Navigation – Plan du site
Hors dossier

« J’en ai tellement marre d’aller à la clinique tous les mois ! » : vih, antirétroviraux et prise en charge médicale aux îles Fidji

I’m so sick and tired of going to the clinic every month!”: hiv, antiretroviral treatments and medical follow-up in Fiji
Fabienne Labbé
p. 283-303

Résumés

À partir d’une enquête portant sur l’expérience du vih aux îles Fidji, cet article examine les raisons qui amènent les personnes séropositives d’origine fidjienne autochtone à cesser la prise en charge médicale de leur condition. Trois arguments sont défendus. Je soutiens d’abord que la décision des personnes séropositives d’observer ou non la prise en charge de leur condition se prend dans un univers moral où préserver sa réputation et celle de sa famille et de son lignage est considéré plus important que la seule santé ou survie. Deuxièmement, je soutiens que la capacité des patients de s’astreindre au traitement et au suivi de leur condition est fortement tributaire de leur capacité à assumer les coûts associés à ceux-ci. Troisièmement, je soutiens que la relation soignant-soigné et les dysfonctionnements du système de santé concourent à faire de la prise en charge un fardeau qui prédispose aux interruptions de soins. En conclusion, je formule des recommandations pour améliorer l’expérience de la prise en charge médicale du vih aux Fidji.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Mereani
Le traitement et le suivi médical du vih : perspectives anthropologiques
Prise en charge médicale du vih et observance aux îles Fidji
Étudier les difficultés et les contraintes auxquelles les personnes atteintes du vih font face
Stigmatisation, honte et crainte du dévoilement du statut sérologique
Coûts de transport, faim et précarité financière
La relation soignant-soigné : une confiance difficile à établir et des échanges limités
Faire face aux dysfonctionnements du système de soins
Conclusion

Aperçu du début du texte

Mereani

Lorsque je la rencontrai pour la première fois à la clinique de suivi et de traitement du vih (virus de l’immunodéficience humaine) de Suva en juin 2013, Mereani, 31 ans, venait de manquer un peu plus de deux jours de son traitement antirétroviral. Son mari, sans emploi, n’avait réussi à réunir que le matin même, en vendant de la ferraille aux abords de la route, les quelque quatre dollars fidjiens (fjd) nécessaires au trajet entre leur maison située dans un quartier d’habitat informel (settlement) en banlieue de la capitale et la clinique de suivi et de traitement du vih de Suva.

Lors de nos échanges, Mereani me confia avoir longtemps refusé la prise en charge médicale de sa condition. Pendant près de cinq ans après l’annonce de sa séropositivité, elle n’avait en fait reçu aucun soin. Elle craignait tout d’abord que son conjoint de l’époque, avec qui elle vivait en relation de facto, ne découvre qu’elle était atteinte du vih. Lorsqu’elle avait finalement révélé sa condition ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Labbé, « « J’en ai tellement marre d’aller à la clinique tous les mois ! » : vih, antirétroviraux et prise en charge médicale aux îles Fidji », Le Journal de la Société des Océanistes, 141 | 2015, 283-303.

Référence électronique

Fabienne Labbé, « « J’en ai tellement marre d’aller à la clinique tous les mois ! » : vih, antirétroviraux et prise en charge médicale aux îles Fidji », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 141 | juillet-décembre 2015, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 23 février 2017. URL : http://jso.revues.org/7355 ; DOI : 10.4000/jso.7355

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page