Skip to navigation – Site map
Dossier Du corps à l’image. La réinvention des performances culturelles en Océanie

1975-2015 : retour sur Mélanésia 2000, symbole de la renaissance culturelle kanak

Caroline Graille
p. 73-98

Abstracts

The 1975 Melanesian Arts festival, Melanesia 2000, is described as an historical reference point in the Kanak culture revival. Thus it is easy to overlook that people who nowadays welcome and support a spectacular parading of Kanak culture, were previously firmly opposed to what they called folklore, or even « a prostitution of indigenous culture ». Created by the Matignon Accords (1988), the Agency for the Development of Kanak Culture (adck) has then constantly promoted and encouraged new esthetic and contemporary expressions of Kanak cultural identity. Forty years after the festival took place, what is left of the spirit of Melanesia 2000? This text is drawn from a PhD thesis (2015) and underlines the principles and paradoxes inherent in what was the first public display of a unified Kanak culture, and the symbol for a « culturalization » of identities in New Caledonia.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

« Restaurer la dignité »…
À l’origine du projet : les femmes du « souriant village mélanésien »
Kanaké, l’archétype du monde mélanésien
… Ou la « prostitution de la culture kanak » ?
Résistances et oppositions kanak au festival
« Pourquoi eux et pas nous ? »
Entre culture et politique
Logique culturelle versus logique d’État
« Un tremplin pour l’identité politique »
Le « chemin de la paille »
L’héritage de Mélanésia 2000
Conclusion

Text / first lines

Grands rassemblements de groupes, d’activités culturelles et de spectacles, déploiements de costumes et de savoir-faire traditionnels, nul doute que les festivals constituent en Océanie, depuis le tout début des renaissances identitaires autochtones, un mode privilégié d’expression et de représentation des cultures bafouées par la colonisation. Alain Babadzan les désignait déjà comme :

« le rituel moderne par excellence des nouveaux nationalismes océaniens. » (1988 : 212)

De fait, le concept ouvert et populaire de festival permet, sans avoir nécessairement recours – tout au moins au début – à des infrastructures sophistiquées ni à des professionnels de l’art et du spectacle, d’offrir une manifestation publique et esthétique d’une communauté culturelle. Le premier Festival des Arts du Pacifique se tint à Fidji en 1972 et accueillit des délégations venues de plusieurs pays d’Océanie. À sa suite, la toute première manifestation de l’unité culturelle du peuple kanak a bel et bien consisté...

Top of page

References

Bibliographical reference

Caroline Graille, « 1975-2015 : retour sur Mélanésia 2000, symbole de la renaissance culturelle kanak », Le Journal de la Société des Océanistes, 142-143 | 2016, 73-98.

Electronic reference

Caroline Graille, « 1975-2015 : retour sur Mélanésia 2000, symbole de la renaissance culturelle kanak », Le Journal de la Société des Océanistes [Online], 142-143 | 2016, Online since 31 December 2018, connection on 25 July 2017. URL : http://jso.revues.org/7570 ; DOI : 10.4000/jso.7570

Top of page

About the author

Caroline Graille

Docteur en ethnologie, membre du Centre de recherches et d’études comparatives en ethnologie (lersem-cerce, ea 4584), Université Paul-Valéry, Montpellier, c.graille@atenau.com

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page