Navigation – Plan du site
Actes de la Société et Actualités

In memoriam Betty Villeminot (1924-2015)

Christian Coiffier
p. 375

Betty Villeminot nous a quitté à l’âge de quatre-vingt onze ans le 28 septembre dernier. Son nom reste associé à celui de son mari Jacques dans la mémoire des nombreux spectateurs des conférences « Connaissance du monde », association placée sous le haut patronage du ministère de l’Éducation nationale. En effet, ces infatigables voyageurs firent découvrir les contrées lointaines de l’Australie et des îles du Pacifique à un très large public alors que les documentaires télévisés étaient encore rares et les voyages touristiques aériens encore peu abordables. C’est ainsi qu’ils présentèrent leurs nouveaux films à la salle Pleyel et dans les salles de spectacles des villes de province. Betty participa grandement à la réalisation des publications illustrées qui accompagnaient chacune de leurs conférences (Coiffier, 2013 : 238). Le matériel documentaire (films, photos, livres, objets ethnographiques) rapporté par Betty et Jacques demeure aujourd’hui un témoignage unique sur la vie de certaines communautés océaniennes dans la seconde moitié du vingtième siècle. Betty participa à presque toutes les expéditions et à tous les tournages que le couple effectua dans des régions souvent difficiles d’accès à cette époque. C’est elle qui s’occupait principalement de l’organisation de l’intendance, ce qui est primordiale pour le bon succès de telles expéditions. Betty était toujours présente discrètement aux côté de Jacques lors des conférences et c’est ainsi que je fis sa connaissance il y a plus de cinquante ans. Elle avait souvent quelques anecdotes originales à ajouter aux commentaires de son mari sur les films projetés. C’est elle, toujours avec le sourire, qui assurait souvent les dédicaces des divers ouvrages écrits avec Jacques et dont la vente clôturait traditionnellement les séances de Connaissance du monde.

Photo 1. – Betty Villeminot parmi les hommes et les femmes de la vallée de la Waghi

Image 10000201000003250000022BD6A81093.png

(cliché de Jacques Villeminot, 1960)

Betty a consacré beaucoup de son temps à l’écriture. Son dernier ouvrage personnel, Alcheringa, le Temps du Rêve éternel, traduit en anglais et en espagnol, reçu un certain succès bien mérité. Cet ouvrage très humaniste évoque avec une précision anthropologique le long calvaire subit depuis plus de deux siècles par les communautés Aborigènes d’Australie. C’est en quelque sorte un véritable testament qu’elle a souhaité laisser aux nouvelles générations. En janvier 2011, Betty et Jacques Villeminot honorèrent de leur présence le cinéma des Océanistes au musée du quai Branly. Ils commentèrent la version numérisée de leur film Les Hommes oubliés d’Australie réalisé plus de cinquante années auparavant dans le désert australien. Bien qu’affaiblie par la maladie Betty, avec laquelle j’avais pu converser chez elle il y a quelques mois, avait gardé un esprit vif et volontaire. Elle portait toujours un regard plein de curiosité sur le monde, teinté cependant d’une certaine nostalgie.

Bibliographie

Villeminot Betty, 1997. Alcheringa, le Temps du Rêve éternel, Paris, Albin Michel.

Coiffier Christian, 2013. Les rêves océaniens de Jacques et Betty Villeminot, Journal de la Société des Océanistes 136-137, pp. 233-238 (http://jso.revues.org/6877).

Haut de page