Skip to navigation – Site map
Actes et Actualités

Assemblée générale 2016: bilan exercice 2015

p. 317-322

L’assemblée générale, qui a fait le bilan de l’exercice 2015, s’est tenue le jeudi 18 février de 10h00 à 12h30 dans la salle Auvent du musée du quai Branly. Sept adhérents étaient présents, dont six membres du conseil d’administration.

Philippe Peltier, après avoir remercié les présents, annonce qu’en l’absence de plusieurs membres du bureau, il présentera rapidement les rapports sur l’état financier et le site internet.

Une grande partie de la séance est consacrée au renouvellement du conseil d’administration.

Il commence par le rapport moral.

Rapport moral

Le temps est arrivé d’élire un nouveau conseil d’administration. Alors que ces dernières années la composition du conseil est restée relativement stable, les prochaines élections vont sans doute apporter un renouvellement important. En effet, plusieurs membres, dont certains qui occupèrent des postes importants comme secrétaire général ou trésorier, ont décidé de ne plus se porter candidats. Nous ne commenterons pas leurs décisions mais comme nous l’a écrit l’un d’entre eux «Place aux jeunes ! ». Ce slogan est une transition toute trouvée pour parler de l’avenir.

Auparavant, il m’est agréable de remercier tous ceux qui ont décidé de s’effacer - tout en restant proche de la Société- pour leur travail accompli ces dernières années. Sans eux, la Société des Océanistes, ses activités, ses publications - que ce soit le journal ou les ouvrages dont on ne dira jamais assez le travail qu’ils représentent au quotidien – n’auraient pas continué ou n’auraient simplement pas vu le jour. On trouvera ci-après, dans les différents rapports par secteurs, le rappel de toutes ces activités.

Hélas, certaines personnes, ayant participé à la vie de la Société depuis de longues années, nous ont quittés. Il en est ainsi de Pierre Maranda dont le travail anthropologique dans les îles Salomon est connu de tous. Après avoir été attaché à l’ehess et à l’Université de Colombie Britannique, il fut longtemps Professeur à l’Université de Laval. Membre du comité scientifique international de la Société, il fut un lecteur avisé. Avec lui nous perdons un membre éminent ainsi qu’un grand chercheur sur le Pacifique.

Sans présumer du résultat des élections à venir, il est indiscutable qu’au vu des candidatures c’est un Conseil jeune qui va assurer pour les années à venir la vie de la société. Nous ne pouvons que nous en féliciter. Ces candidatures démontrent que la Société des Océanistes est un organisme vivant, dynamique, actuel. Elles témoignent aussi de la reconnaissance par le monde scientifique de la qualité des publications. Nous restons une tribune, un lieu de connaissance et de diffusion reconnu non seulement dans le monde francophone, mais aussi internationalement. Rappelons d’ailleurs que la Société est ouverte à toutes les disciplines et l’on regrettera ici que certains domaines (comme ceux liés aux sciences de l’environnement) ne soient pas représentés dans le conseil d’administration.

Grâce à cette reconnaissance, la Société des Océanistes reçoit de nombreux livres pour compte-rendu qui attendent souvent des volontaires… Nombre d’ouvrages qui n’ont pas trouvé preneur, ainsi que des périodiques reçus pour échanges, ont, comme le veut la coutume, été versés à la médiathèque du musée du quai Branly.

Cet héritage est cependant fragile. Ce nouveau conseil aura probablement des décisions importantes à prendre. Il faudra ainsi être attentif aux évolutions du monde de l’édition, veiller à moderniser le site internet et assurer l’équilibre financier. A ce propos, nous remercions les organismes qui ont permis les financements de nos activités, et plus particulièrement le Ministère de la Culture et de la Communication, le Ministère des Outre-Mer, la Maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris, l’association Femmes au-delà des mers, et en participation, Air Tahiti Nui et Tahiti Tourisme, organismes sans lesquels la production du documentaire Paroles de tapa n’aurait pu voir le jour.

Ce rapport est accepté à l’unanimité des présents.

Philippe Peltier présente le rapport financier établi par Sarah Mohamed Gaillard.

Tableau 1. – Bilan de l’exercice 2015 (comptes arrêtés au 31 décembre 2015)

Recettes

Dépenses

Cotisations membres

5515,00

jso 140 + jso 141

10132,27

Abonnements jso

7936,00

3320,71

Ventes jso au n°

1510,10

Frais d’expéd jso 140 + jso 141

1549,14

Droits de copie

1 030,96

Frais d'expédition hors jso

976,52

Bouquet revues.org/Cairn*

3689,44

Frais financiers

231,00

Ventes publications

6658,54

Salaire secrétaire

10075,80

Ventes Openbook**

2690,44

Charges sociales

7589,00

Subventions film Tapa

11409,90

Frais bureau dont Maif

594,20

Remb. Frais d’expéd.

340,44

Droits d’auteurs 2014-2015

1095,77

Subventions CNL jso

2500,00

Film Tapa

14479,17

Subventions CNRS jso

1500,00

Divers

137,45

Subvention AMU jso

2280,00

Vente DVD Tapa

30,00

Dons

23,38

Totaux

52239,81

Totaux

46860,32

Solde : + 4 379,49 €

Position des comptes : CCP (18/01/16) = 9 919,75 € ; Livret A = 21 751,00 € ; Portefeuille = 40 672, 24 €

Rapport financier

Au terme de l’année 2015 (tab. 1), le solde de la Société des Océanistes est largement positif, même si les subventions reçues pour le Journal de la part du cnl et du cnrs sont en baisse (-600 €). Malgré tout, le budget du jso est largement équilibré.

Par ailleurs, la baisse des abonnements papier institutionnels se poursuit : 103 abonnés pour 2015 contre 110 en 2014 et 114 en 2013, mais cette baisse est largement compensée notre participation aux bouquets des revues en ligne.

Le nombre de cotisations se maintient. Cette année la SdO compte 110 membres contre 111 en 2014. Il faut noter l’augmentation des cotisations étudiantes : 16 en 2015 contre 10 l’année dernière.

Au cours de l’année 2015, nous devons souligner l’augmentation des ventes de publications papier (+1 638,81 € par rapport à 2014) et l’apport des ventes via Openbook (3 356,81 € déjà touchés sur plus de 5 000 € à venir pour 2015 comparés à 2 300 € pour 2014). Le montant des ventes réalisées via Paypal est également en augmentation par rapport à l’année dernière. La politique de publications annuelles d’ouvrages que suit la Société des Océanistes depuis quelques années est donc payante bien qu’aucune nouvelle publication n’ait été réalisée en 2015. Enfin, le montant des droits de copie (384 € l’an passé) pour l’année 2015 ne nous est pas encore connu.

Concernant les dépenses, la réalisation et l’édition du documentaire Paroles de tapa constitue le plus gros poste de dépense de la SdO pour l’année 2015. À ce jour, la SdO a versé pour la production de ce documentaire 14 479,17 € en 2015 (plus 2 552,15 € payés en 2014) pour laquelle elle a également reçu 11 409,90 € de subventions en 2015 (sur les 10 000 € du ministère de la Culture, nous n’avons touché pour l’instant que 8 409,90 €).

Tableau 2. – Budget prévisionnel pour l’exercice 2016

Recettes

Dépenses

Cotisations membres

5600

jso 142-143

8000

Abonnements jso

7000

Publications

11000

Subventions CNL jso

2500

Salaire secrétaire

10000

Subventions CNRS jso

1500

Charges

7500

Ventes jso au n° + droits de copie

2000

Frais d’expéd jso

1000

Bouquet Cairn

3500

Frais d'expédition autres

800

Ventes publications

5500

Frais financiers

200

Ventes publi Openbook 2015-16

9000

DVD Atai

500

Ventes DVD (n°1, 2, 3)

3000

Frais bureau dont Maif

500

Remb. Frais d’expéd.

500

Droits d’auteurs

1200

Dons

50

Divers

400

TOTAL

41120

TOTAL

41100

Enfin, 5 000 € ont été placés sur le compte d’épargne afin de mettre de côté la subvention versée par l’École des hautes études internationales et de développement pour contribuer à la publication de l’ouvrage de Stéphanie Graff.

Le rapport financier est validé à l’unanimité des présents.

Isabelle Leblic présente ensuite le rapport sur les publications

Rapport sur le jso

Nous avons obtenu cette année nos subventions cnrs et cnl pour un montant de 4 000 €, soit encore environ 600 € de moins que l’an passé en raison de la diminution des subventions accordées par le cnrs (1 500 € en 2015 contre 1 800 € en 2014) et le cnl (2 500 € en 2015 contre 2 800 € en 2014). Mais cette baisse est compensée, d’une part, par l’augmentation de nos revenus par Cairn et revues.org et, d’autre part, par la baisse de nos frais (économies sur la mise en page faite dorénavant par I. Leblic directement). Par contre, pour le dernier volume de 2015 (jso 141), nous avons obtenu d’amu 2 280 € pour l’aide à la traduction de l’introduction en anglais et à la relecture de certains textes en anglais. Si ces subventions nous sont indispensables pour fonctionner, elles ne nous permettent pas l’embauche d’un(e) secrétaire de rédaction qui nous fait tant défaut et implique une charge de travail extrêmement lourde pour la rédactrice en chef. Cairn va nous rapporter cette année plus de 3 000 €, ce qui n’est pas négligeable et vient largement contrebalancer les baisses d’abonnement que nous avons pu connaître ces dernières années.

En 2015, deux volumes simples ont été réalisés, le premier coordonné par Rudy Bessard et Nathalie Mrgudovic pour le dossier principal, Intégration régionale des territoires français dans le Pacifique Sud qui est paru le 15 juin 2015 ; le second coordonné par Simonne Pauwels, Nouveaux regards sur les chefferies fidjiennes, qui est paru le 15 décembre 2015. Onze articles dans le premier volume et dix dans le second auxquels s’ajoutent les rubriques habituelles : 18 comptes rendus d’ouvrages, 2 In memoriam et les actes de la société habituels, le tout pour 385 pages. Ces jso 140 et 141 sont en couleurs avec une illustration sur la couverture, un choix fait il y a deux ans et maintenu.

Plusieurs dossiers sont en cours ou prévus pour les années à venir, qui seront sans doute des numéros doubles en raison du nombre d’articles proposés :

Mise en scène de la culture (jso 142-143, 2016) ;

Urbanisation en Mélanésie (jso 144-145, 2017) ;

etc.

Depuis deux ans que nous avons été sélectionnés par Cairn pour être sur la version anglaise de leur site, avec une révision des résumés en anglais et la traduction des titres en anglais pour les articles en français, nous tenons à faire nos introductions de dossier en français et en anglais, cette dernière n’étant présente que sur la version en ligne, de façon à avoir une meilleure visibilité à l’international, sans augmenter les frais d’impression et d’envoi des versions papier de la revue.

Si nous n’avons pas vendu de collections complètes cette année, nous avons bien vendu les numéros puisque nous enregistrons 1 198,20 € de ventes au numéro pour 57 volumes vendus.

Rapport sur les publications

L’espace éditeur Société des océanistes sur Openedition (http://books.openedition.org/sdo/), qui a été ouvert en décembre 2012, avec la mise en ligne de 19 publications, compte aujourd’hui 32 volumes dans la collections Publications (sur 51 existants au total), les 2 volumes de la collections Travaux et documents océanistes, 2 dossiers nouvelle formule sur les 2 existants, 3 publications « Hors séries », soit au total 39 volumes accessibles sous différents formats (pdf, epub, etc.) gratuitement ou à l’achat (d’autres sont à venir). Nous vous encourageons à découvrir et à faire connaître ce nouvel espace éditeur sur lequel nous devons mettre en ligne deux nouvelles publications par an, contrat respecté pour 2014, mais pas encore pour 2015 car nous avons pris du retard et au moins deux publications vont sortir début 2016 et seront donc mises en ligne dans la foulée.

Nous avons reçu le deuxième bilan annuel de notre espace éditeur sur Openbook, qui nous a rapporté 2 305,13 € cette année (contre 2 690,44 € l’an dernier), ce qui est loin d’être négligeable.

L’ouvrage proposé par Jean-Louis Rallu, Gooday Master Dellegration Condominium N-H, Raghragh Charley, est toujours en correction par l’auteur. Ce sera sans doute le troisième volume de la collection “Travaux et documents océanistes”, uniquement disponible en ligne par manque de budget pour une version papier.

La proposition de publication d’un ouvrage collectif coordonné par Émilie Nolet et Peter Lindenmann est en demande de correction par les auteurs pour une nouvelle soumission.

La finition du volume 2 de la collection Petites histoires d’Océanie par Hélène Guiot et Catherine Bayle qui devait être mis sous presse en juin 2015 a pris du retard et sera donc sous presse en janvier 2016. Et, suivant la décision prise de préparer des publications en lien avec les expositions à venir, le Dossier sur les tiki préparé par Hélène Guiot et Marie-Noëlle Ottino-Garanger est également en retard, les auteurs n’ayant pas encore soumis leur manuscrit pour évaluation. Nous n’avons donc pas eu nos deux publications pour la mise en ligne de 2015, mais espérons que nous en aurons plus en 2016.

Nous avons reçu une subvention de 4 800 € pour la publication papier de la thèse remaniée de Stéphanie Graph qui sera publiée en 2016 dans la collection Publications de la SdO dont ce sera le volume 52.

Rapport sur les DVD

Nous avons inauguré fin 2013 une nouvelle collection de la SdO : les DVD Cinéma des Océanistes dont le n° 1 Ancêtres kanak à Paris, de Mehdi Lallaoui avec Isabelle Leblic, a été tiré à deux fois 300 exemplaires, le premier tirage ayant été vendu pendant l’exposition qu’il commentait (retiré en avril 2014 à 300 exemplaires grâce à l’octroi d’une subvention de la Maison de Nouvelle-Calédonie à Paris).

Un autre DVD est en cours de parution, La tête d’Ataï, de Mehdi Lallaoui, qui a déjà fait l’objet d’une projection dans le cadre de nos séances de cinéma. Et nous nous sommes engagés fin 2014 à produire un documentaire, Paroles de tapa, d’Hélène Guiot, qui est le n° 2 de la collection. Cette fois-ci, nous sommes maître d’œuvre si je puis dire et I. Leblic a aidé H. Guiot pour la constitution des dossiers de recherche de subventions qui nous ont permis de rassembler plus de 13 000 (nous avions déjà eu 1 000 € fin 2014).

Côté dépenses, nous avions eu en 2014 2 552,15 € auxquels il faut ajouter les 14 639,17 € dépensés cette année, soit un montant de 17 191,32 € de frais de production et de diffusion du film. En plus, viennent les droits d’auteurs d’Hélène Guiot (1 000 €) soit avec les charges afférentes, un total de 1 011 €. Donc la production de notre premier film se monte à 18 202,32 €, soit une mise de fonds propres de la SdO de 4 202,32 €.

Ventes publications

Nous avons commercialisé un nombre important d’ouvrages (361 contre 310 l’an passé), notamment en liaison avec le deuxième salon du livre océanien à Rochefort (slor 2015). Toutes publications confondues, nous avons enregistré un montant total de ventes de 6 501,17 € (nous sommes donc revenus au montant des ventes de 2013 après une légère baisse en 2014). À ces 361 ventes papier, il faut ajouter les revenus d’Openedition pour un montant total de 2 305,13 €.

Notre meilleure vente reste Tahiti aux temps anciens avec 154 ventes. Suit le dossier Tatouages d’Océanie avec 54 ventes puis le livre posthume de Bernard Juillerat avec 36 ventes et le premier volume des Petites histoires, Mââgenin, avec 15 ventes. Les publications récentes se vendent bien.

Le rapport sur les publications est validé à l’unanimité des présents.

Puis le rapport sur les conférences et le cinéma est présenté par Magali Mélandri.

Rapport sur les conférences et les séances de cinéma

En 2015, trois films et six conférences ont été programmés. En supplément, et pour la première fois, nous avons proposé, en janvier, une visite commentée de l’exposition « L’éclat des Ombres. L’art en noir et blanc des îles Salomon ».

Comme les années précédentes, on constate une fréquentation toujours plus élevée pour le cinéma (30-40 personnes en moyenne) avec un public venu particulièrement nombreux (70 personnes) lors de la diffusion du dernier film produit par la Société des Océanistes Paroles de tapa, réalisé par Hélène Guiot, qui sera reprogrammé en 2016.

De manière générale, très peu de membres de la Société des Océanistes participent à cette programmation et la fréquentation haute est davantage liée aux réseaux de diffusion de l’intervenant lui-même. Il est envisagé à l’avenir de diminuer le nombre annuel de conférences et de films présentés.

Le rapport est validé à l’unanimité des présents.

Enfin Philippe Peltier présente le rapport de Pascale Bonnemère sur le site internet.

Rapport sur le site internet

Refonte du site

Rien n’a été fait cette année en matière de refonte du site. Lors du conseil d’administration du 16 décembre 2015, il a été décidé d’essayer de faire appel à un étudiant d’une école de conception de site Web qui aurait besoin de faire un mémoire de fin d’année. L’idéal serait que cette école se situe à Marseille, pour que l’étudiant puisse venir au credo et travailler aux côtés de Pascale Bonnemère si besoin.

Actualisation, annonces d’événements

L’actualisation se fait facilement grâce aux informations reçues par Hélène Guiot et Magali Mélandri. Il n’y a pas eu de problèmes particuliers cette année.

Vente en ligne des ouvrages et du jso

Le compte Paypal pour permettre la vente en ligne des ouvrages et numéros du Journal de la Société est opérationnel. En 2015, 22 ventes (sur 57) ont eu lieu par ce biais-là.

À la fin de l’année 2014, la possibilité de payer la cotisation annuelle de cette façon a été ouverte. Pour l’adhésion 2016, celle-ci a été limitée aux membres ne résidant pas en France.

Le rapport est validé à l’unanimité des présents.

Questions diverses :

Deux points sont soulevés : les coûts d’envoi des publications pour lesquels il fut décidé de les établir forfaitairement. Il serait bon de calculer si ces coûts, en cas de dépassements fréquents, sont supportables par la société.

Il est décidé de renouer avec la pratique d’envoyer un exemplaire justificatif du journal à l’auteur d’un article.

Elections du conseil d’administration 2016-2019

Cet ordre du jour étant épuisé, les présents passent à l’ouverture des bulletins de vote pour le nouveau conseil d’administration après avoir vérifié que les votants se sont bien acquittés de leur cotisation. Nous rappelons que 19 postes au maximum était à pourvoir

Le bureau de la Société des Océanistes a reçu 44 votes par correspondance. Six votes ont été déposés par les présents à l’ag. Au total, le nombre de votants est de 50. Il n’y avait aucun bulletin nul. Le décompte des 50 suffrages exprimés se décompose ainsi (tab. 3). Seuls 18 sont pourvus en raison de l’égalité des voix entre Maëlle Calandra et Émilie Nolet. Les non élus sont en italiques.

Candidats

Nombre de voix

BONNEMERE Pascale

48

CALANDRA Maëlle

36

CHAVE-DARTOEN Sophie

45

CONDEVAUX Aurélie

43

DE LARGY HEALY Jessica

47

DOTTE Émilie

44

DURAND Marie

39

FONTANIEU Guillaume

32

GALLIOT Sébastien

44

GODELIER Maurice

48

HORLEY Paul

42

KASARHEROU Emmanuel

46

LAGARDE Louis

39

LEBLIC Isabelle

47

MELANDRI Magali

50

MOHAMED-GAILLARD Sarah

40

MONNERIE Denis

44

NOLET Émilie

36

PELTIER Philippe

47

PONSONNET Maïa

46

RALLU Jean-Louis

38

VIGNES Jacques

32

L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 12h30.