Navigation – Plan du site
Dossier Hertz revisité (1907-2007) : Objets et changements dans les rituels funéraires

Massim mortuary rituals revisited

John Liep
p. 97-103

Résumés

Alors que la région est célèbre pour la kula, les rites et échanges funéraires sont en fait la principale dimension culturelle des Massim l’archipel juste à l’est de la Nouvelle-Guinée. Frederick Damon note que l’exhumation et l’enterrement secondaire, le thème central chez Robert Hertz, faisaient partie des rites mortuaires des Massim, mais furent interdits par le gouvernement colonial et par les missions chrétiennes, et ont disparu depuis longtemps. Les festivités mortuaires demeurent néanmoins essentielles dans les sociétés des Massim. Mon article étudie les autres aspects des rites mortuaires qui continuent d’en faire une préoccupation d’importance dans la région ; et j’examine les échanges mortuaires de nourriture, d’objets de valeur indigènes et, de plus en plus, de marchandises et d’argent. J’insiste sur le fait que les échanges mortuaires font partie de cycles d’alliances matrimoniales qui s’étendent sur trois générations au moins et sont des moments de confrontation dans les pratiques de constitution de relations sociales et dans l’économie politique des sociétés locales. Ils demeurent donc importants dans ce secteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

John Liep, « Massim mortuary rituals revisited », Le Journal de la Société des Océanistes, 124 | 2007, 97-103.

Référence électronique

John Liep, « Massim mortuary rituals revisited », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 124 | Année 2007-1, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 28 mai 2017. URL : http://jso.revues.org/802 ; DOI : 10.4000/jso.802

Haut de page

Auteur

John Liep

University of Copenhagen, liep@get2net.dk

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page