Navigation – Plan du site
Actes de la Société et Actualités

In memoriam Pierre Maranda (1930-2015)

Fabienne Labbé et Sandra Revolon
p. 367-368

Fabienne Labbé, Sandra Revolon et l’équipe de jso tiennent à remercier Marie-Pierre Renaud de l’Université Laval, pour les photos provenant des archives de Pierre Maranda.

Pierre Maranda s’est éteint le 5 juillet 2015 à Saint-Nicolas, au Québec, vers 14h. Dans son bureau, assis face à son ordinateur, il composait un courriel adressé à son éditeur. Penser, étudier, explorer, analyser. Lire. Écrire. Échanger, communiquer, partager, transmettre. Sa vie durant, il s’est consacré à cette passion de la recherche qui l’a conduit à composer une œuvre monumentale. Une œuvre en forme de constellation, croisant l’ethnographie, l’anthropologie, la philosophie, la linguistique, la sémiotique, l’épistémologie, les mathématiques, l’informatique et la muséologie.

Les matériaux ethnographiques collectés par Pierre chez les Lau des îles Salomon et les analyses qu’il en a proposées dans de multiples publications constituent aujourd’hui un travail de référence pour les sciences sociales. Du point de vue ethnographique d’abord, parce que, détaillant avec finesse, respect et rigueur la cosmologie de cette société mélanésienne dans une perspective diachronique, ses recherches de longue haleine dépeignent les transformations intervenues depuis la conversion au christianisme, la pénétration de l’économie de marché et la constitution d’un État centralisé. Méthodologiquement ensuite, à travers notamment les développements auxquels ont donné lieu leur restitution : le site internet Peuples des eaux, gens des îles (http://www.oceanie.org) et, plus largement, le travail d’archivage au Musée de la civilisation de Québec, auquel il s’est consacré avec son équipe pendant plus de dix ans; outre leur haute valeur scientifique, ces réalisations témoignent de la dimen­sion avant-gardiste de la démarche de Pierre, qui s’est attaché très tôt à réfléchir à la question de la diffusion des sciences sociales auprès de publics variés et de leur restitution vers les sociétés ethnographiées. L’originalité et l’ampleur de la pensée de ce proche de Claude Lévi-Strauss s’expriment enfin dans les analyses structuralistes qu’il a produites, au fil desquelles il a développé une approche sémiotique de la société lau reposant sur le traitement statistique des données ethnographiques et le croisement des disciplines permettant de les analyser. Parmi ses thèmes de prédilection : l’analyse des mythes et de la parenté, les relations homme/femme, la synergie terre/mer, les échanges, la technologie culturelle, la sexualité, le religieux.

Mais son éveil au monde et l’éclectis­me de sa curiosité l’ont amené à explorer bien d’autres territoires : les Premières Nations de la Colombie-Britannique, la société québécoise contem­poraine, l’intelligence artifi­cielle et la littérature, à travers notam­ment l’écriture de pièces de théâtre et la publication d’un roman en 1985 sur les relations conjugales. Jeune pianiste doué et travailleur, il composa aussi des sonates qu’il détruisit lorsqu’il entendit pour la première fois les Variations Goldberg interprétées par Glenn Gould.

Photo 1. – Pierre Maranda sur son terrain, Lagune lau, Malaita, îles Salomon

Image 10000201000003250000049E90AC80AF.png

(© archives Pierre Maranda)

Ouverte et vive, lumineuse, généreuse et profondément humaine, l’œuvre de Pierre est à l’image de l’homme qu’il était : sa gourmandise pour le chocolat, le vin et la gastronomie, son goût pour les voitures et la vitesse, ses fameux costumes japonais, son rire, l’odeur du tabac se consumant dans sa pipe, l’éclat de son regard. Et l’intérêt infini qu’il portait aux autres, avec lesquels il s’efforçait d’entrer en résonance, d’installer une forme de synchronie génésique dont il ti­rait un plaisir évident, mais qui permettait également à ceux qui avaient l’opportunité de travailler à ses côtés de se construire une estime de soi, de se considérer comme des êtres pensants et créatifs. Sa patience, son érudition et sa modestie, sa qualité d’écoute : « Et toi, qu’en penses-tu ? » ; en agissant avec les autres, il agissait sur eux avec bienveillance. C’est sans doute ce qui faisait la singularité des amitiés qu’il instaurait avec ceux qu’il invitait à partager son univers, un univers d’espièglerie, d’intelligence et de liberté qui continuera de résonner en nous.

Photos 2-4. – Pierre Maranda sur son terrain, Lagune lau, Malaita, îles Salomon

Image 10000201000003FC000008454E36F6D5.png

(© archives Pierre Maranda)