (1985 : 5-6) explique que la cession de la souveraineté fidjienne à la couronne d’Angleterre (1874) résulte au moins en partie d’une interférence des intérêts étrangers – occidentaux notamment – dans la politique de la région. Pour la période antérieure à 1855, il insiste davantage sur les luttes de pouvoir entre les grandes chefferies de l’archipel, et sur leur rôle dans la construction des Fidji modernes. Les Euro-Américains ne peuvent pas encore être considérés comme des acteurs indépendants de la politique fidjienne (idem : 36-38). Néanmoins, au début du xixe siècle, la place des armes à feu et de ceux qui savent les manier devient cruciale (ibid. : 43-48). D’autres objets d’importation comme les dents de cachalot prennent aussi de l’importance sur les plans politique et symbolique. Et dès les années 1830, les missionnaires chrétiens viennent ajouter le lotu (christianisme) aux enjeux diplomatiques préexistants. La question du rôle des chefs dans la gestion de ces intr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Leclerc-Caffarel, « La gestion des partenaires d’échange et des objets occidentaux par les chefs fidjiens (1800-1855) », Le Journal de la Société des Océanistes, 141 | 2015, 199-222.

Référence électronique

Stéphanie Leclerc-Caffarel, « La gestion des partenaires d’échange et des objets occidentaux par les chefs fidjiens (1800-1855) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 141 | juillet-décembre 2015, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 24 février 2017. URL : http://jso.revues.org/7338 ; DOI : 10.4000/jso.7338

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page