Navigation – Plan du site
Hors dossier

Dix commandements mais pas de Dieu : christianisme et changement socioculturel chez les Baruya de Papouasie Nouvelle-Guinée

The ten Commandments but no God: Christianity and Socio-cultural Change among thee Baruya of Papua New Guinea
Anne-Sylvie Malbrancke
p. 241-256

Résumés

L’anthropologie du christianisme en Mélanésie a récemment permis d’enrichir les théories du changement social en prônant une approche centrée principalement autour du concept de rupture. Riche analytiquement, cette perspective doit cependant être nuancée pour envisager des situations où le christianisme est un idiome qui, loin de rompre avec des valeurs morales indigènes, les renforce. Parmi les Baruya de Nouvelle-Guinée, une perception indigène séculière de la religion chrétienne supplante et informe le contenu théologique chrétien, qui ne transforme pas radicalement la hiérarchie locale des valeurs morales. Ce sont des orientations traditionnelles relatives aux relations entre les sexes et à la stratification sociale qui informent l’utilisation de métaphores religieuses, employées comme justification moderne de comportements traditionnels. Le concept de structure de conjonctures permet d’articuler les modèles de rupture et ceux prônant la continuité dans le changement.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Face à un vaste paysage confessionnel : pragmatisme et nomadisme
D’une loi à l’autre : séculariser la religion
Adopter et adapter le christianisme dans un contexte changeant
Conclusion

Aperçu du début du texte

Voilà ce que me disait Tsimion, un Baruya d’une quarantaine d’années, un jour de juillet 2013 où nous nous entretenions au village de Wuyabo (Eastern Highlands, Papouasie Nouvelle-Guinée). Plus de 40 ans après Maurice Godelier, je séjournai pour 12 mois dans la vallée de Wonenara, avec ceux qui avaient été ses amis et interlocuteurs et leurs descendants. Cette ethnographie se penchait principalement sur les mutations de la sphère matrimoniale, notamment suite à l’introduction du prix de la fiancée dans un système autrefois strictement limité à l’échange des femmes. Cet angle d’approche permit d’interroger les changements socio-culturels plus largement, notamment la reconfiguration des relations entre les sexes et le rôle de l’argent au quotidien. Dans cette optique, une de mes interrogations concernait le rapport des individus au christianisme, arrivé chez les Baruya dans les années 1960 (Lemonnier, 2013 : 193-198). Lors de conversations ou d’entretiens avec femmes et hommes de tous...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sylvie Malbrancke, « Dix commandements mais pas de Dieu : christianisme et changement socioculturel chez les Baruya de Papouasie Nouvelle-Guinée », Le Journal de la Société des Océanistes, 142-143 | 2016, 241-256.

Référence électronique

Anne-Sylvie Malbrancke, « Dix commandements mais pas de Dieu : christianisme et changement socioculturel chez les Baruya de Papouasie Nouvelle-Guinée », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 142-143 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 avril 2017. URL : http://jso.revues.org/7502 ; DOI : 10.4000/jso.7502

Haut de page

Auteur

Anne-Sylvie Malbrancke

Aix-Marseille Université, cnrs, ehess, Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie, Marseille annesylvie.malbrancke@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page