Navigation – Plan du site
Dossier Du corps à l’image. La réinvention des performances culturelles en Océanie

1975-2015 : retour sur Mélanésia 2000, symbole de la renaissance culturelle kanak

Caroline Graille
p. 73-98

Résumés

Le festival d’arts mélanésiens de 1975, Mélanésia 2000, est décrit comme un marqueur historique de la renaissance culturelle kanak. Au point d’oublier que, parmi ceux qui, aujourd’hui, saluent et encouragent la mise en spectacle de l’identité kanak, certains refusaient à l’époque de cautionner ce qu’ils qualifiaient de folklore, voire de « prostitution de la culture » autochtone. Créée par les accords de Matignon (1988), l’Agence de développement de la culture kanak (adck) n’a eu de cesse ensuite d’encourager et de promouvoir de nouvelles formes à la fois esthétiques et contemporaines de l’identité culturelle kanak. Quarante ans après le festival, que reste-t-il du « souffle de Mélanésia 2000 » ? Ce texte, extrait d’une thèse de doctorat (2015) met en exergue les fondements et les paradoxes d’un festival qui fût la toute première (re)présentation d’une unité culturelle kanak, et l’archétype d’une « culturisation » des identités en Nouvelle-Calédonie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

« Restaurer la dignité »…
À l’origine du projet : les femmes du « souriant village mélanésien »
Kanaké, l’archétype du monde mélanésien
… Ou la « prostitution de la culture kanak » ?
Résistances et oppositions kanak au festival
« Pourquoi eux et pas nous ? »
Entre culture et politique
Logique culturelle versus logique d’État
« Un tremplin pour l’identité politique »
Le « chemin de la paille »
L’héritage de Mélanésia 2000
Conclusion

Aperçu du début du texte

Grands rassemblements de groupes, d’activités culturelles et de spectacles, déploiements de costumes et de savoir-faire traditionnels, nul doute que les festivals constituent en Océanie, depuis le tout début des renaissances identitaires autochtones, un mode privilégié d’expression et de représentation des cultures bafouées par la colonisation. Alain Babadzan les désignait déjà comme :

« le rituel moderne par excellence des nouveaux nationalismes océaniens. » (1988 : 212)

De fait, le concept ouvert et populaire de festival permet, sans avoir nécessairement recours – tout au moins au début – à des infrastructures sophistiquées ni à des professionnels de l’art et du spectacle, d’offrir une manifestation publique et esthétique d’une communauté culturelle. Le premier Festival des Arts du Pacifique se tint à Fidji en 1972 et accueillit des délégations venues de plusieurs pays d’Océanie. À sa suite, la toute première manifestation de l’unité culturelle du peuple kanak a bel et bien consisté...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Graille, « 1975-2015 : retour sur Mélanésia 2000, symbole de la renaissance culturelle kanak », Le Journal de la Société des Océanistes, 142-143 | 2016, 73-98.

Référence électronique

Caroline Graille, « 1975-2015 : retour sur Mélanésia 2000, symbole de la renaissance culturelle kanak », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 142-143 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://jso.revues.org/7570 ; DOI : 10.4000/jso.7570

Haut de page

Auteur

Caroline Graille

Docteur en ethnologie, membre du Centre de recherches et d’études comparatives en ethnologie (lersem-cerce, ea 4584), Université Paul-Valéry, Montpellier, c.graille@atenau.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page