Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

Pacific mythology, thy name is woman de Serge Dunis, 2009

Raymond MAYER
p. 200-201
Référence(s) :

Dunis Serge, 2009. Pacific mythology, thy name is woman, Papeete, Haere Po, 256 p., bibliogr., ill. noir et blanc.

Texte intégral

1Un livre jumeau du précédent, au même format et chez le même éditeur, mais dont chaque chapitre est construit sur une iconographie originale de la main de l’auteur, une dizaine de pages de dessins au trait reproduits pleine page au début de chacun des quatre chapitres qui composent le livre, et dont le reste des chapitres est conçu comme un commentaire des images ainsi mises bout à bout. Ceci pour la manière. Quant à la matière, elle est investie dans la même démarche de type lévi-straussien que celle qui a fait le succès de l’ouvrage dédié à son centième anniversaire. Mais cette fois-ci, Serge Dunis en est l’auteur plénipotentiaire au lieu d’en être simplement le coordonnateur. Les textes ne se répètent pas, quand bien même ils s’ordonnent autour des thèses favorites de l’auteur, dans un manuscrit interrompu du fait de sa brutale maladie. Le tout donne un livre hors normes publié sous le titre énigmatique qui serait en français : « Mythologie du Pacifique : ton nom est femme ». Personnifier toute la mythologie du Pacifique, réunir des traditions multiples sous un seul nom et le féminiser de la sorte ne manqueront pas de provoquer des haut-le-cœur chez nombre de chercheurs, mais on rappellera que les titres de Claude Lévi-Strauss avaient, à l’époque de leur parution, un parfum de provocation qui était loin d’entraîner une faveur unanime.

2On l’aura deviné : le professeur de l’université de Polynésie française, après avoir guéri d’un cancer redoutable qu’il rappelle dans son prologue (p. 13) s’en donne à cœur joie pour nous convaincre une fois encore – et en langue anglaise, devenue sa seconde nature – du bien-fondé des conclusions qu’il a tirées de toutes les lectures et de toutes les rencontres faites au cours d’une carrière sans halte ni trêve. Il arrive à une étape où tous les styles littéraires et tous les procédés éditoriaux lui sont ouverts. Réjouissons-nous d’en profiter, en lecteurs plus ou moins avertis ! Passée la première surprise du titre, le lecteur ordinaire y découvre des textes incisifs aux arguments affutés, pour affiner des théories qui ont vieilli en fûts, et qui sont maintenant prêtes à la consommation scientifique généralisée.

3La préface de Ben Finney (pp. 7-11), professeur émérite de l’université de Hawai’i, rappelle l’incident crucial de 2002 à Auckland, quand la communication de Serge Dunis, fondée sur une analyse à base de mythes, a failli passer à la trappe, parce que ne répondant pas aux critères « scientifiques » en vigueur. Ainsi va la science : par contradictions surmontées ! Toujours est-il que la néo-exploration du Pacifique, telle que pratiquée par Serge Dunis, croise à souhait des données archéologiques (des sculptures antiques aux décors Lapita), botaniques (les cheminements de la patate douce), ornithologiques (de l’albatros aux aigrettes), météorologiques (les oscillations d’El Niño), et de navigations transpacifiques au long cours, jusqu’à déborder sur tous les rivages possibles, asiatiques et américains.

4Le prologue de l’auteur (pp. 12-14) met en scène l’ensemble de l’ouvrage en annonçant les quatre thèses qui vont l’habiter et le parcourir : 1. Comment la « civilisation austronésienne » est née sur le continent asiatique et à Taïwan ; 2. Comment les Austronésiens se sont transformés en Mélanésiens et Polynésiens ; 3. Comment les maîtres-navigateurs se sont établis à l’île de Pâques, à Hawai’i et en Nouvelle-Zélande, après l’introduction de la patate douce à partir d’Amérique du Sud ; 4. Comment les mythologies austronésiennes et amérindiennes parlent le même langage. On reconnaît là les thèses privilégiées de l’auteur, représentées à la fois de manière plus synthétique, plus poétique et plus figurative, à travers les pleines pages de croquis qui les illustrent et comportent leur numérotation propre (52 pages d’illustrations au total).

5En fait, le dessein scientifique est tout simplement énorme, puisqu’il ambitionne de refaire pour l’Océanie ce que Claude Lévi-Strauss a fait pour l’Amérique amérindienne, c’est-à-dire montrer l’unité d’un monde mythologique, malgré la diversité des figures et l’inversion savamment orchestrée des formes. Autre ambition corrélée à ce dessein : faire courir le monde océanien depuis le centre de la Chine jusqu’à l’Orénoque et aux Caraïbes. La noblesse de l’objectif finira par entraîner l’adhésion des plus sceptiques, car Serge Dunis a parcouru et reparcouru dans tous les sens l’espace dont il tente de requalifier le big bang de la dispersion des mythes à l’échelle d’une expansion galactique. De là, le souffle quasi épique qui anime l’ouvrage, comme ses oeuvres précédentes. Le panorama mythologique déployé d’ouest en est, en quatre parties, servi par autant de dessins qu’il faut pour faire comprendre que les idées les plus complexes s’expriment en images simples mais grandeur nature.

6Nous voici embarqués dans une première partie connotée de « naissance » (pp. 15-75) qui nous fait partir de la Chine jusqu’au large incertain des rivages du Pacifique Sud. Au niveau cartographique, si la première carte (p. 17) déploie tout le Pacifique Sud et Nord en ne représentant que les îles réputées polynésiennes et mélanésiennes, la seconde (p. 18) nous installe au cœur de la Chine, entre le Fleuve Jaune et le Yang Tze, ce qui n’est pas exactement le point de départ canonique des discours supposés scientifiques tenus sur les mythologies de l’Océanie. Suivent des pages impressionnantes d’illustrations conduisant des motifs de jade de Chine jusqu’à ceux des têtes de tiki des Marquises ou de Nouvelle-Zélande.

7À défaut de la classification internationale des contes d’Aarne et Thompson qui est la référence universelle et qui n’est jamais citée, Serge Dunis emprunte le système de numérotation des « mythes » inaugurée dans « Le Cru et le Cuit », mais chez lui, le mythe de référence M1 du dénicheur d’oiseaux est remplacé par celui de « l’île des femmes » sans hommes, qu’il situe du côté de Tikopia, et sa première série s’arrête à M54.

8Une deuxième partie (pp. 77-121) est libellée en termes d’« adolescence » et nous fait traverser la mélanésie mythique de part en part en faisant escale aux îles de « retour » (suivant l’expression de Jean Guiart pour désigner les Outliers) et aboutir finalement à Hawai’i en M66.

9La troisième partie (pp. 123-185) livre une partie du mystère féminin auquel est dédiée la mythologie du Pacifique, en prolongeant le parcours de Rapa Nui jusqu’à l’Amérique du Sud et en le faisant croiser par le chemin de la patate douce.

10La quatrième partie (pp. 187-241) intitulée « envoi », nous envoie effectivement au centre de la mythologie amérindienne, et vient chasser sur les propres terres de Lévi-Strauss, en raccordant le système océanien au système amérindien, de l’Amazone (où Serge Dunis se demande si « l’île des femmes » ne serait pas un territoire d’Amazones !) jusqu’à la rivière Frazer, en amont de Vancouver !

11La question qui taraude tous les critiques d’une telle ambition n’est pas tant la compilation de tous les mythes mobilisés, ni l’étalage d’une érudition polymorphe qui a fait ses preuves, mais la validation des connexions qui sont établies entre les mythes. Considérer le corpus mythique du Pacifique comme un univers en soi dans lequel il suffirait de travailler à l’épuisette, reconstruire des raccords, fût-ce des raccords logiques et non pas chronologiques, rend difficilement compte de l’expansion permanente d’un tel corpus. Le corpus n’est pas un réservoir, il est une eau vive. Il est de l’ordre du « tout coule » et non pas du « tout reste ». Il est de l’ordre du flux, comme les flux globaux d’une mondialisation avant la lettre. La question préjudicielle à marquer au frontispice de la mythologie océaniste est celle de la circulation des imaginaires. Cette question ne se traite pas seulement à coups de raccords entre les îles du domaine. Elle est infiniment fluide et difficile à enfermer dans un domaine géographique, même étendu au-delà des frontières classiques de l’Océanie.

12Les défis et les enjeux de la « mythologie océanienne » débordent sans doute ceux de cet ouvrage et il faudra encore quelque temps pour accréditer leur validité scientifique. Mais Serge Dunis a incontestablement ouvert la voie. Sa brillante démonstration, qui tient à la fois de la bande dessinée et de la saga scientifique, du mana éditorial et d’un rasta sino-pacifique, n’a pas fini de s’inventer et d’écumer tant les mers du sud que les mers de l’ouest, de l’est l’est et du nord. Celui qui veut se faire plaisir en s’ouvrant de nouvelles routes maritimes et intellectuelles à travers les mythologies du Pacifique trouvera sans aucun doute dans ce livre de Serge Dunis le titre qu’il lui faut, tout en le rapprochant de tous les titres du même auteur qui l’ont anticipé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond MAYER, « Pacific mythology, thy name is woman de Serge Dunis, 2009 », Le Journal de la Société des Océanistes, 132 | 2011, 200-201.

Référence électronique

Raymond MAYER, « Pacific mythology, thy name is woman de Serge Dunis, 2009 », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 132 | 1er semestre 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://jso.revues.org/6332

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page