Navigation – Plan du site
Hors dossier

« Nous serons la viande pour la France ». Indigènes et missionnaires protestants océaniens durant la Grande Guerre

Gilles Vidal
p. 257-272

Résumés

En août 1916 arrivent à Marseille les premiers indigènes du Bataillon de Marche du Pacifique, composé de Tahitiens et de Calédoniens. Un grand nombre d’entre eux sont de confession protestante, issus des champs de Mission de la Société des Missions évangéliques de Paris (smep). Comment l’irruption de la Grande Guerre dans le Pacifique vient-elle bouleverser les représentations océaniennes des nations européennes engagées dans le conflit ? Quelle est la rhétorique mise en œuvre par la smep auprès de ses missionnaires pour passer d’un discours théologique « piétiste » sur l’amour chrétien à celui sur la « guerre juste » ? Comment ce discours est-il reçu ? Telles sont les questions traitées ici à partir des archives de la de la smep, principalement la correspondance des missionnaires et le Journal des Missions évangéliques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Mission et protestantisme français
La nécessité de changer de discours
Les tirailleurs kanak et tahitiens du Bataillon du Pacifique
Les principaux thèmes du discours missionnaire patriotique
L’incompréhension des indigènes
Le missionnaire : un interprète
La rhétorique missionnaire
Une guerre juste
Paternité céleste et maternité terrestre
La théologie de la rétribution et de la dette
La théologie du sacrifice
La guerre comme occasion de communion universelle
Quelques éléments d’analyse du discours missionnaire patriotique
Des récits de morts édifiants
Des indigènes isolés, mais pas trop sauvages
Les passages censurés
L’autosatisfaction missionnaire
Une voix différente
Conclusion

Aperçu du début du texte

Mission et protestantisme français

À la fin du xixe siècle et au début du xxe, le protestantisme occupe une place très marginale dans le paysage religieux français puisqu’il ne représente environ que 1,5 % de la population. Symboliquement cependant, plusieurs faits et événements lui donnent un relief médiatique sans rapport avec son importance numérique : son empreinte en matière d’éducation sous la iiie République, sa mobilisation majoritaire en faveur du capitaine Dreyfus, l’implication de certains dans l’élaboration de la Loi de séparation des Églises et de l’État sans oublier le mouvement du christianisme social. À cela s’ajoute l’action missionnaire, entreprise dès 1822 par la Société des Missions évangéliques de Paris (smep), au Lesotho tout d’abord en 1829, puis au Sénégal 1862, à Tahiti et à Moorea en 1862 (ultérieurement pour les autres archipels), au Zambèze en 1882, à Madagascar en 1896, aux îles Loyauté en 1898 et sur la Grande Terre de la Nouvelle-Calédonie en 1902, au C...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Vidal, « « Nous serons la viande pour la France ». Indigènes et missionnaires protestants océaniens durant la Grande Guerre », Le Journal de la Société des Océanistes, 142-143 | 2016, 257-272.

Référence électronique

Gilles Vidal, « « Nous serons la viande pour la France ». Indigènes et missionnaires protestants océaniens durant la Grande Guerre », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 142-143 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 25 mai 2017. URL : http://jso.revues.org/7476 ; DOI : 10.4000/jso.7476

Haut de page

Auteur

Gilles Vidal

Maître de conférences en histoire du christianisme
Institut Protestant de Théologie de Montpellier et membre du laboratoire crises de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 gilles-louis.vidal@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page