Navigation – Plan du site

Appel à contributions pour un numéro thématique (jso 147) : Filmer (dans) le Pacifique

Ce numéro du Journal de la société des océanistes a pour ambition de réunir le premier ensemble d’articles sur les différents enjeux de représentation qui entourent la filmographie du Pacifique Sud, à l’instar de ce qui a pu se faire récemment pour les arts de la performance (Condevaux, Le Roux & Schuft [éds], 2016). Les populations océaniennes ont très tôt suscité parmi les Occidentaux une forme de fascination, qui s’est exprimée à travers de nombreuses formes de représentations graphiques et littéraires mettant en avant leur singularité et leur étrangeté (Smith, 1985 ; Thomas, 1997). L’apparition de l’image animée va rapidement inciter à enregistrer et à sauvegarder des pratiques culturelles menacées, dans le monde rural européen (Lynch, 2017) comme dans le Pacifique (Jordan, 1992).

Le Pacifique constitue en effet un terrain de choix pour le cinéma, depuis son invention à la toute fin du 19e siècle (Griffiths, 1997). Des anthropologues, des explorateurs et des cinéastes ont tourné des images dans le but de documenter, d’édifier, de montrer ces populations océaniennes dont la « découverte » datait seulement d’un siècle, voire moins. L’Océanie possède un patrimoine filmique particulièrement riche : un inventaire effectué par l’unesco en 1970 répertoriait déjà 341 films ethnographiques sur la région. Une région que Gaston Méliès, frère de l’illustre Georges (réalisateur du Voyage dans la Lune) avait parcourue en 1912-13 avec une vaste équipe de tournage en quête de sujets exotiques. Récemment, plusieurs films grand public (dont l’une des dernières productions Disney, Vaiana) ont renouvelé cet intérêt pour le Pacifique, renouant avec une longue tradition hollywoodienne : depuis Tabou de Flaherty et Murnau (1931) jusqu’aux différentes versions de l’histoire des « révoltés du Bounty », qui ont mis en scène les plus grandes stars hollywoodiennes.

L’analyse des corpus de films issus du Pacifique permet d’interroger la façon dont les différentes sociétés océaniennes ont été représentées à l’écran, depuis l’invention des toutes premières technologies d’enregistrement audiovisuel (Langton, 1993). Les premiers films relevaient essentiellement d’entreprises scientifiques coloniales, destinées à étudier, à consigner et à faire connaître à un public largement extérieur les traditions de peuples considérés comme primitifs, dans la lignée de l’ethnologie dite « de sauvetage » alors en vigueur en France (Laferté, 2017). Les productions récentes, qui incluent le cinéma et la vidéo autochtones, nous renseignent elles sur les différentes manières dont les sociétés océaniennes choisissent de se représenter par l’image, pour elles-mêmes (Deger ,2006) et pour un public de plus en plus globalisé, qu’il s’agisse de clips amateurs ou de films extrêmement aboutis (tel The Land of Eyes, de Vilsoni Hereniko, premier long-métrage de fiction fidjien, présenté aux Oscars en 2005).

Entre ces deux extrémités, entre un cinéma qui a constitué les Océaniens en objets de curiosité, et un autre qui les a vus s’emparer de la caméra pour devenir eux-mêmes auteurs-réalisateurs (Ginsburg, 2005), le Pacifique a également inspiré des œuvres remarquables au documentaire de création : la célèbre trilogie sur les Papous de Bob Connolly et Robin Anderson (Connolly & Morel, 1992), Cannibal Tours (1988) de Dennis O’Rourke ou Trobriand Cricket, de Gary Kildea et Jerry Leach (1975). Ces œuvres prennent plus ou moins de distance avec le discours ethnologique et, dans la lignée d’un Jean Rouch, elles rompent toutes avec le naturalisme et la quête d’authenticité du film ethnographique classique (Colleyn, 2012). Elles s’engagent dans un cinéma où les Océaniens deviennent acteurs, parlent, agissent, ne se contentant plus d’illustrer une culture au travers de rituels rejoués pour le besoin d’un film.

Si certaines de ces productions audiovisuelles demeurent relativement confidentielles, d’autres obtiennent des prix dans des festivals internationaux, ou touchent des millions de personnes via Youtube (De Largy Healy, 2013). Elles donnent à voir à des publics toujours plus larges des situations, des façons d’être, des visions du monde, des sensibilités, qui, jusqu’à récemment, n’étaient accessibles qu’à travers la médiation des anthropologues, des journalistes, des documentaristes ou des réalisateurs de fiction. Qu’il s’agisse de cinéma ou de séries télévisées, d’émissions de télé-réalité (Meet the Natives sur la chaine britannique Channel 4) de vidéos en ligne, de clips musicaux et de web-documentaires, d’archives numériques ou d’applications pour smartphones, la production audiovisuelle océanienne connaît depuis une vingtaine d’années un essor sans précédent, avec ses propres circuits de diffusion, ses portails internet et ses forums de discussion, ses chaines de TV spécialisées (Maori TV) et ses festivals tels le fifo (Festival international du film océanien) qui se tient chaque année à Papeete (Polynésie française).

Ces ressources audiovisuelles, qu’elles soient appréhendées en tant qu’outil de propagande coloniale, œuvre d’art, réservoir d’exotisme, forme de revendication politique autochtone ou document scientifique, peuvent donner lieu à une grande variété d’études et de questionnements (MacDougall, 1991). Les images filmées constituent également pour les Océaniens une ressource patrimoniale qui s’enrichit continuellement et qui est réinvestie aujourd’hui sous de nouvelles formes créatives. Il s’agira de comprendre ce que ces sources filmiques, tant historiques que contemporaines, tant scientifiques qu’artistiques, peuvent révéler des sociétés concernées, des situations politiques, des conflits et des histoires singulières dans lesquelles elles s’inscrivent, des valeurs qu’elles mettent en avant et des savoirs qu’elles souhaitent transmettre et partager. Au-delà de l’idée séduisante d’une « anthropologie partagée » et d’une inversion du regard revendiquées par certains projets récents, la filmographie du Pacifique traduit la persistance d’un tropisme exotisant. Comme le souligne le chercheur salomonais Tarcisis Kabutaulaka (2015), les films qui placent Papous ou autres océaniens au centre du dispositif, prétendant nous offrir « leur » regard sur les Occidentaux, continuent de faire du (bon) sauvage le principal objet de curiosité.

Les contributions attendues porteront sur la représentation filmique de groupes particuliers ; sur des œuvres ou des réalisateurs singuliers ; sur l’utilisation des films comme sources de connaissance sur le passé, tant pour les scientifiques que pour les descendants des groupes concernés ; sur la manière dont l’image animée s’est imposée à la fois dans nos recherches et dans la vie des Océaniens eux-mêmes (caméscopes, téléphones portables, télévision). Nous sommes aussi ouverts à des réflexions sur la place particulière de l’image animée parmi les autres formes de représentation du Pacifique. Nous souhaitons également que le numéro réunisse un ensemble de comptes rendus et de critiques de films, si possible récents (fiction ou documentaire), consacrés au Pacifique. Des entretiens avec des réalisateurs, des techniciens et des organisateurs de festivals compléteront cet ensemble unique de réflexions et de regards sur la filmographie de l’Océanie.

Contacts

Pour plus de détails sur le contenu de l’appel, veuillez contacter les éditeurs scientifiques :

- Jessica De Largy Healy: j.delargyhealy@orange.fr

- Éric Wittersheim: eric.wittersheim@ehess.fr

Calendrier et processus de soumission:

- Décembre 2017: envoi des textes (60 000 signes espaces compris maximum) à Jessica De Largy Healy, Éric Wittersheim et à la rédaction du jso (Raphaëlle Chossenot : Raphaelle.CHOSSENOT@cnrs.fr et Isabelle Leblic : leblic@vjf.cnrs.fr )

- Janvier-mars 2018 : lecture des textes par les deux éditeurs scientifiques et demandes de modification si nécessaire

- Mars 2018 : envoi des textes en lecture pour avis par la redaction du jso

- Mai 2018 : envoi des avis et demandes de corrections aux auteurs par la redaction du jso

- À partir de juillet 2018 : retour des versions définitives des textes acceptés pour commencer le processus d’édition par la redaction du jso

Avertissement aux auteurs

Le jso est la seule revue francophone sur l’Océanie et doit publier de façon préférentielle dans la version papier des textes en français (en raison des normes imposées par le cnl pour l’octroi de notre subvention annuelle). Aussi, les auteurs anglophones qui soumettent des textes en anglais s’engagent, si leur article est accepté, à nous fournir une version française de leur papier. Dans la version en ligne, les deux versions (anglaise et française) seront publiées.

Bibliographie

Colleyn Jean-Paul, 2012. Champ et hors-champ de l’anthropologie visuelle, L’Homme 203-204, pp. 457-480.

Condevaux Aurélie, Géraldine Le Roux & Laura Schuft (éds), 2016. Journal de la société des océanistes 142-143 : Du corps à l’image. La réinvention des performances culturelles en Océanie (https://jso.revues.org/7464).

Connolly Bob & Alain Morel, 1992. «Rigueur et passion. Entretien avec le cinéaste Bob Connolly, Terrain 19, pp. 159-170 (http://terrain.revues.org/3053).

Deger Jennifer, 2006. Shimmering Screens. Making Media in an Aboriginal Community. Minneapolis, London, University of Minnesota Press.

De Largy Healy Jessica, 2013. Yolngu Zorba meets Superman: Australian Aboriginal people, mediated publicness and the culture of sharing on the Internet, Anthrovision 1 (1), (http://anthrovision.revues.org/362).

Ginsburg Faye, 2005. The Parallax Effect: the Impact of Aboriginal Media on Ethnographic Film, Visual Anthropology Review 11(2), pp. 64-76.

Griffiths Alison, 1997. Knowledge and Visuality in Turn of the Century Anthropology: the Early Ethnographic Cinema of Alfred Cort Haddon and Walter Baldwin Spencer, Visual Anthropology Review 12 (2), pp. 18-43.

Jordan Pierre, 1992. Cinema/Cinéma/Kino, Paris, Ramsay-La Villette.

Kabutaulaka Tarcisius, 2015. Re-Presenting Melanesia: Ignoble Savages and Melanesian Alter-Natives, The Contemporary Pacific 27 (1), pp. 110-146.

Langton Marcia, 1993. 'Well I heard it on the Radio and I saw it on the Television…': An essay for the Australian Film Commission on the Politics and Aesthetics of Filmmaking by and about Aboriginal People and Things, Sydney, Australian Film Commission.

Laferté Gilles, 2017. Le film ethnographique comme archives. L'œuvre de Jean-Dominique Lajoux, Études rurales 199 : La Caméra explore les champs, pp. 15-32.

Lynch Edouard (ed.), 2017. Études rurales 199 : La Caméra explore les champs.

MacDougall Douglas, 1991. Whose Story Is It?, Visual Anthropology Review 7 (2), pp. 2-10.

Smith Bernard, 1985. European Vision and the South Pacific, Yale University Press.

Thomas Nicholas, 1997. In Oceania: Visions, Artifacts, Histories, Duke University Press.

Haut de page