Navigation – Plan du site
Dossier Nouveaux regards sur les chefferies fidjiennes

The iTaukei Chief: Value and Alterity in Verata

Matti Eräsaari
p. 239-254

Résumés

Au cours du dernier siècle et demi, la structure et les soubassements politiques du système de chefferie de Fidji ont changé de manière significative, et leur meilleure représentation n’est plus l’union de l’étranger-chef avec le lignage local. Selon ce qui est sans doute le mythe des origines le plus largement accepté à Fidji aujourd’hui, les premiers Fidjéens arrivèrent de Tanganyika, en Afrique. Mettant l’accent sur les origines partagées de tous les Fidjéens, ce mythe nie la distinction interne entre autochtones et étrangers – distinction souvent présentée comme un constituant clef de l’organisation politique de Fidji. Dans cette tradition, c’est la combinaison « synthétique » entre le charisme étranger et la légitimité autochtone qui définit la chefferie. La législation autochtone de l’ère coloniale nie également la dichotomie matérielle et linguistique entre les propriétaires fonciers autochtones et les étrangers sans terre, respectivement désignés comme « propriétaires » (taukei) et « hôtes » (vulagi). Cet article se penche sur la décision gouvernementale de 2010 de remplacer les mots « Fidjian » ou « Native Fidjian » par le mot iTaukei en anglais officiel – une décision qui n’est que l’exemple le plus récent d’un développement qui est en cours depuis longtemps.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Taukei vs. vulagi: the structural argument
The historical argument
The case of Naloto, Verata
Conclusions

Aperçu du début du texte

In 2010 the Government of Fiji passed a decree which replaced the English words “Fijian”, “indigenous” and “indigenous Fijian” with the Fijian word “iTaukei” in all the English-language laws, official documents and names of Government agencies referring to “the original and native settlers of Fiji” (Government of Fiji 2010). Consequently, the Ministry of Indigenous Affairs became the Ministry of iTaukei Affairs, the Fijian Affairs Act became the iTaukei Affairs Act, and so forth. In the simplest of terms, what happened here was that the government used its authority to establish an endonym in place of the misleading “Fijian”, a term which can be used both in reference to the indigenous population and to Fijian nationals.

Everyone familiar with Fiji’s recent history of coups and the role ethnicity has played in the coups understands that the name change works in two ways: it both sets apart the group designated as taukei as a distinct category, but it can also be seen as an attempt at...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matti Eräsaari, « The iTaukei Chief: Value and Alterity in Verata », Le Journal de la Société des Océanistes, 141 | 2015, 239-254.

Référence électronique

Matti Eräsaari, « The iTaukei Chief: Value and Alterity in Verata », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 141 | juillet-décembre 2015, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 23 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/7407 ; DOI : 10.4000/jso.7407

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page