Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Compte rendu de The Aranda’s Pepa. An Introduction to Carl Strehlow’s masterpiece ‘Die Aranda- Loritja-Stämme in Zentral-Australien’, de Anna Kenny

Laurent Dousset
p. 351-353
Référence(s) :

Kenny Anna, 2013. The Aranda’s Pepa. An Introduction to Carl Strehlow’s masterpiece ‘Die Aranda- Loritja-Stämme in Zentral-Australien’, Canberra, ANU E Press, xix + 310 p., bibliogr., index.

Texte intégral

1Sans aucun doute l’ethnographie des Aborigènes d’Australie, et plus particulièrement celle qui concerne la ou plutôt les tribus Aranda (Arrernte), a-t-elle marqué l’évolution des sciences humaines et sociales et influencé des personnages, concepts et théories fondateurs pour ces disciplines. On rappellera les formes élémentaires de la vie religieuse (Durkheim 1912), les structures élémentaires de la parenté (Lévi-Strauss 1947), ou encore Malthus, Morgan, Freud et bien d’autres encore qui tous, à un moment ou un autre et à des degrés divers ont pensé devoir, comme le disait si bien Aram Yengoyan (1979), confronter leurs hypothèses au terrain australien pour leur fournir la validité générale qu’ils espéraient.

2Dans cette généalogie d’un assortiment important de la discipline anthropologique, les travaux de Spencer et Gillen sur les Aranda australiens apparaissent comme une source originelle et inévitable, affirmant raconter ce que ces Aborigènes étaient avant… avant l’arrivée des Blancs, de la colonisation, la déculturation, la sédentarisation, etc. Tout anthropologue comparatiste ou théoricien se doit, à un moment ou une autre, croiser leurs chemins ; celui des Aranda et de Spencer et Gillen, témoins inconditionnels d’un monde qui n’existerait plus mais qui, au-delà de la seule Australie, nous renverrait vers l’essentiel et le fondamental de l’humanité tout entière.

3Derrière ce qu’on appellerait de nos jours la « médiatisation » inconditionnelle des travaux de ces deux auteurs, dont le premier, Walter B. Spencer, naturaliste et théoricien du darwinisme, doit tout au second, Francis J. Gillen, ethnographe assidu et méticuleux, se profile aussi une anthropologie particulière et particulièrement durable. Britannique de nationalité, systémique, presque structurale de par les modèles descriptifs et explicatifs déployés, cette science allait construire – pour ne pas dire inventer – des modèles dans lesquels, comme le traduisait Durkheim lorsqu’il affirmait la disparition de l’individu australien, les acteurs et interlocuteurs s’éteignent derrière des schémas, des catégories et des structures qui les dépassent à tel point que la stratégie, l’inflexion, l’adaptation, le changement ou, pire, la transformation seraient hors de portée de la conscience humaine (au moins aborigène).

4L’anthropologie, et plus particulièrement australianiste, aurait probablement été tout autre si l’histoire avait voué autant de passion et d’importance à un autre personnage, de la même époque et travaillant avec la même tribu, à savoir le missionnaire luthérien Carl Strehlow (1871-1922). Restée non traduite en anglais et dénigrée avec virulence par Spencer qui avait, et ceci de manière explicite, décidé d’entrer dans l’histoire comme le dernier qui avait vu et vécu les véritables Aranda, l’œuvre gigantesque de Strehlow, comme de tant de missionnaires luthériens, si importante et fondamentale pourtant, fut tout simplement oubliée… ou presque.

5Complémentaire parfois, souvent contraire aux généralisations d’un Spencer, l’ethnographie de Strehlow est tout le contraire de ces darwinismes et systématismes que prône à l’époque l’approche britannique. Humaniste de formation, Strehlow s’intéresse aussi à tous ces aspects de la culture Aranda, oubliés ou évacués par Spencer et Gillen, qui mettent au cœur de la réflexion les nuances linguistiques, les fluidités sociales et les actions et pensées des individus à tel point qu’on peut parler ici d’une tentative précoce de dégager une véritable ontologie des représentations aborigènes. Strehlow était un des émissaires de ce même humanisme qui plaçait la langue au cœur de l’intelligibilité culturelle auquel appartenait Boas.

6Issu d’une thèse de doctorat, c’est à la découverte ou redécouverte de cette œuvre que l’ouvrage d’Anna Kenny est voué. Ayant travaillé sur et avec les Aranda, en particulier dans le cadre de revendications foncières, l’auteure découvre les archives et surtout l’importante correspondance entre le missionnaire Carl Strehlow et le scientifique Moritz von Leonhardi – éditeur, mentor et ami du premier – qui sont hébergés au Strehlow Reserach Center à Alice Springs, en Australie centrale. Cette découverte et la lecture de Die Aranda- Loritja-Stämme in Zentral-Australien, publié de 1907 à 1920 en cinq volumes, permettent à Kenny de redonner à Strehlow toute sa place dans l’ethnographie australienne et au-delà.

7L’ouvrage est organisé en deux parties avec chacun plusieurs chapitres. La première partie nous raconte la vie de Carl Strehlow, ses séjours en Australie, en particulier à la mission de Hermannsburg, et la manière dont sa pensée et sa méthode ethnographique furent progressivement modelées au travers de sa formation religieuse et de ses échanges avec von Leonhardi. Anna Kenny replace ainsi les travaux de Strehlow dans l’histoire de traditions anthropologiques divergentes. Allemande d’une part, inspirée de Gottfried Herder en particulier, qui fonda une approche dans laquelle l’analyse des particularités culturelles, indissociables de la langue, devient à elle seule l’objectif premier du travail ethnographique et analytique. C’est cette tradition qui, au travers de Boas, motiva également un pan important de l’anthropologie outre-Atlantique. Tradition britannique de l’autre, où, au contraire, les particularités culturelles sont saisies comme des témoins ou des vestiges d’une chaine évolutive (et plus tard fonctionnaliste et structurelle) qui ne peut être comprise que par la juxtaposition de systèmes culturels comparés. Si la première tradition tente de détailler les manières de faire et de penser propres aux individus porteurs d’une culture, la seconde au contraire s’intéressera aux aspects structurels et systémiques qui peuvent engendrer des regards croisés. L’académie australienne étant dominée par cette seconde tradition, l’analyse de Kenny nous permet de mieux comprendre le contexte dans lequel une œuvre comme celle de Strehlow ne pouvait connaître autre destin que la négligence.

8La seconde partie présente et analyse un éventail d’aspects ethnologiques et éléments ethnographiques des travaux de Strehlow en les replaçant dans une exigence anthropologique plus contemporaine. Tout en soulignant les limites de certaines propositions du missionnaire-chercheur, en particulier celles du domaine de la parenté pour laquelle Strehlow ne semblait pas avoir développé une sensibilité suffisante, elle montre aussi combien l’analyse des mythes, de la cosmologie, des rapports fonciers et des classifications sociales a tout à gagner à une lecture de ces travaux pourtant centenaires. Alors que, pour ne citer qu’un domaine, Spencer et Gillen – et plus tard Radcliffe-Brown dans la même lignée – décrivaient un système d’organisation territoriale figé dans des règles pensées objectives et déterminées, l’ethnographie de Strehlow montre au contraire à quel point les filiations complémentaires, les stratégies et les fluidités, ainsi que les affiliations véritables des individus sont les témoins de modalités de transmission et de reproduction d’organisations foncières complexes et souples à la fois. L’ethnographie de Strehlow fait comprendre, s’il en était encore besoin, que même ces Aborigènes qui n’avaient pas encore subi les transformations induites par l’arrivée de la société occidentale, étaient déjà de véritables acteurs qui savaient jongler avec les normes et les valeurs, loin de n’être que des pions de structures sociales inaltérables.

9Malgré quelques imperfections et parfois des passages et transitions trop rapides, l’ouvrage d’Anna Kenny constitue ainsi et sans aucun doute une contribution importante pour l’anthropologie australianiste et au-delà. Il nous fournit la clé pour découvrir et comprendre toute une ethnographie oubliée et pourtant de grande importance. À la lecture de cet ouvrage, on ne peut que regretter qu’il n’y ait pas eu davantage de Carl Strehlow ailleurs également.

Haut de page

Bibliographie

Durkheim Emile, 1960 [1912]. Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Paris, PUF.

Lévi-Strauss Claude, 1947. Les structures élémentaires de la parenté, Paris, Mouton.

Yengoyan Aram, 1979. Economy, Society, and Myth in Aboriginal Australia, Annual Review of Anthropology 8, pp. 393-415.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://jso.revues.org/docannexe/image/7398/img-1.png
Fichier image/png, 311k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dousset, « Compte rendu de The Aranda’s Pepa. An Introduction to Carl Strehlow’s masterpiece ‘Die Aranda- Loritja-Stämme in Zentral-Australien’, de Anna Kenny », Le Journal de la Société des Océanistes, 141 | 2015, 351-353.

Référence électronique

Laurent Dousset, « Compte rendu de The Aranda’s Pepa. An Introduction to Carl Strehlow’s masterpiece ‘Die Aranda- Loritja-Stämme in Zentral-Australien’, de Anna Kenny », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 141 | juillet-décembre 2015, mis en ligne le 03 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://jso.revues.org/7398

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page