Navigation – Plan du site
Dossier Nouveaux regards sur les chefferies fidjiennes

La chefferie autrement. Une notion mille-feuilles bonne à repenser

A Different Chiefdom. A Multi-Layered Notion “Good to re-Think”
Viviane Cretton
p. 267-282

Résumés

Cet article présente la réalité polyphonique, historiquement stratifiée et située de la notion de chefferie dans le contexte de la politique fidjienne récente. Sur la base d’une enquête de terrain de longue durée, il explore la complexité et le pluralisme inhérents à la figure du chef à Fidji. La notion de chefferie est d’abord déconstruite au prisme des influences occidentales et coloniales qui l’ont façonnée. L’hétérogénéité qui a caractérisé l’ensemble des chefs fidjiens durant le coup d’État de 2000 est ici mise en évidence. Puis le texte revisite le rôle de médiation joué par les leaders légitimes (et moins légitimes) durant ce coup d’État. Il examine l’efficacité de certaines pratiques spécifiquement fidjiennes de résolution du conflit qui mettent en jeu des objets de chef (dent de cachalot ou tabua). En continuité, l’article relie les trajectoires de plusieurs dirigeants successifs après l’Indépendance à diverses interprétations, également plurielles, de leur mana. Ce faisant, il analyse la nouvelle configuration de la classe sociopolitique fidjienne dans toute sa complexité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

« La chefferie », une reconstruction occidentale
De l’ethnocentrisme à l’écocentrisme
La restructuration coloniale : simplifier la diversité
Une structure mille-feuilles
Chief, une catégorie plurielle et située
« Chefferie » et hétérogénéité. Ou des divisions entre les chefs de l’Est, ceux de l’Ouest, du Nord et le Grand Conseil des Chefs
Rivalités historiques, symboliques, économiques
Médiations, transactions symboliques et gestion du conflit
Le Grand Conseil des Chefs, une médiation
Les tabua : des objets de chefs, anciens, mythiques, et efficaces
Des objets de tempérance
« À la manière d’un chef »
Des objets d’échange spécifiquement fidjiens
Figures de leader, conflits de classes, hétérogénéité du pouvoir
Du mana issu des classes moyennes
Figure de l’usurpateur et mana illégitime
De Mara à Bainimarama, la légitimité du mana en mutation
La chefferie autrement

Aperçu du début du texte

« Ce que vous appelez démocratie n’est pas quelque chose de nouveau pour nous. C’est notre façon de vivre au village. » (Adi Litia Cakobau, vice-présidente du Grand conseil des Chefs, Suva, 21 mars 2000)

Emblème de la chefferie à Fidji, le Grand Conseil des Chefs a été abrogé en mars 2012. En conséquence du coup d’État orchestré le 5 décembre 2006 par Voreqe Bainimarama, actuel Premier ministre alors amiral, ses séances étaient déjà suspendues depuis 2007. Communément considéré par les habitants de Fidji et par les anthropologues comme l’instance traditionnelle suprême, le Grand Conseil des Chefs a bénéficié depuis l’Indépendance en 1970 d’un droit de veto sur les décisions prises dans le cadre du Parlement. Souvent défini comme le garant des droits coutumiers des Fidjiens, ce Conseil avait été formalisé par l’administration coloniale de Sir Arthur Hamilton Gordon, dès 1875, dans l’objectif de faciliter l’administration de la colonie (1874-1970) et de sélectionner des représentants f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Viviane Cretton, « La chefferie autrement. Une notion mille-feuilles bonne à repenser », Le Journal de la Société des Océanistes, 141 | 2015, 267-282.

Référence électronique

Viviane Cretton, « La chefferie autrement. Une notion mille-feuilles bonne à repenser », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 141 | juillet-décembre 2015, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 29 mai 2017. URL : http://jso.revues.org/7425 ; DOI : 10.4000/jso.7425

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page