Skip to navigation – Site map
Hors dossier

« Nous serons la viande pour la France ». Indigènes et missionnaires protestants océaniens durant la Grande Guerre

Gilles Vidal
p. 257-272

Abstracts

The first natives from Tahiti and New Caledonia forming the “Pacific Battalion” reached Marseille in August 1916. Most of them were Protestants educated by the “Société des Missions évangéliques de Paris” (smep). How does the sudden storming of World War I in the Pacific disrupted the native representations of the European countries involved in the conflict? How does the rhetoric of the smep changed, from a pietistic classical discourse about Christian love to another one about Just War? How was this discourse received? This paper aims to rise these questions using the smep archives and the letters of the missionaries. After an introduction setting the Protestantism in the context of the global French society prior the war the first part explores the major topics in the missionary writings, and the Pacific islanders’ incomprehension of the conflict transforming missionaries into interprets of a new situation. The second part deals with the religious rhetoric used by the missionaries: the “just War theory” applied to the World War I, God as father and Nation as mother, the theology of debt, retribution and sacrifice, the war as an occasion of a worldwide communion. The third part of the paper analyses this missionary patriotism characterised by a wide self-satisfaction. It mentions censured passages and shows eventually how few missionaries expressed a divergent thinking.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Mission et protestantisme français
La nécessité de changer de discours
Les tirailleurs kanak et tahitiens du Bataillon du Pacifique
Les principaux thèmes du discours missionnaire patriotique
L’incompréhension des indigènes
Le missionnaire : un interprète
La rhétorique missionnaire
Une guerre juste
Paternité céleste et maternité terrestre
La théologie de la rétribution et de la dette
La théologie du sacrifice
La guerre comme occasion de communion universelle
Quelques éléments d’analyse du discours missionnaire patriotique
Des récits de morts édifiants
Des indigènes isolés, mais pas trop sauvages
Les passages censurés
L’autosatisfaction missionnaire
Une voix différente
Conclusion

Text / first lines

Mission et protestantisme français

À la fin du xixe siècle et au début du xxe, le protestantisme occupe une place très marginale dans le paysage religieux français puisqu’il ne représente environ que 1,5 % de la population. Symboliquement cependant, plusieurs faits et événements lui donnent un relief médiatique sans rapport avec son importance numérique : son empreinte en matière d’éducation sous la iiie République, sa mobilisation majoritaire en faveur du capitaine Dreyfus, l’implication de certains dans l’élaboration de la Loi de séparation des Églises et de l’État sans oublier le mouvement du christianisme social. À cela s’ajoute l’action missionnaire, entreprise dès 1822 par la Société des Missions évangéliques de Paris (smep), au Lesotho tout d’abord en 1829, puis au Sénégal 1862, à Tahiti et à Moorea en 1862 (ultérieurement pour les autres archipels), au Zambèze en 1882, à Madagascar en 1896, aux îles Loyauté en 1898 et sur la Grande Terre de la Nouvelle-Calédonie en 1902, au C...

Top of page

References

Bibliographical reference

Gilles Vidal, « « Nous serons la viande pour la France ». Indigènes et missionnaires protestants océaniens durant la Grande Guerre », Le Journal de la Société des Océanistes, 142-143 | 2016, 257-272.

Electronic reference

Gilles Vidal, « « Nous serons la viande pour la France ». Indigènes et missionnaires protestants océaniens durant la Grande Guerre », Le Journal de la Société des Océanistes [Online], 142-143 | 2016, Online since 31 December 2018, connection on 22 July 2017. URL : http://jso.revues.org/7476 ; DOI : 10.4000/jso.7476

Top of page

About the author

Gilles Vidal

Maître de conférences en histoire du christianisme
Institut Protestant de Théologie de Montpellier et membre du laboratoire crises de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 gilles-louis.vidal@univ-montp3.fr

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page